Rose Edith, de David Austin… fantasme de rose…

Outre les rosiers que nous plantons dans nos jardins, la maison David Austin propose également des roses coupées dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici dans la catégorie Bouquets Fleuris.
Ces fleurs ne se trouvent que par l’intermédiaire des fleuristes qui peuvent les commander, et sont particulièrement destinées à la décoration de mariages.

Il y a peu, j’ai découvert celle qui s’appelle Edith Rose.
Elle me séduit un peu moins que celle qui s’appelle « Juliet », que j’ai déjà présentée mais fait partie de ces roses sublimes que l’on rêverait de cultiver…

Ecriplume

Et pour mémoire, revoici « Juliet »…

Dernières roses de l’année…

Une imposante gelée blanche recouvrait le jardin ce samedi matin, à notre réveil.
Il était clair que les derniers rosiers en fleurs ne pourraient pas mener à terme les boutons…
J’ai donc empoigné mon sécateur et j’ai coupé les ultimes roses de l’année…
Dans un petit vase, j’ai placé une Boscobel parfumée et dans un autre, plus grands, des fleurs de Gruaud-La-Rose, de Scepter d’Isles et de Spiririt of Freedom ont trouvé leur place.
Il ne me reste plus qu’à espérer qu’elles vont pouvoir s’ouvrir complètement et libérer leurs parfums…

Ecriplume

Des roses coupées d’exception

Voici quelques semaines, alors que j’étais chez la fleuriste de St-Germain, je lui ai confié que je cherchais depuis quelque temps déjà à me procurer un bouquet uniquement composé

de roses Juliet de David Austin.
Avec sa couleur rose pêche et sa corolle en forme de coupe enrichie d’une rosace parfaite, cette fleur est une merveille souvent utilisée pour les mariages.
La jeune femme m’a expliqué qu’elle pouvait essayer de la trouver, ajoutant qu’elle attendait une commande de roses coupées de David Austin pour un mariage qui devait se dérouler le week-end suivant.
Elle avait commandé un peu plus de fleurs que nécessaire et me proposais, si je le souhaitais de m’en vendre quelques-unes.
Le jour dit, j’étais là à l’ouverture du magasin pour découvrir ces roses magnifiques dont je ne connais toujours pas le nom.

Elles avaient des similitudes avec la variété « Keira », mais rien n’est moins sûr que de dire qu’il s’agit d’elle.
Par leur parfum, leur forme, leurs couleurs, elles me faisaient beaucoup penser aux fleurs de toute beauté du rosier « Gruaud-la-Rose » qui rayonne dans notre jardin.
Je suis ressortie avec cinq roses sublimes, que j’ai passé plusieurs jours à admirer, à humer et à photographier sous toutes les coutures.
A chaque étape de leur floraison, elles ont été d’une beauté parfaite.
Comme les rosiers offrant ces roses d’exception ne sont pas proposés à la vente, il ne m’est donc pas possible de les cultiver.

Ce qui n’est finalement pas bien grave: il est rarissime que je coupe une rose.
Celles qui terminent leur vie dans un vase ont généralement été victimes d’un accident dû à la météo ou à un geste maladroit.
Donc, même si je pouvais cultiver ces merveilles, je les laisserais très probablement vivre leur vie sans en faire profiter la maison…

Ecriplume