Bouquet après bouquet…

Le nouveau…
… et l’ancien.

Mon dernier bouquet arrive doucement en fin de vie après une quinzaine de jours d’existence.
C’était le moment d’en installer un deuxième dans le Jardin d’Hiver, qui prendra le relais de son prédécesseur…

Ecriplume

Fleurs de soleil…

Comment résister au mimosa?
Mon mari m’en a offert un gros bouquet la semaine dernière, apportant un coup de soleil dans la maison!
Mais nous savons tous que cette fleur merveilleuse est extrêmement fragile et a tendance à sécher très vite.
Mon astuce pour la conserver un peu plus longtemps?
Je la vaporise au brumisateur.
Cela nous accorde un peu plus de temps en sa compagnie…

Ecriplume

Auto-cadeau de roses!

Depuis que je suis en France, j’ai repéré deux endroits où sont vendues des roses que j’aime énormément, à petits prix.
C’est en général en hiver que je craque de temp en temps et que j’en confectionne de gros bouquets qui, dans la véranda, se conservent durant trois semaines voire plus.


Je n’ai pas résisté en cette période où le soleil fait son retour sous des températures plus froides… et je suis revenue avec trois bottes.
Voici donc mon compagnon pour quelques semaines…

Ecriplume

Le lisianthus va-t-il détrôner la rose?

J’aime bien les lisianthus (Eustoma grandiflorum) qui, lorsqu’ils enrichissent un bouquet, lui apportent une touche de raffinement.
Sans doute parce que la fleur ressemble beaucoup à certaines roses.
Je ne suis pas particulièrement sensible à la couleur rose délavé de ceux que j’ai en ce moment dans la maison, mais au moment de les acheter, j’ai appris quelque chose qui m’a interpellée.
Ma fleuriste m’a dit que son fournisseur lui a confié que les producteurs travaillent énormément sur cette fleur originaire du sud des Etats-Unis où on les trouve notamment dans les prairies et les terrains vagues.
Et ce dans un but: lui permettre de détrôner la rose d’ici quelques années.
Il est vrai que le lisianthus a quelques qualités évidentes.
Outre le fait d’être belle, la fleur dure longtemps, est moins chère qu’une rose, et son charme raffiné est évident.
Elle est également surnommée Gentiane des prairiesCampanules du Texas ou Rose Japonaise.
Il faudra compter avec elle dans le futur, c’est certain.
Mais de là à détrôner la rose… j’ai de gros doutes.

Ecriplume

Ma rencontre avec Juliet… une rose sublime

J’ai parlé de la rose Juliet dans un article précédent: Des roses coupées d’exception.
Depuis cette visite à ma fleuriste préférée (de la Boutique Ami Pierrot de St Germain) , j’ai laissé passé le temps, espérant toujours au fond de moi que je finirais un jour par trouver cette fleur dont je rêve depuis longtemps.
Cette semaine, alors que je passais dans sa boutique, la fleuriste m’a annoncé qu’elle s’était renseignée auprès de son fournisseur, et qu’elle pouvait obtenir la fleur en question.
J’en ai commandé un bouquet dans la foulée… évidemment.
Ce jeudi, en fin de matinée, je suis retournée au magasin où j’ai ainsi découvert pour la première fois cette rose sublime.
Sa couleur pêche douce, ses formes galbées et ce parfum léger de roses anciennes: j’avais entre le mains le bouquet romantique par excellence…

