The Ancient Mariner

Alors que je cherchais sans les trouver des renseignements sur l’un de mes rosiers signé David Austin, j’ai écrit à la maison mère.
Geoff Hamilton, que j’ai acquis dès la première année de notre arrivée, a disparu des écrans radars.
Il ne figure plus au catalogue de David Austin, ni sur son site.
Seules quelques entreprises françaises le vendent encore.
Comme je souhaite consacrer un article à ce petit rosier dès qu’il aura refleuri au printemps et que j’aurai pu le photographier, j’ai donc laissé un message sur le site David Austin en demandant s’il serait possible d’obtenir des informations à son propos.
J’ai bien reçu une réponse, mais le lien vers lequel j’ai été redirigée ne m’a rien appris que je ne savais déjà.
En revanche, mon interlocutrice à ajouter une phrase qui m’a interpellée.
Elle m’a écrit que si le rosier Geoff Hamilton n’est plus proposé à la vente, ils en commercialisent un autre qui lui ressemble beaucoup: The Ancient Mariner.

Sans doute n’avait-elle pas compris que je cherchais pas à racheter mon rosier, mais juste à me renseigner à son sujet pour les besoins de mon article.
Par curiosité, j’ai cependant cherché et trouvé celui dont elle me parlait.
Comme il fallait s’y attendre puisqu’elle me disait qu’il ressemblait au précédent, cet Ancient Mariner se classe dans la catégorie des rosiers à mes yeux irrésistibles…
Il rejoint donc la liste de mes rêves de rosiers qui entrera un jour dans le Jardin des Roses …

Ecriplume

Opération protection des camélias

J’aime énormément les camélias, comme je l’ai déjà expliqué ici.
Raison pour laquelle j’en ai acheté deux en début d’année, que mon mari a plantés à l’entrée du Jardin aux Roses.
L’un d’eux, plus grand que l’autre, est arrivé en boutons et nous a offert une fleur superbe que j’ai présentée dans ces colonnes, et que j’aimerais retrouver lors de prochaines floraisons.
Mais ces arbustes, qui se développent lentement, sont suffisamment fragiles pour que quelques précautions soient prises.
En été, j’ai veillé à ce qu’ils ne manquent jamais d’eau malgré la sécheresse.
Et en cette saison déjà quasi hivernale, d’autres mesures doivent être prises.
Comme pour mes rosiers les plus délicats, je guette la météo pour anticiper le gel et les protéger avec des voiles d’hivernage, mais cela ne suffit pas.
Il faut également couvrir le pied de la plante avec des feuilles mortes et du foin ou de la paille lorsque le gel est sévère, et ne pas laisser la neige sur les feuilles.
Dans cette optique de protection, mon Capitaine m’a expliqué qu’il comptait effectuer une petite installation pour que les deux camélias soient bien à l’abri.

Histoire que je comprenne ce qu’il voulait faire, il a dessiné ce croquis qui, mieux que n’importe quelles paroles, m’a fait comprendre ce qui sera mis en place.
Les camélias seront choyés…

Ecriplume

L’invité surprise: Le Grand Muflier

Il est considéré comme une fleur sauvage, mais est vendu dans certaines jardineries.
Chez nous, le Grand Muflier rose s’est invité dans un pot installé en bordure de l’enclos des poules et s’y est trouvé bien.
C’est la deuxième année qu’il nous régale de sa présence au fil de l’été.


Un petit bonheur coloré…

Ecriplume

L’Oxalis Pourpre du Jardin d’Hiver

Nous vivions encore en Suisse lorsque la maman de mon Capitaine nous a donné des graines d’Oxalis Pourpre.
Mon Capitaine les a semées dans une jardinière et a plante a prospéré sur le balcon durant toute la période que nous avons passée en Valais.

En été, elle fleurissait et, en hiver, se fanait pour renaître au printemps.
Elle est si jolie et si simple à cultiver que nous nous y sommes attachés.
Elle nous a donc suivis en France lors de notre déménagement, en 2017.
Mais cette fois, après avoir fait ses premières armes à l’extérieur, elle a trouvé sa place dans la véranda où elle a continué à nous enchanter.
Nous sommes en novembre.

Elle ne fleurit bien sûr plus, mais continue à renouveler son feuillage composé de feuilles triangulaires de couleur pourpre.
Comme beaucoup de plantes, l’Oxalis est connue sous plusieurs noms comme Faux trèfle à quatre feuilles ou Trèfle à fleurs roses.
Tout-terrain, elle nous a prouvé qu’elle aime autant vivre à l’intérieur que dehors… sous certaines conditions.
Elle a besoin de beaucoup de lumière, même si elle n’est pas très fan du soleil direct, et demande un arrosage régulier, faute de quoi son feuillage s’affaisse rapidement.
Nous ne lui avons pas donné d’engrais: elle ne semble pas en avoir besoin pour s’épanouir.
En revanche, il faut penser à retirer les feuilles fanées.
Certains conseillent d’hiverner la plante au sec et dans l’obscurité dès novembre, pour qu’elle reprenne en février.
Dans la véranda où elle semble se plaire, la température est fraîche, sauf lorsque nous la chauffons.
Elle ne bougera donc vraisemblablement pas de sa place… sauf si nous constatons qu’elle n’apprécie plus ses conditions de vie.

