La robe pourpre de Brother Cadfaël

Brother Cadfael, photo David Austin

J’ai toujours une petite liste de noms rosiers que j’aimerais voir rejoindre la roseraie.
Parmi ces noms, il y avait celui de Brother Cadfael, de David Austin.
Comme tous les nouveaux arrivés plantés ces derniers mois mais pas encore fleuris, je le présenterai en détails dans le Répertoire des rosiers du Jardin.

Mais je voulais saluer comme il se doit l’entrée de ce rosier offert par Promesse de Fleurs.
Je sais qu’il s’agit de l’un des plus parfumés de David Austin, et qu’il donne de grosses fleurs magnifiques.
Avant même qu’il ne présente le moindre bouton, je suis tombée sous le charme de ce premier feuillage printanier qu’il déploie depuis son arrivée.
Des feuilles rouges presque aussi belles que des fleurs…

Ecriplume

Mon regret: Charlotte

Je sais que toute personne possédant un jardin voit parfois mourir l’une ou l’autre de ses plantes.
J’ai ainsi perdu quatre rosiers en un peu plus de deux ans.
J’ai toujours la nostalgie de l’un d’eux Chantal Thomass, que j’aurais tellement voulu voir s’épanouir dans la roseraie.
J’ai fait deux tentatives, toutes deux soldées par un échec qui me pousse à penser qu’il est inutile d’insister.
Mais l’échec qui m’a fait le plus de peine, c’est Charlotte, de David Austin.
J’ai déjà consacré un article à cette disparition, mais j’évolue dans ma réflexion.
C’est la seule fois (pour le moment!) où j’ai rencontré un problème avec un rosier anglais.
Jusqu’alors, je les avais tous fait venir d’Angleterre, et tous ont refleuri sans souci.
Celui-là, je l’avais pris dans le rayon jardinerie d’une grande surface de bricolage.
Etait-il plus fragile, a’a-t-il pas supporté la chaleur?
Je l’ignore.
Toujours est-il qu’il a dépéri et a fini par mourir durant l’été.
Aujourd’hui encore, je le regrette.
Maist je pense que je n’en resterai pas là.
J’ai très envie de faire revenir Charlotte dans la roseraie, en pleine terre ou en pot.

Ecriplume

The Poet’s Wife

On dit que le jaune est la couleur la moins aimée.
Pas par moi du moins…


J’ai deux rosiers jaunes dans la roseraie, dont un, planté cet automne, n’a pas encore fleuri, et je suis attirée par un troisième qui porte un nom qui m’a intriguée: The Poet’s wife.

A quelle femme de poète pensait David Austin lorsqu’il a créé cette fleur très parfumée?
Je n’ai pas réussi à trouver la réponse pour le moment…

Ecriplume

Gentle Hermione

Alors que les derniers rosiers commandés ne sont pas encore arrivés , je continue à étudier, à comparer et à me faire une idée sur les rosiers coups de coeur que j’aimerais un jour rajouter à la roseraie.
Gentle Hermione en fait partie.
Ce joli rosier de type ancien de David Austin m’a pourtant égarée à propos de son nom.


Je pensais qu’il avait été créé en hommage à la Frégate de la Liberté.
Mais non, pas du tout…
Dans le Conte Hiver de William Shakespeare, Hermione est l’épouse de Leonte, Roi de Sicile.
Et c’est à elle qu’a été dédiée cette rose au parfum puissant…

Ecriplume

L’arrivée mouvementée de Glamis Castle

Glamis Castle

Lorsque je commande un rosier David Austin, je m’arrange généralement pour me le procurer directement auprès de la maison mère.
Je préfère toujours, lorsque c’est possible, m’adresser à la source.
Je n’ai jamais eu le moindre problème avec les rosiers achetés directement au Royaume-Uni… alors que j’en ai perdu un estampillé David Austin, mais acheté en jardinerie en France.
Lorsque j’ai souhaité me procurer un exemplaire du très beau Glamis Castle, j’ai donc été sur le site David Austin.
Mais, manque de chance… il était retiré de la vente.
Ca a été un regret pour moi , mais je ne me suis pas découragée.
J’ai fait d’autres recherches et j’en ai trouvé un exemplaire chez Promesse de Fleurs.
Quelques jours plus tard, le colis arrivait…
J’avais pris la précaution de choisir un rosier en pot de 4 litres, pour qu’il s’acclimate sans trop de difficultés.
Lorsque j’ai ouvert le paquet, j’ai eu un choc.
Ce petit rosier était dans un triste état.
Une bonne partie de ses branches étaient sèches, transformées en bois mort.
Je lui ai fait un brin de toilette avant de le confier aux bons soins de mon Capitaine qui l’a planté sans lésiner sur le terreau et l’engrais naturel.
Je vais suivre sa croissance avec attention…
Ce joli rosier dont les fleurs ont une forme et une couleur si délicates fait partie de ceux que je rêve de voir éclore dans le jardin.
J’espère que, dans quelques mois, je pourrai lui consacrer une page dans la rubrique « Répertoire des rosiers du jardin », page illustrée par des photos que j’aurai prises moi-même lors de sa première floraison!
Mais avant… il va falloir qu’il se remette de ses émotions!