Des roses d’exception… un vrai bonheur!
De retour chez moi, je les ai photographiées sous toutes les coutures.
Et je me suis posé la question: où sont-elles cultivées?
J’avais du mal à croire qu’elles provenaient toutes d’Angleterre alors qu’elles sont prisées un peu partout dans le monde…
J’avais vu juste: ces fleurs sublimes aux coeurs si parfait sont issues d’une production exclusive en Colombie, à Bogota (Alexandra Farms).
Ma recherche m’a menée sur le site d’Alexandra Farms, plus grand producteur de roses de mariage David Austin fraîchement coupées sous licence au monde.
Quinze des variétés les plus romantiques de David y sont cultivées et de nouvelles variétés sont testées.
J’ai aussi découvert sur ce site d’autres roses magnifiques, produits sous les marques Princess Japonese Garden Roses, Wabara (également japonaise) ainsi que 31 autres variétés cultivées sur place mais également dans d’autres pays du monde.
J’approfondirai prochainement.
Mais en attendant, je me concentre à prendre soin de mes roses Juliet si belles et si fragiles…

Ecriplume


Rose Edith, de David Austin… fantasme de rose…

Outre les rosiers que nous plantons dans nos jardins, la maison David Austin propose également des roses coupées dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici dans la catégorie Bouquets Fleuris.
Ces fleurs ne se trouvent que par l’intermédiaire des fleuristes qui peuvent les commander, et sont particulièrement destinées à la décoration de mariages.

Il y a peu, j’ai découvert celle qui s’appelle Edith Rose.
Elle me séduit un peu moins que celle qui s’appelle « Juliet », que j’ai déjà présentée mais fait partie de ces roses sublimes que l’on rêverait de cultiver…

Ecriplume

Et pour mémoire, revoici « Juliet »…

Dernières roses de l’année…

Une imposante gelée blanche recouvrait le jardin ce samedi matin, à notre réveil.
Il était clair que les derniers rosiers en fleurs ne pourraient pas mener à terme les boutons…
J’ai donc empoigné mon sécateur et j’ai coupé les ultimes roses de l’année…
Dans un petit vase, j’ai placé une Boscobel parfumée et dans un autre, plus grands, des fleurs de Gruaud-La-Rose, de Scepter d’Isles et de Spiririt of Freedom ont trouvé leur place.
Il ne me reste plus qu’à espérer qu’elles vont pouvoir s’ouvrir complètement et libérer leurs parfums…

Ecriplume

Des roses coupées d’exception

Voici quelques semaines, alors que j’étais chez la fleuriste de St-Germain, je lui ai confié que je cherchais depuis quelque temps déjà à me procurer un bouquet uniquement composé

de roses Juliet de David Austin.
Avec sa couleur rose pêche et sa corolle en forme de coupe enrichie d’une rosace parfaite, cette fleur est une merveille souvent utilisée pour les mariages.
La jeune femme m’a expliqué qu’elle pouvait essayer de la trouver, ajoutant qu’elle attendait une commande de roses coupées de David Austin pour un mariage qui devait se dérouler le week-end suivant.
Elle avait commandé un peu plus de fleurs que nécessaire et me proposais, si je le souhaitais de m’en vendre quelques-unes.
Le jour dit, j’étais là à l’ouverture du magasin pour découvrir ces roses magnifiques dont je ne connais toujours pas le nom.

Elles avaient des similitudes avec la variété « Keira », mais rien n’est moins sûr que de dire qu’il s’agit d’elle.
Par leur parfum, leur forme, leurs couleurs, elles me faisaient beaucoup penser aux fleurs de toute beauté du rosier « Gruaud-la-Rose » qui rayonne dans notre jardin.
Je suis ressortie avec cinq roses sublimes, que j’ai passé plusieurs jours à admirer, à humer et à photographier sous toutes les coutures.
A chaque étape de leur floraison, elles ont été d’une beauté parfaite.
Comme les rosiers offrant ces roses d’exception ne sont pas proposés à la vente, il ne m’est donc pas possible de les cultiver.

Ce qui n’est finalement pas bien grave: il est rarissime que je coupe une rose.
Celles qui terminent leur vie dans un vase ont généralement été victimes d’un accident dû à la météo ou à un geste maladroit.
Donc, même si je pouvais cultiver ces merveilles, je les laisserais très probablement vivre leur vie sans en faire profiter la maison…

Ecriplume