Deux nouveaux camélias…

Tom Knudsen

Deux nouveaux camélias ont fait ce lundi leur entrée dans le jardin.
Point commun: ils donneront tous deux des fleurs rouges.

Le premier, ci-dessus, est un camélia japonica Tom Knudsen et le second, ci-contre, un camélia japonica Charles Cobb, connu pour avoir une croissance lente.

Tous deux sont en pleine santé et porteurs de nombreux boutons… ce qui ne veut pas dire qu’ils fleuriront tous et que les plantes resteront aussi belles.
Mon expérience avec mes deux autres camélias, roses ceux-ci, et de variétés camélias du Japon Nuccio’s Cameo, m’a démontré qu’ils peuvent être fragiles.
C’est ainsi que mes deux ainés ont reçu un traitement pour soigner la chlorose qui est la plupart du temps imputable à une carence du sol.
Le nôtre est régulièrement enrichi d’engrais naturel, mais cela ne semble pas suffire à mes deux protégés qui ont donc été l’objet d’une attention toute particulière…

Ecriplume

Un écrin pour les camélias

Il y a quelques jours, mon mari m’avait fait le croquis de ce qu’il comptait faire pour protéger les camélias du froid.
Le plus petit des deux a été le premier a être protégé.

Puis le deuxième a reçu le même traitement, et tous deux ont été paillé tandis que les pieds des rosiers avaient droit de leur côté à une épaisse couche de feuilles mortes.
Heureusement…
La nuit qui a suivi, il a gelé…
Le jardin s’est réveillé sous une couverture blanche.
J’espère que les camélias supporteront le choc et que les boutons déjà formés arriveront à éclore…

Ecriplume

Opération protection des camélias

J’aime énormément les camélias, comme je l’ai déjà expliqué ici.
Raison pour laquelle j’en ai acheté deux en début d’année, que mon mari a plantés à l’entrée du Jardin aux Roses.
L’un d’eux, plus grand que l’autre, est arrivé en boutons et nous a offert une fleur superbe que j’ai présentée dans ces colonnes, et que j’aimerais retrouver lors de prochaines floraisons.
Mais ces arbustes, qui se développent lentement, sont suffisamment fragiles pour que quelques précautions soient prises.
En été, j’ai veillé à ce qu’ils ne manquent jamais d’eau malgré la sécheresse.
Et en cette saison déjà quasi hivernale, d’autres mesures doivent être prises.
Comme pour mes rosiers les plus délicats, je guette la météo pour anticiper le gel et les protéger avec des voiles d’hivernage, mais cela ne suffit pas.
Il faut également couvrir le pied de la plante avec des feuilles mortes et du foin ou de la paille lorsque le gel est sévère, et ne pas laisser la neige sur les feuilles.
Dans cette optique de protection, mon Capitaine m’a expliqué qu’il comptait effectuer une petite installation pour que les deux camélias soient bien à l’abri.

Histoire que je comprenne ce qu’il voulait faire, il a dessiné ce croquis qui, mieux que n’importe quelles paroles, m’a fait comprendre ce qui sera mis en place.
Les camélias seront choyés…

Ecriplume

Les camélias du Japon

Cette année, j’ai fait l’acquisition de deux camélias du Japon destinés à prendre le relais des roses lors de la saison froide… puisqu’ils sont censés fleurir de l’automne au printemps.
Le plus grand des deux est arrivé couvert de boutons, et la vue de ces fleurs parfaites m’a enchantée…
Quelques mois après leur arrivée, les deux arbustes ont très peu grandi.
Il leur faut du temps pour se développer…
J’ignore s’ils nous offriront déjà des fleurs cette année.
Mais j’attends avec impatience…

Ecriplume