"Rosiers anciens et modernes", un livre délicieux

J’ai reçu pour Noël un petit livre qui m’a happée dès la première page…
« Rosiers anciens & modernes » est un petit ouvrage écrit par la plume alerte de Noémie Vialard, associée pour l’occasion avec le regretté rosiériste André Eve.
Noémie Vialard, outre le fait qu’elle soit l’une de mes consoeurs journalistes, est jardinière-pépiniériste de formation, ce qui lui donne une légitimité certaine pour s’exprimer sur sujet.
Dans ce petit ouvrage publié en 2002, ces deux grands passionnés de roses nous font découvrir l’histoire des roses, leurs préférées, la manière de les cultiver, de les tailler, celles qui sont les plus faciles à vivre etc.
Le tout servi par la plume alerte de Noémie Vialard, dont on ne se lasse pas…
Le livre, épuisé chez l’éditeur, se trouve toujours sur les sites marchands.

Ecriplume

Rosiers anciens et modernes, André Eve et Noémie Vialard, Edition Ulmer, Collection Les choisir et les cultiver facilement. 2002. 96 pages.

Fascinante Rose de Jéricho

Elle n’a rien d’une rose, mais porte pourtant le nom de Rose de Jéricho.
J’en avais eu une dans ma jeunesse, puis ces étrange végétaux ont quitté mon univers pendant plus de vingt ans.
Jusqu’à ce que mon fils m’en offre une pour Noël
Parmi les cadeaux que mon fils m’a offert pour Noël, il s’en trouvait un qui m’a rappelé bien des souvenirs…
Pour ceux qui ne la connaîtraient pas, il s’agit d’une plante déshydratée qui revient à la vie lorsqu’elle est au contact de l’eau.
Elle vient du Mexique et de nombreuses légendes lui sont associées.

Lorsqu’elle m’a été offerte, elle était toute recroquevillée sur elle-même.
Dans son pays d’origine, elle vit sans eau… et a dû s’y habituer.
Elle sèche donc complètement… ou du moins en donne l’impression. 
Mais, dans son désert natal, dès que tombe la pluie, ses rameaux secs de déploient doucement et elle reverdit pour sécher à nouveau lorsque le temps la prive d’eau.
J’avais fait découvrir cette plante à mes enfants, guettant avec eux le moment où elle redeviendrait verte.
Et aujourd’hui, c’est l’un d’eux qui me la fait redécouvrir.
Je l’ai mise dans un bol dans lequel elle est en contact avec l’eau. 
Après quelques heures, elle avait déjà changé d’apparence.
Elle commençait doucement à reverdir.
Le lendemain matin, elle était de plus en plus verte…

La Rose de Jéricho peut renouveler ce miracle « indéfiniment », dit-on.
Il suffit de la laisser sécher dans un endroit sec pendant au minimum un mois, avant de recommencer l’opération.
Une merveilleuse démonstration de la capacité des végétaux à s’adapter à leur environnement…

Martine Péters

La Rose de Noël

Le jour de Noël, une amie m’a offert cette plante que je ne connaissais pas: une Rose de Noël aussi connue sous le nom d’Hellébore.
Mais elle a aussi plusieurs noms beaucoup plus farfelus comme herbe aux fous, pied de griffon,

pied de lion, patte d’ours, rose de serpent ou pain de couleuvre.
En la regardant, je me suis demandé pourquoi elle portait l’appellation de Rose de Noël, fleur à laquelle elle ne ressemble pas.
Il semblerait que ce soit en raison de sa floraison, hivernal mais surtout longue, qui rappelle celle des roses.

En ce qui concerne le nom plus scientifique d’Hellébore, il tient son étymologie du mot elleboros: l’hellébore, étant une plante utilisée contre la démence.

J’ai appris qu’il était possible de la planter dans le jardin et de la faire refleurir puisqu’il s’agit d’une plante vivace très rustique.
Elle nous vient d’Europe centrale où elle pousse naturellement dans les sous-bois, les broussailles et les prairies de montagnes.
Ce que je trouve intéressant chez elle?
Sa floraison intervient durant l’hiver ou au début du printemps, à une époque où les fleurs sont rares dans les jardins.
Celle que j’ai reçue est une Rose de Noël Orientalis, mais il en existe de nombreuses variétés dont la plus connue est sans doute la Rose de Noël Niger Blanche.

Ecriplume

Conseils d’entretien des roses de Noël tiré du site Meilland Richardier

Une fois installées, les roses de Noël sont peu exigeantes et ne réclament pas de soins particuliers, poussant et fleurissant à la même place de très nombreuses années.