Ecriplume

La rose tardive

Ses pétales ont été malmenés pas la pluie, la neige et le gel…
Mais cette dernière fleur du rosier Gruaud-La-Rose clôt la saison en apothéose avec une rose double à la fois rare et belle.
Cette merveille parfumée est j’imagine l’ultime cadeau de la roseraie pour cette année, même si quelques boutons tentent encore de fleurir.
Je serais très surprise, qu’avec ce froid, ils y arrivent..
Mais il est vrai que les roses ont l’art de me surprendre!

Ecriplume

Rosiers sous gel…

Cette période froide me paraît toujours trop longue…
En me rendant dans le jardin ce matin, j’ai vu le gel qui avait laissé une pellicule blanche sur l’herbe et les végétaux.
Et je me suis attardée à regarder mes rosiers de plus près.


Ce que j’ai vu m’a séduite…
Même recouverts d’une pellicule de givre, ils arrivent à apporter une touche de romantisme dans le jardin désolé en cette saison…

Ecriplume

Viorne odorante

En juin 2019, j’ai acheté un arbuste, une Viorne odorante, destiné à en remplacer un autre qui n’est pas arrivé à maturité.
Visiblement, le petit nouveau, qui a passé un peu de temps dans la pouponnière avant d’être récemment planté à sa place définitive, a beaucoup de mal à grandir.
Mais nous avons eu la surprise, il y a quelques jours, de découvrir qu’il donnait une toute petite fleur légèrement rosée…
Regardez-le bien, vous la verrez…
J’ignore si ce petit arbuste réussira à survivre, mais je salue sa persévérance…

Ecriplume

Glamis Castle

Alors que le jardin accueille déjà la neige venue s’ajouter à la pluie, et que le sol se tapisse de feuilles depuis quelques semaines déjà, je continue à me plonger dans mes livres et mes revues, parlant des roses.
Certains fantasment sur les bijoux ou les voitures de luxe… d’autres, dont je fais partie, rêvent de roses.
Les rosiers qui me touchent le plus sont déjà dans la roseraie.
Mais je continue à comparer, à m’intéresser à ceux qui pourraient les rejoindre un jour.
Parmi eux, j’ai été happée par la beauté de celui-ci: « Glamis Castle », considéré comme l’un des meilleurs rosiers anglais blancs.
Il est signé David Austin, date de 1992 et est gratifié d’un parfum de myrrhe.
Je ne résiste pas aux rosiers clairs, surtout lorsque, au milieu des pétales immaculés, ils ouvrent un coeur délicatement abricoté…
J’ajoute donc ce rosier sur ma liste de ceux qui pourraient un jour rejoindre le jardin de roses…

Ecriplume

Liste des roses plébiscitées par la Fédération Mondiale des Sociétés de Roses

Tous les trois ans, à la suite d’un vote des diverses Sociétés Nationales (41) donne un verdict sur une rose moderne et une rose ancienne plébiscitées. J’ai sélectionné six rosiers qui me plaisent pour différentes raisons, issus de la liste datée de 2009, avec les descriptifs produits par la WFRS.
Parmi eux, deux ont déjà trouvé leur place dans la roseraie… et d’autres pourraient suivre!

 Roses modernes primées par la WFRS – Rose Hall of Fame

« Graham Thomas »
– Primée par la WFRS en 2009
Dénomination variétale : AUSmas
Obtenteur : David Austin (Grande Bretagne) en 1983
Origine : [Charles Austin x (graines de ‘Iceberg’)]
Rosier buisson très florifère. Les fleurs, d’un jaune intense, sont grandes, de forme ancienne et ont un fort parfum de thé.

« Pierre de Ronsard » (syn. Eden, Eden Climber, Eden Rose 88, Grimpant de Pierre de Ronsard)
(Déjà introduite au jardin)
– Primée par la WFRS en 2006
Dénomination variétale : MEIviolin
Obtenteur : Marie-Louise Meilland (France) en 1987
Origine : [(Danse des Sylphes x Handel) x Pink Wonder Climbing]
Rosier grimpant à grandes fleurs très doubles. Les fleurs ont une forme ancienne et colorent d’un mélange de couleurs organiques. Parfum modéré.

« New Dawn » – Primée par la WFRS en 1997
Obtenteur : Dr. W. Van Fleet
Introduit par : Dreer of Somerset Rose Nursery (USA) en 1930
Rosier grimpant aux grandes fleurs roses pâle.

rosier_connu-Just_Joey.jpg

‘Just Joey’ – Primée par la WFRS en 1994
Obtenteur : Roger Pawsey (Grande Bretagne) en 1972
Hybride de Thé très populaire. La fleur, couleur abricot, est grande et les pétales ont des bords ondulés. Parfum riche et fruité.

rosier_connu-Fragrant_Cloud.jpg

« Fragrant Cloud » (syn. Duftwolke, Nuage Parfume)
– Primée par la WFRS en 1981
Dénomination variétale : TANellis
Obtenteur : M. Tantau (Allemagne) en 1963
Hybride de Thé à grandes fleurs possédant un parfum incroyablement puissant. Les fleurs ont une couleur unique : rouge-orange avec un reflet gris-lavande.

rosier_connu-Queen_Elizabeth.jpg

« Queen Elizabeth »
(Déjà introduite au jardin)
– Primée par la WFRS en 1979
Obtenteur : Dr. W.E. Lammerts (USA) en 1954
Classé aux USA dans les Grandiflora, ce rosier a de grandes fleurs roses qui apparaissent régulièrement.