La Chine et les roses…

La rose s’épanouit dans les jardins de Chine depuis 5000 ans.
Et les Chinois ne se contentaient pas de profiter des roses sauvages, non…
Ils cultivaient des variétés qui, dès le 18e siècle, seront introduites en Angleterre et apporteront une véritable évolution dans l’histoire de la culture du rosier européen, permettant de créer, par la même occasion, des centaines de roses nouvelles.
Le Rosier de Chine également appelé Rosa Chinensis se décline en nombreuses variétés parmi lesquelles le Rosier du Bengale ou Bengale rose (Rosa indica).
Plante ornementale par excellence, le Rosa Chinensis est présent dans nos jardins sans même que nous le sachions vraiment…


Il a en effet été utilisé pour créer des roses que nous retrouvons encore aujourd’hui dans nos roseraies, comme les hybrides de thé ainsi que les variétés remontantes qui nous ravissent par leur floraison continue tout au long de la belle saison.
Parmi les innombrables rosiers descendant des premières roses de Chine, il en est un que j’aimerais voir installé dans notre jardin et qui fait partie de ceux qui feront leur entrée prochainement: Old Blush.
Ce rosier est considéré comme l’un des plus anciens, et est cultivé en Chine depuis plus de 1000 ans.
La particularité de ce rosier rose?
Il fleurit presque toute l’année pour peu que le climat ne soit pas trop rude…
J’oubliais: si vous faites une recherche sur internet en indiquant « rose chinoise », vous risquez d’être surpris.
Ce n’est pas sur une rose que vous arriverez dans une premier temps, mais sur des Hibiscus… qui portent le nom de Rose de Chine.

Ecriplume


Le Triangle des Roses

 Quelle est l’odeur de la Rose? Le souffle de la raison et de l’intelligence, un doux guide sur le chemin du royaume éternel

Mevlana Rumi, poète soufi

Il existe en Turquie une région surnommée « Le Triangle des Roses ».
Niché au sud du plateau de l’Anatolie, à une altitude de 1000 à 150 mètres dans la région

des lacs (dans laquelle se situe le lac de Burdur et les vallées de Keçiborlu t d’Islamköy en Isparta), ce secteur a la réputation de représenter l’environnement idéal pour la culture de la mythique Rosa damascena mieux connue sous le nom de Rose de Damas.
L’histoire du pays est étroitement liée à celle de cette fleur dont la première a été plantée en ces lieux en 1894.


Dans ce pays où elle s’épanouit depuis des générations, elle porte de le nom de « gül » et est utilisée autant pour la production d’eau de rose et de parfum que dans la préparation de spécialités culinaires ottomanes.
Il n’est donc pas étonnant que des jardins lui aient été consacrés, notamment dans le célèbre Palais de Topkapi où le parc « Gülhane » est encore de nos jours un lieu dédié à la rose.

Ecriplume