La première rose peinte

En 1900, les vestiges du palais de Knossos, en Crète, ont livré l’une de leurs merveilles: La fresque à l’oiseau bleu.
Cette fresque, qui embellissait les murs du palais construit vers l’an 2000 avant Jésus-Christ, serait la première représentation connue de roses peintes.
Personne ne peut dire de quel genre de roses il s’agit, sauvages ou cultivées, d’autant que la fresque a été restaurée et que les roses ont été repeintes en jaune avec six pétales.
Seule l’une d’entre elles, qui arbore un rose doré et un coeur orange, semble être originale.
Selon le botaniste Charles Chambertlain Hurst (1870 – 1947), il s’agirait de la Rosa richardii aussi appelée La rose sainte d’Abyssinie.

Encore aujourd’hui, cette fleur est appréciée notamment pour son intérêt historique puisqu’elle ornait les sanctuaires Chrétiens de l’Antiquité et, donc, probablement, les fresques crétoises de l’époque minoenne.
Et voici à quoi ressemble cette rose venu du fond des temps…

Ecriplume

Les roses de Gustave Caillebotte

Roses dans le jardin au Petit-Gennevilliers, Gustave Caillebotte

La rose a été très souvent représentée en peinture, et ce à toutes les époques.
Elles apportent toujours une touche de romantisme à une toile.
Nous devons celles de ce tableau à un peintre original aux multiples talents: Gustave Caillebotte.
Cet homme raffiné, brillant et précieux mécène, était architecte navale, grand philatéliste et féru d’horticulture et de botanique.
Il a peint ici le jardin de sa maison au Petit Gennevilliers où sa compagne, Charlotte Berthier s’occupe d’un massif de roses.
Elle avait 23 ans à l’époque où ce tableau a été peint, vers 1886.
Dans cet endroit où les jardins étaient, dit-on, très beaux, le maître des lieux aimait recevoir ses amis impressionnistes, parmi lesquels Claude Monet dont il était proche, lui-même grand passionné de jardinage.
L’univers de Caillebotte se découvre aujourd’hui en allant visiter la Propriété Caillebotte à Yerres, en Essonne.
Une merveille…

Ecriplume