Ecriplume

Ma rencontre avec Juliet… une rose sublime

J’ai parlé de la rose Juliet dans un article précédent: Des roses coupées d’exception.
Depuis cette visite à ma fleuriste préférée (de la Boutique Ami Pierrot de St Germain) , j’ai laissé passé le temps, espérant toujours au fond de moi que je finirais un jour par trouver cette fleur dont je rêve depuis longtemps.
Cette semaine, alors que je passais dans sa boutique, la fleuriste m’a annoncé qu’elle s’était renseignée auprès de son fournisseur, et qu’elle pouvait obtenir la fleur en question.
J’en ai commandé un bouquet dans la foulée… évidemment.
Ce jeudi, en fin de matinée, je suis retournée au magasin où j’ai ainsi découvert pour la première fois cette rose sublime.
Sa couleur pêche douce, ses formes galbées et ce parfum léger de roses anciennes: j’avais entre le mains le bouquet romantique par excellence…

Des roses d’exception… un vrai bonheur!
De retour chez moi, je les ai photographiées sous toutes les coutures.
Et je me suis posé la question: où sont-elles cultivées?
J’avais du mal à croire qu’elles provenaient toutes d’Angleterre alors qu’elles sont prisées un peu partout dans le monde…
J’avais vu juste: ces fleurs sublimes aux coeurs si parfait sont issues d’une production exclusive en Colombie, à Bogota (Alexandra Farms).
Ma recherche m’a menée sur le site d’Alexandra Farms, plus grand producteur de roses de mariage David Austin fraîchement coupées sous licence au monde.
Quinze des variétés les plus romantiques de David y sont cultivées et de nouvelles variétés sont testées.
J’ai aussi découvert sur ce site d’autres roses magnifiques, produits sous les marques Princess Japonese Garden Roses, Wabara (également japonaise) ainsi que 31 autres variétés cultivées sur place mais également dans d’autres pays du monde.
J’approfondirai prochainement.
Mais en attendant, je me concentre à prendre soin de mes roses Juliet si belles et si fragiles…

Ecriplume


Les roses d’Abraham

Je l’ai déjà écrit dans ces pages: avant d’être replanté dans le jardin, mon rosier Abraham Darby a vécu sur le balcon de notre appartement suisse, en pot.
Et , durant toute cette période, cette merveille m’a offert des fleurs énormes, époustouflantes de beauté.


Pour ceux qui ne comprendraient par pourquoi je l’aime tellement… regardez ces images…

Ecriplume

Rose Edith, de David Austin… fantasme de rose…

Outre les rosiers que nous plantons dans nos jardins, la maison David Austin propose également des roses coupées dont j’ai déjà eu l’occasion de parler ici dans la catégorie Bouquets Fleuris.
Ces fleurs ne se trouvent que par l’intermédiaire des fleuristes qui peuvent les commander, et sont particulièrement destinées à la décoration de mariages.

Il y a peu, j’ai découvert celle qui s’appelle Edith Rose.
Elle me séduit un peu moins que celle qui s’appelle « Juliet », que j’ai déjà présentée mais fait partie de ces roses sublimes que l’on rêverait de cultiver…

Ecriplume

Et pour mémoire, revoici « Juliet »…

BOSCOBEL

Boscobel m’a interpellée comme quelques autres alors que je me trouvais dans la jardinerie Leclerc.
Acheté et planté le 7-06-2018 il s’est rapidement distingué par sa jolie floraison délicieusement parfumée et ses belles rosettes couleur corail…

Dans un premier temps, ce rosier signé David Austin a été planté dans l’un des premiers parterres du jardin.
La roseraie n’était pas encore vraiment élaborée et cette place n’était pas faite pour lui.
Je ne l’ai compris que plus tard.
Plusieurs rosiers qui ont commencé leur vie à cet endroit n’ont pas survécu ou ont végété.
Lui s’est battu.
Il a fleuri mais m’a fait comprendre que cet endroit n’était pas fait pour lui.
L’automne suivant, il a donc été déplacé pour trouver une nouvelle place le long de l’allée centrale de la roseraie.
Il m’a aussitôt prouvé sa reconnaissance en fleurissant deux fois dans l’année, de manière abondante.
Sa dernière floraison se passe en ce moment, fin octobre 2019.
Il nous offre pas moins de six roses parfaites, nous accordant le privilège de repousser l’automne en rêvant de printemps…

Ecriplume

  • Type de Rosier: Rosier Anglais 
  • Obtenteur: David Austin 
  • Année d’Obtention :  2012
  • Appellation:  Auscousin
  • Port:  Buissonnant, irrégulier
  • Famille: Rosier Anglais Hybrides Leander
  • Couleur: Rose corail, rose saumon
  • Parfum:  Parfum puissant de myrrhe mêlé d’une touche d’aubépine et de notes de sureau, de poire et d’amande.
  • Floraison: Remontante 
  • Résistance aux maladies: Bonne
  • Hauteur: 110 cm
  • Largeur:  110 cm
  • Fleurs: 9 cm
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol: Léger
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

Conseils de taille:
La taille des rosiers anglais buissonnants est indispensable à la floraison.  A la fin de l’hiver raccourcissez les rameaux à 3 -5 yeux au dessus du sol (au plus bas), choisissez un œil partant vers l’extérieur pour un port plus élégant. Profitez de cette taille pour éliminer les bois morts et les branches disgracieuses. La taille s’effectue en biseaux au dessus d’un œil. Au fur et à mesure de la floraison éliminez les fleurs fanées, cela stimule l’épanouissement d’autres boutons.

D’où vient son nom

On raconte que le Roi Charles II se cacha dans un chêne creux à Boscobel House durant la Guerre Civile Anglaise.