Clin d’oeil automnal

J’aime bien utiliser les trésors de la nature pour en faire des « compositions » que je photographie ensuite pour le plaisir.
Savez-vous ce qu’est la liane qui court sur ce vieux banc?
Regardez mieux…
C’est du houblon.
Encore une première pour moi qui n’en avais jamais vu.

Ecriplume

La drôle de plante

De l’une de ses escapades, mon mari m’a apporté cette plante un peu étrange qu’il a replantée dans le jardin.
Après avoir interrogé l’application PlantNet, j’ai eu confirmation de ce que je pressentais: il s’agit d’une Amaranthe Queue de Renard.
Les seules que j’avais vues jusqu’ici étaient vendues en jardinerie, et les fleurs étaient un peu rachitiques par rapport à ceci…
Va-t-elle accepter de repousser dans le jardin l’an prochain… ce n’est pas sûr.

Ecriplume

Les pétunias font de la résistance!

La sécheresse de cet été les a beaucoup malmenés malgré les nombreux arrosages dont ils ont bénéficié.
Mais dès que la température s’est radoucie, nos pétunias se sont offert une deuxième jeunesse, chose qui ne m’était jamais arrivé les années précédentes.
J’avais coupé tout ce qui était sec, me disant qu’ils n’auraient sans doute pas la force de se relancer.
J’ai eu tort…
En plein mois d’octobre, nous profitons toujours de leurs couleurs exubérantes, et ils n’ont pas l’air d’avoir l’intention de s’arrêter en aussi bon chemin!

Ecriplume

Asters… la renaissance!

Nous avions planté ces asters l’an passé, et ils n’avaient pas vraiment prospéré.
Je les croyais perdus lorsque début octobre, j’ai réalisé que des petites fleurs violettes faisaient leur apparition.
Comme quoi… il ne fait jamais désespérer!

Ecriplume

Le mois des géraniums !

En Suisse où j’ai vécu durant 40 ans, le géranium est le roi des balcons.
Et ce particulièrement en montagne où les chalets en sont abondamment ornés, ceux à fleurs rouges ayant une place de choix dans le coeur des propriétaires.
Comme d’habitude, j’ai une préférence pour les fleurs roses…
La partie de la maison donnant sur la route est donc agrémentée de balconnières remplies de géraniums roses et blancs qui, en ce moment, sont plus beaux que jamais…

Ecriplume


Géranium rosat: le retour!

J’ai toujours quelques géraniums sur les rebords des fenêtres de la maison.
Mais il en est un que j’aime plus que les autres, et qui avait malheureusement disparu de notre jardin: le géranium rosat.
Outre le fait qu’il est utilisé comme huile essentielle, il a une particularité étonnante: son parfum très puissant provient de ses feuilles.
Ma belle-mère, qui est une spécialiste du jardinage, nous a donné cette bouture que j’espère voir prospérer.
Pourquoi?
Parce que son parfum a un effet très tonique sur celui qui le respire…

Ecriplume

La renouée des oiseaux

Cette petite plante s’appelle la renouée des oiseaux.
Elle est sans doute envahissante, ce qui lui vaut une réputation de « mauvaise » herbe.
Mais elle est aussi porteuse de graine dont les oiseaux raffolent, d’où son nom.
Quant à ses fleurs… elles sont les plus petites de notre jardin!

Ecriplume

La force de la vigne…

Plusieurs pieds de vignes s’épanouissent dans le jardin.
Certains ont moins de cinq ou six ans, ramenés depuis la Suisse où ils ont commencé leur existence dans des pots, d’autres sont beaucoup plus anciens, plantés à l’époque par le grand-père de mon mari.
Celle-ci, qui se trouve devant le poulailler, en fait partie.
Alors que l’ensemble du jardin souffrait de la sécheresse, elle ne semblait absolument pas perturbée.
Les feuilles sont restées parfaitement vertes, sans la moindre trace de faiblesse.
En pleine forme, la vigne longe le poulailler, poursuit sa route tout au long de l’enclos et file sur le mur par-dessus mon bureau avant de finir sa course, pour le moment, en longeant la crête de la véranda.
La force de cette vigne qui, au fil de sa trajectoire, est couverte de grappes de raisins, m’impressionne…

Ecriplume

Dahlias à l’horizon…

Si l’on peut trouver quelques dahlias dans le jardin, c’est uniquement parce que mon mari les apprécie.
Il en a planté quelques-uns dans une marmite avec des chrysanthèmes qui n’ont malheureusement pas repris l’année suivante.
Les dahlias, eux, paraissent en forme…

Ecriplume