Garçons ou filles?

Ils sont donc quatre, absolument craquant, qui, depuis leurs naissances insolites intervenues il y a moins d’une semaine, ont considérablement modifié le comportement de certaines de nos poules ainsi que le quotidien du poulailler… et le nôtre.
Pour le moment, il est impossible de définir à l’oeil lesquels sont des mâles et lesquelles sont des femelles.
Nous n’avons donc pas encore attribué de prénoms, à une exception près…

L’aîné de la fratrie, ici à gauche, est un peu plus grand que ses frères et/ou soeurs, ce qui nous pousse à penser que c’est un « garçon ».
Nous l’avons donc appelé Antonin… quitte à le débaptiser par la suite s’il devait s’avérer qu’il s’agit plutôt d’une demoiselle!

Ecriplume

Des naissances au jardin…

Depuis un mois, deux de mes petites poules Pékin remplissaient une mission que je leur avais confiée: couver cinq oeufs fécondés de cane Coureur Indien.
J’avais compté qu’ils naîtraient aux environs du 9 juin.
Mais depuis plusieurs jours, je sentais que quelque chose se modifiait dans le poulailler.
Bulle, notre petite poule à laquelle j’avais confié les oeufs de cane à couver, continuait sa tâche.
Nous sortions Bulle, ma mini poule en charge de quatre des cinq oeufs, trois ou quatre fois par jour pour qu’elle se nourrisse et tournions les oeufs délicatement pendant son absence.
Samedi matin, j’ai réalisé que l’un d’eux était légèrement abimé.

J’en ai parlé à mon Capitaine.
Il devenait urgent de sécuriser l’endroit pour que les éventuels petits ne puissent pas tomber du nid.
Il a construit une petite cabane en carton qu’il a paillée et glissé dans le sac à foin où Bulle avait installé son nid.
Puis il a fixé une petite planchette pour qu’ils ne puissent pas chuter avant que le nid ne soit posé plus bas, après l’éclosion de tous les oeufs viables.
Ne restait plus qu’à attendre.

Dimanche, trois adorables canetons sont nés.
Un quatrième, celui confié à ma deuxième poule, Chine, les a rejoints lundi matin.
Le dernier oeuf, malheureusement, contenait un petit mort-né.

Depuis, le poulailler est en effervescence.
Nos canetons profitent d’assiettes cinq étoiles confectionnées par mon Capitaine, ils jouent, se chamaillent, vivent leur vie de petits canards sous les yeux attendris de leurs mères poules, de Pomme mon bichon havanais et… sous les nôtres…

Ecriplume

Le nichoir inattendu…

Un chat rôdait autour de la Cabane de la Chouette…
Sa présence a intrigué mon Capitaine qui, en s’approchant, a réalisé que des oiseaux avaient construit leur nid dans ce que j’appelle « la Boîte aux Lettres du Père Noël ».
Nous avons donc commencé à monter la garde…
Un matin durant la semaine, le chat était à nouveau là.
Et, perché sur l’ouverture du nid, ce minuscule oiseau guettait, fragile sentinelle sans défense.
Nous n’avions pas imaginé que des oiseaux choisiraient cet endroit pour s’y installer…

Ecriplume

La sieste de Neige

Alors que ce mois d’avril est extrêmement sec et chaud dans notre région de Franche-Comté, les animaux qui vivent dans le jardin vaquent à leurs occupations, profitant des nombreuses zones d’ombres dispensées par le couvert des arbres et les petites cabanes placées à leur intention.
Parmi mes huit poules d’ornement, Neige, ma très familière poule hollandaise, a le chic pour trouver des endroits bien cachés et complètements inattendus afin d’y faire sa sieste.
Cette fois, elle avait trouvé refuge dans un pot de la petite réserve entassée dans un recoin bien dissimulé du jardin.
Il nous a fallu un bon quart d’heure de recherches et d’appels désespérés avant qu’enfin mon mari ne la trouve complètement par hasard.
Il faut dire que, pour Neige, la sieste est sacrée.
Même si, en temps normal, elle répond à son nom comme le ferait un chien, il est hors de question pour elle d’interrompre son moment de récupération, même pour ne donner qu’un simple signe de vie!

Ecriplume

Neige et Kiwi

Que serait le jardin sans la présence des animaux qui y vivent ?
Des centaines d’oiseaux, bien sûr, mais aussi mes huit poules d’ornement dont j’ai déjà parlé.
Parmi elles, Neige et Kiwi sont très particulières.
Elles sont les seules poules hollandaises du groupe, les six autres étant toutes de ravissantes poules Pékin.

