Ils s’accrochent !

Depuis que la pluie est revenue, certains de mes rosiers abordent ce mois d’octobre en m’offrant encore quelques fleurs.
Tranquility en fait partie, me rappelant au passage que les rosiers de David Austin, parmi leurs très nombreuses qualité, sont capables de fleurir très tard dans la saison…

Ecriplume

Le mois des géraniums !

En Suisse où j’ai vécu durant 40 ans, le géranium est le roi des balcons.
Et ce particulièrement en montagne où les chalets en sont abondamment ornés, ceux à fleurs rouges ayant une place de choix dans le coeur des propriétaires.
Comme d’habitude, j’ai une préférence pour les fleurs roses…
La partie de la maison donnant sur la route est donc agrémentée de balconnières remplies de géraniums roses et blancs qui, en ce moment, sont plus beaux que jamais…

Ecriplume


Une reine de passage…

Nous sommes mi-septembre, et la majorité de mes rosiers s’est mise en veille.


Mais j’ai encore des surprises… comme la floraison inattendue du rosier Domaine de Chantilly.
Et ce n’est pas une tentative maigrelette avec des fleurs fluettes et décolorées!
Non: il donne le meilleur de lui- même, avec des roses parfaites, sans ma moindre anomalie.
Une beauté automnale sublime…

Ecriplume


Géranium rosat: le retour!

J’ai toujours quelques géraniums sur les rebords des fenêtres de la maison.
Mais il en est un que j’aime plus que les autres, et qui avait malheureusement disparu de notre jardin: le géranium rosat.
Outre le fait qu’il est utilisé comme huile essentielle, il a une particularité étonnante: son parfum très puissant provient de ses feuilles.
Ma belle-mère, qui est une spécialiste du jardinage, nous a donné cette bouture que j’espère voir prospérer.
Pourquoi?
Parce que son parfum a un effet très tonique sur celui qui le respire…

Ecriplume

Drame au poulailler

Aujourd’hui, je suis triste…
Hier en fin de journée, mon mari est venu me voir et m’a dit : « Il s’est passé un drame dans le poulailler… »
J’ai tout de suite compris que quelque chose d’irrémédiable avait eu lieu.
J’ai demandé: « Laquelle…? »
Quand il a répondu « Neige… », j’ai eu la gorge nouée.
Il a essayé de me dissuader de me rendre au poulailler avant qu’il n’y soit retourné, mais il fallait que je sache.
Elle était là, déchiquetée, gisant à côté de ce petit pot de fleur où elle aimait faire la sieste.
Une bête quelconque est entrée dans l’enclos je ne sais comment, et l’a tuée.
Il y avait des plumes à plusieurs endroits prouvant qu’elle a essayé de défendre chèrement sa vie.
Mais cette bestiole a eu raison d’elle et l’a éventrée.

Neige…
La plus apprivoisée de nos poules, celle qui venait comme un petit chien lorsque je l’appelais.
Celle que je soignais depuis des jours en appliquant de l’argile vert sur sa patte.
Le traitement commençait à fonctionner: elle boitait moins… mais restait la plus fragile.
Neige, ma jolie petite poule hollandaise toute blanche, mon bel oiseau au caractère si particulier.

J’ai le coeur gros.
Jamais jusqu’ici nous n’avions eu la visite d’indésirables.
Je suis allée plusieurs fois voir nos animaux durant la journée.
C’est entre deux de mes visites que le drame est arrivé.

Il règne une ambiance lourde dans l’enclos.
Les canards ne « klaxonnent » plus, les poules se taisent.
Tout est étrangement silencieux.

Et nous, nous sommes malheureux d’avoir perdu l’une de nos protégées…
La nature est sans pitié…

Ecriplume