Roses anciennes, anglaises et autres…

Quand on est au milieu des roses, on en prend le parfum.

— Proverbe russe.

Je ne suis pas originale en disant que j’aime les roses: cet amour est si évident qu’il en deviendrait presque banal!
Pour ma part, j’ai commencé à aimer les rosiers anciens et les rosiers anglais pour leur beauté, leur générosité, leurs parfums, puis j’ai découvert les roses françaises, allemandes et autres qui ont toutes des qualités particulières irrésistibles.
Ces roses, comme les pivoines, représentent pour moi les fleurs romantiques par excellence…
La majorité de ceux qui ont été plantés dans notre jardin sont nés dans les serres de David Austin, ce formidable obtenteur de roses dont je reparlerai, et qui nous a quittés en décembre 2018, transmettant le flambeau à son fils.
Il n’est bien sûr pas l’unique créateur de roses anglaises, mais ses rosiers sont réputés et abondamment primés pour leurs multiples qualités parmi lesquelles leur résistance aux maladies.
Les rosiers anglais sont loin d’être les seuls à vivre dans notre jardin.
Au fil du temps, de mes recherches et des cadeaux qui me sont offerts, j’ai commencé à découvrir rosiers anciens, puis les producteurs français, allemands, belges, espagnols…
En principe, pour qu’un rosier soit planté dans le Jardin d’Ecriplume, il doit avoir une qualité essentielle: son parfum.
Sa résistance, sa beauté, les mille pétales, son aspect romantique et les couleurs comptent aussi, bien sûr, et pour beaucoup… mais il m’est impossible de résister au parfum fruité ou capiteux…
Voici quelques perles des lieux, que je détaillerai au fil des pages…
J’oubliais: le Jardin d’Ecriplume se trouve en Franche-Comté, dans le département de la Haute-Saône… là où je vois la vie en roses!

Ecriplume

Contact: ecriplume@gmail.com



Les pétunias font de la résistance!

La sécheresse de cet été les a beaucoup malmenés malgré les nombreux arrosages dont ils ont bénéficié.
Mais dès que la température s’est radoucie, nos pétunias se sont offert une deuxième jeunesse, chose qui ne m’était jamais arrivé les années précédentes.
J’avais coupé tout ce qui était sec, me disant qu’ils n’auraient sans doute pas la force de se relancer.
J’ai eu tort…
En plein mois d’octobre, nous profitons toujours de leurs couleurs exubérantes, et ils n’ont pas l’air d’avoir l’intention de s’arrêter en aussi bon chemin!

Ecriplume

Asters… la renaissance!

Nous avions planté ces asters l’an passé, et ils n’avaient pas vraiment prospéré.
Je les croyais perdus lorsque début octobre, j’ai réalisé que des petites fleurs violettes faisaient leur apparition.
Comme quoi… il ne fait jamais désespérer!

Ecriplume

Ils s’accrochent !

Depuis que la pluie est revenue, certains de mes rosiers abordent ce mois d’octobre en m’offrant encore quelques fleurs.
Tranquility en fait partie, me rappelant au passage que les rosiers de David Austin, parmi leurs très nombreuses qualité, sont capables de fleurir très tard dans la saison…

Ecriplume

Le mois des géraniums !

En Suisse où j’ai vécu durant 40 ans, le géranium est le roi des balcons.
Et ce particulièrement en montagne où les chalets en sont abondamment ornés, ceux à fleurs rouges ayant une place de choix dans le coeur des propriétaires.
Comme d’habitude, j’ai une préférence pour les fleurs roses…
La partie de la maison donnant sur la route est donc agrémentée de balconnières remplies de géraniums roses et blancs qui, en ce moment, sont plus beaux que jamais…

Ecriplume


Une reine de passage…

Nous sommes mi-septembre, et la majorité de mes rosiers s’est mise en veille.


Mais j’ai encore des surprises… comme la floraison inattendue du rosier Domaine de Chantilly.
Et ce n’est pas une tentative maigrelette avec des fleurs fluettes et décolorées!
Non: il donne le meilleur de lui- même, avec des roses parfaites, sans ma moindre anomalie.
Une beauté automnale sublime…

Ecriplume


Géranium rosat: le retour!

J’ai toujours quelques géraniums sur les rebords des fenêtres de la maison.
Mais il en est un que j’aime plus que les autres, et qui avait malheureusement disparu de notre jardin: le géranium rosat.
Outre le fait qu’il est utilisé comme huile essentielle, il a une particularité étonnante: son parfum très puissant provient de ses feuilles.
Ma belle-mère, qui est une spécialiste du jardinage, nous a donné cette bouture que j’espère voir prospérer.
Pourquoi?
Parce que son parfum a un effet très tonique sur celui qui le respire…

Ecriplume

Drame au poulailler

Aujourd’hui, je suis triste…
Hier en fin de journée, mon mari est venu me voir et m’a dit : « Il s’est passé un drame dans le poulailler… »
J’ai tout de suite compris que quelque chose d’irrémédiable avait eu lieu.
J’ai demandé: « Laquelle…? »
Quand il a répondu « Neige… », j’ai eu la gorge nouée.
Il a essayé de me dissuader de me rendre au poulailler avant qu’il n’y soit retourné, mais il fallait que je sache.
Elle était là, déchiquetée, gisant à côté de ce petit pot de fleur où elle aimait faire la sieste.
Une bête quelconque est entrée dans l’enclos je ne sais comment, et l’a tuée.
Il y avait des plumes à plusieurs endroits prouvant qu’elle a essayé de défendre chèrement sa vie.
Mais cette bestiole a eu raison d’elle et l’a éventrée.

Neige…
La plus apprivoisée de nos poules, celle qui venait comme un petit chien lorsque je l’appelais.
Celle que je soignais depuis des jours en appliquant de l’argile vert sur sa patte.
Le traitement commençait à fonctionner: elle boitait moins… mais restait la plus fragile.
Neige, ma jolie petite poule hollandaise toute blanche, mon bel oiseau au caractère si particulier.

J’ai le coeur gros.
Jamais jusqu’ici nous n’avions eu la visite d’indésirables.
Je suis allée plusieurs fois voir nos animaux durant la journée.
C’est entre deux de mes visites que le drame est arrivé.

Il règne une ambiance lourde dans l’enclos.
Les canards ne « klaxonnent » plus, les poules se taisent.
Tout est étrangement silencieux.

Et nous, nous sommes malheureux d’avoir perdu l’une de nos protégées…
La nature est sans pitié…

Ecriplume

Changement de saison

Quoi qu’en dise le calendrier, le jardin est entré en mode automnal…
Les fleurs se raréfient, les arbres perdent leurs feuilles, les fruits se récoltent…
Il devient pour moi difficile de trouver un sujet par jour pour nourrir mon blog, d’autant que, profitant de cette période de dormance qui commence, je réalise un projet important dont je parlerai prochainement…
Dès à présent, je vais donc mettre « Le Jardin d’Ecriplume » au régime, réduisant le rythme de mes articles pour n’en écrire qu’un par semaine, deux s’il y a matière, jusqu’au printemps.

Ecriplume