Je suis très attachée à chacune d’entre elles.
Mais Neige et Kiwi sont les plus apprivoisées, celles qui répondent à leurs noms mieux encore que les autres, et accourent dès que nous les appelons.
Très sociables, elles s’entendent bien avec chacune des membres de la petite troupe à qui elles ont appris que certaines limites ne doivent jamais être franchies sous peine de déclencher l’ire de Neige.
Inséparables, toutes deux passent leur temps ensemble, se cherchant et s’appelant désespérément lorsque l’une d’elles s’éloigne trop de l’autre.
J’ai cru perdre Kiwi, la grise, lorsque l’an dernier, elle a commencé à boiter gravement.
Le vétérinaire a diagnostiqué de l’arthrite, m’a appris à lui faire des piqûres mais ne m’a pas laissé beaucoup d’espoir : la maladie ne pouvait que s’aggraver et j’allais perdre ma jolie poule.
Nous avions donc convenu que, comme elle semblait toujours profiter de sa vie, j’allais continuer les soins et la laisser mener sa petite existence en paix.
Je m’en suis occupée du mieux que j’ai pu, lui faisant ses piqûres, lui massant la patte avec une pommade de ma connaissance, la faisant profiter de séances d’aqua-thérapie maison…
Ce printemps, je dois me rendre à l’évidence: Kiwi va mieux, beaucoup mieux, même!
Elle ne boite pratiquement plus, coure même aussi vite que les autres pour me rejoindre lorsque j’apparais, mange comme quatre et s’intéresse à tout ce qui l’entoure.
Un petit miracle…
Neige, sa soeur, est un spécimen rare.
Elle est la plus douce et la plus adorable des poules… mais sait parfaitement se faire respecter.
Lorsque l’une de mes Pékins se risque à avoir un mouvement d’humeur à son égard, elle se défend bec et ongles et la poursuit jusqu’à ce qu’elle soit sûre que la leçon a été comprise.
Mieux encore, si elle voit que quelqu’un ennuie Kiwi ou l’une des poules qu’elle prend sous sa protection, elle intervient tout aussi vigoureusement.
Une petite « Zorrote »…

Neige a le chic pour choisir les endroits les plus baroques pour y faire la sieste.
Lorsqu’elle disparaît et que je m’inquiète au point de l’appeler, nous la voyons ressurgir ébouriffée et à moitié endormie d’endroits les plus improbables qui soit.

Ces irrésistibles petits personnages au look très personnel sont essentiels dans le jardin.
Ils y apportent de la joie, de la drôlerie et de la beauté…

Ecriplume

Rencontre du Troisième Type

Avant qu’une barrière souple amovible ne soit posée pour empêcher mes poules d’aller saccager la roseraie, elles aimaient se promener un peu partout dans le périmètre qui leur était ouvert… et qui comprenait l’espace situé devant mon bureau.
Pomme, ma petite chienne bichon havanais, est intéressée par ces beaux oiseaux qu’elle côtoie sans la moindre animosité.
Seul bémol: elle ne leur autorise pas l’entrée de mon bureau, les repoussant doucement lorsque l’une d’elles souhaite entrer.


Ce qui n’a d’ailleurs pas empêché Bulle, que l’on voit sur cette photo, d’y pénétrer alors que Pomme avait le dos tourné!

Ecriplume

Le visiteur discret…

Il est arrivé un jour d’été sans tambour ni trompette, sans doute surpris de provoquer des réactions aussi charmées sur son passage.
Nous ne l’avons pas dérangé, le contemplant de loin, et laissant ce bel hérisson se balader à sa guise.


Il a disparu comme il est venu, mais nous savons qu’il y a tellement de cachettes possibles dans le jardin que soit il y est encore, soit il y reviendra!

Ecriplume

Les reines du jardin

De bas en haut: Kaki, Plume et Praline

Je n’ai pas encore parlé d’elles dans ces colonnes, mais la partie Est du jardin est le territoire réservé de huit poules… et pas n’importe lesquelles!
A notre arrivée, je me suis procuré quatre Batam de Pékin, de ravissantes et douces poules naines toutes rondes.

De gauche à droite: Praline, Kaki, Chine et, devant, Bulle

Il y a Chine, au plumage gris caillouté de blanc, Kaki, ma mille-fleurs rousse que j’a soignée durant plus d’un mois à son arrivée car elle était malade, Praline au plumes noires et brillantes, et Plume, la petite poule grise et noire.
Par la suite, j’ai repris trois autres demoiselles: Bulle, une jolie Pékin blanche et rousse très délurée, et deux petites poules hollandaise craquantes à souhait avec leur huppe.