• La première année, faire un arrosage régulier des hellébores afin de favoriser leur enracinement. Supprimer les feuilles abîmées ou desséchées lorsqu’il y en a, et les fleurs fanées, sauf si vous voulez laisser vos roses de Noël se ressemer.

• Les touffes massives n’exigent pas d’être divisées régulièrement pour continuer à fleurir abondamment. Parfois, le feuillage peut être attaqué et présenter des taches noires, que l’on traite facilement à la bouillie bordelaise ou avec un fongicide.

• Veiller à maintenir la fertilité du sol en apportant régulièrement de l’humus sous forme de fumier composté au printemps, et ne pas hésiter à pailler la terre autour des plantes avec des feuilles mortes afin de maintenir le sol frais.


Papiers fleuris…

J’use de mille subterfuges pour alléger l’hiver et tenter de le transformer en printemps.
L’une de mes astuces est de me plonger dans un environnement fleuri.
Il y a quelques années, déjà très attirée par les planches de botanique, les dessins et aquarelles de fleurs en général et de roses en particuliers, j’avais acheté un bloc de feuilles de papier et d’étiquettes dédiés à la rose, aux papillons et aux oiseaux.

Les adeptes du scrapbooking connaissent bien les « docrafts Papermania ».
Si vous aimeriez vous procurer cette série, elle s’appelle Papermania Botanicals et se trouve généralement dans les bons magasins de loisirs créatifs.

Avouez qu’il n’y a pas mieux pour apporter une touche printanière!

Ecriplume

Le houx de saison….

Mon mari aime beaucoup le houx.
Il en a donc planté à deux endroits du jardin, dont un qui, à mon avis, n’est pas très judicieux vu sa proximité avec certaines fleurs dont je dois m’occuper le moment venu.
Ce voisin à la conversation piquante ne me facilite pas vraiment la vie…
Pour le moment, nous n’avons que du houx donnant des baies blanches.
S’il était possible d’en trouver à baies rouges, je pense qu’il pourrait bien faire son entrer lui aussi dans le jardin…

Ecriplume

Devinette pour Noël?

Reconnaissez-vous cette fleur?
Elle pousse dans l’un de nos arbres à la bonne saison et est l’une des plus gracieuses …
Il s’agit de la fleur du très beau cognassier qui vit dans l’enclos de nos poules.


On ne peut pas dire qu’il nous donne des fruits extraordinaires, mais ses fleurs sont toujours une merveille…

Ecriplume

Visite à la roseraie…

Un tout petit jour d’accalmie dans ce temps décidément très « de saison » m’a poussée au jardin pour aller passer un peu de temps avec mes rosiers.
Je retirais les feuilles tachetées de noires pour qu’elles ne tombent pas sur le sol et ne le contaminent pas avec le marsonia lorsque mon attention a été attirée par une touche de couleur.
Malgré ce temps compliqué, le plus jeune de mes deux Scepter d’Isle a continué à s’appliquer pour prospèrent les trois ou quatre boutons qu’il a fait naître.


De son côté, Gruaud-La-Rose continue lui aussi à brandir ce bouton unique qui semble figé dans cet état depuis plusieurs semaines.
Dans cet environnement où tout semble gris, brun ou vert triste, les rosiers sont en dormance et n’ont vraiment pas la mine des grands jours…
Je les ai visités les uns après le autres, vérifiant leur état,.
Tous ont l’air en assez bonne forme, sauf un.
Il paraît désormais certain que ma deuxième tentative pour faire pousser un rosier Chantal Thomass a bel et bien échouée.
Je l’avais laissé dans l’espoir qu’il reparte, mais non.
Il a entièrement séché, enfin je le crois.
Je regrette beaucoup… ce rosier est une splendeur, mais ne semble pas vouloir habiter ici…

Ecriplume

Le ponctuel cactus de Noël

Durant l’année, cette plante décidément étonnante ne paie pas de mine.
Elle a même tendance à être un peu tristounette.
Mais chaque année à la même époque, vers la mi-décembre, elle se couvre de boutons qui s’épanouissent en fleurs rayonnantes.
Depuis que nous l’avons, elle n’a jamais manqué son rendez-vous de Noël qui lui vaut son nom ce cactus de Noël (officiellement  schlumbergera )
Je ne suis pas très fan des plantes grasses, mais j’avoue que celle-ci a quelque chose d’attendrissant!

Ecriplume