Neige, petite poule hollandaise très familière et drôle


L’une, Neige, est toute blanche, et l’autre, Kiwi, est grise à tête blanche.
Puis, fin octobre 2019, j’ai recueilli deux des petites poules de mon fils qui ne pouvait plus les garder pour cause de déménagement.
Deux belles Pékin, elles aussi: l’une, Tina, aussi noire que Praline, et l’autre, une superbe poule « bleue » (un gris perlé magnifique) que mon petit-fils avait eu la bonne idée d’appeler Kaki comme la mienne… ce qui complique un peu les choses.
Même si les Pékin sont d’adorables poules, elles ont horreur de voir leurs habitudes contrariées, et il est très difficile de leur adjoindre de nouvelles copines, toujours très mal reçues.
Il faut donc beaucoup de patience pour ramener la paix…
Fin avril 2019, j’ai eu le chagrin de perdre Plume.
Le vétérinaire n’a rien pu faire, et une autopsie a révélé un éclatement de la vésicule.
Kiwi, quant à elle, est atteinte d’arthrite à une patte, maladie incurable.

Kiwi chez le vétérinaire


J’ai appris à lui faire des piqûres, je l’ai soignée, choyée, mais là encore, il n’y a rien à faire…
Elle ne pose plus sa patte au sol, mais continue à courir, à manger, à partager la vie des autres.
Tant qu’elle a l’air de profiter de la vie, sans trop de souffrance, je la laisse vivre en paix.
Grâce à mes désormais huit protégées, auxquelles je suis très attachée, le jardin a des allures de tableau vivant.
Dans un premier temps, elles ne s’ébattaient « que » sur une surface idéalement située à coté de leur poulailler.
J’ai mis « que » entre guillemets car elles disposaient déjà de beaucoup de place.
Puis nous avons ouvert la porte de l’enclos, et mon Capitaine a installé une clôture légère et amovible, ce qui a plus que doublé leur surface de promenade.

Kaki de Suisse et Tina


Il leur a également construit plusieurs maisonnettes légèrement surélevées où elles aiment se blottir quand il pleut, des pondoirs extérieurs auxquels j’ai adjoint un poulailler d’appoint qui ressemble un mini chalet suisse… bref: au total six « résidences secondaires » qu’elles peuvent fréquenter à leur guise.
Elles peuvent aussi choisir de rester sous le couvert des grands arbres, en été, ou de se balader en terrain dégagé, profitant au passage de trois de mes rosiers, plantés dans cette partie du jardin.
Ceux qui pensent que les poules sont des animaux inintéressants et bêtes n’en ont jamais eues ou ne les ont jamais regardé vivre.
Comme je m’en occupe beaucoup, j’ai développé avec elle une relation très spéciale, et elles réussissent à m’étonner de jour en jour.
Mais cela… c’est une autre histoire!

Ecriplume

L’amour des oiseaux…

Dessins de Sandra Lefrançois (cartes cadeau du magazine Flow numéro 36)

Je crois que l’un ne va pas sans l’autre…
Les amoureux des jardins sont forcément épris de nature et, donc, des oiseaux.
Oiseaux auxquels je voue une tendresse infinie…
Dès notre arrivée, nous avons fait en sorte qu’aucun pesticide ou autre produit chimique ne soit utilisé dans le jardin.
Les grands arbres, les maisonnettes placées à leur intention, la bambouseraie, les haies buissonnantes et les mille et une cachettes possibles sont devenus le royaume de centaines d’oiseaux qui font bombance en profitant de la nourriture de mes petites poules.
Comme, de plus, ils sont nourris en hiver, ils sont toujours plus nombreux et de plusieurs espèces différentes, à fréquenter les lieux.
Mésanges, moineaux, sittelles torchepot, merles, tourterelles, rouge-gorge, pies, geais, loriot, étourneaux, pinsons, bergeronnettes, pic épeiche et tant d’autres ont fait de ce lieu leur fief.
Ils se délectent des fruits du jardin que nous laissons à leur intention, profitent des points d’eau installés durant les mois de sécheresse…
Au fil des mois, ils se sont habitués à notre présence et sont de moins en moins farouches.
Et je crois que rien n’est plus apaisant que de le entendre chanter à longueur d’année…

Ecriplume