Baroud d’honneur 2019 pour les rosiers du jardin!

Nous débutons le mois de novembre, événement qui ne semble pas troubler outre mesure certains rosiers du jardin…
Huit d’entre eux sont toujours en fleurs ou en boutons, bravant la pluie et le vent sans ciller.
Ces huit courageux s’appellent Mme de Maintenon, Jude the Obscure, Boscobel, Golden Célébration, Spirit of Freedom, Scepter d’Isles (pour les six ci-dessus, de gauche à droite en commençant par le haut), Gruaud la Rose et Claire Austin.

Je précise que, parmi ces rosiers, six proviennent de serres de David Austin, ce qui confirme la qualité exceptionnelle de ces rosiers.
Pour les deux autres, Mme de Maintenon est un rosier allemand, et Gruaud la Rose, qui promet des fleurs sublimes, est un rosier français, création de Michel Adam.
Mais le fait que les autres rosiers ne soient pas en fleurs aujourd’hui ne veut pas dire pour autant qu’ils sont moins intéressants qu’eux.
Le cycle de floraison de mes huit rescapés de l’automne les a menés loin dans la saison et le contraste entre le temps qu’il fait et les couleurs qu’ils nous offrent est saisissant…
Le ciel est gris, mais le jardin reste joyeux grâce à ces fleurs magnifiques…
Les roses sont décidément des fleurs merveilleuses…

Ecriplume

Les roses dites éternelles

Pour ma part, je n’aime que les fleurs fraîches.
Mais je peux concevoir que d’autres aiment ce que l’on appelle les Roses Eternelles obtenues à partie de la lyophilisation de la fleur (ou d’ailleurs de n’importe quel autre végétal).
Toute l’humidité est retirée des pétales grâce à un traitement réfrigérant et une congélation suivis de l’ injection d’un liquide stabilisateur à base de glycérine.

L’illusion de fraîcheur est parfaite, dit-on, d’autant qu’un parfum complète le plus souvent le tout.
Ainsi traitées, les roses peuvent atteindre une durée de vie maximale de 4 ans.

Autant dire que le concept de la beauté éphémère qui rend la rose si précieuse à nos yeux est sérieusement ébranlé…

Ecriplume

Des roses pour plébisciter la cigarette

Si les paquets de cigarettes affichent aujourd’hui des images censées dissuader les fumeurs à poursuivre leur consommation, ça n’a pas toujours été le cas.
Principalement dans la première moitié du XXe siècle, dans les pays anglo-saxons, où les

paquets arboraient toute sorte d’images, parmi lesquelles des planches botaniques.
J’ai retrouvé celles-ci, présentes sur Pinterest, entièrement consacrées aux roses.
A l’époque, la dangerosité du tabac sur la santé n’était pas connue, et les paquets décorés présentaient un intérêt pour les collectionneurs.
Le Royaume-Uni a adopté les paquets neutres en 2015, ce qui les rend nettement moins attractifs.

Oubliées donc, les images de roses…
Seuls quelques incorruptibles en gardent le souvenir au fond de leurs tiroirs ou de leurs classeurs de collectionneurs…

Ecriplume

La première rose peinte

En 1900, les vestiges du palais de Knossos, en Crète, ont livré l’une de leurs merveilles: La fresque à l’oiseau bleu.
Cette fresque, qui embellissait les murs du palais construit vers l’an 2000 avant Jésus-Christ, serait la première représentation connue de roses peintes.
Personne ne peut dire de quel genre de roses il s’agit, sauvages ou cultivées, d’autant que la fresque a été restaurée et que les roses ont été repeintes en jaune avec six pétales.
Seule l’une d’entre elles, qui arbore un rose doré et un coeur orange, semble être originale.
Selon le botaniste Charles Chambertlain Hurst (1870 – 1947), il s’agirait de la Rosa richardii aussi appelée La rose sainte d’Abyssinie.

Encore aujourd’hui, cette fleur est appréciée notamment pour son intérêt historique puisqu’elle ornait les sanctuaires Chrétiens de l’Antiquité et, donc, probablement, les fresques crétoises de l’époque minoenne.
Et voici à quoi ressemble cette rose venu du fond des temps…

Ecriplume

Le mystérieux tableau de la Dame à la Rose…

Auteur anonyme, Musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg

J

« Qui peut se mesurer aux roses?

Mes Mille et Une Nuits

Je lisais un livre consacré la rose de Damas* lorsque je suis tombée sur cette description d’un tableau, par Clara Muller:

 » (…) Dans la mystique musulmane, la beauté, la perfection et la majesté des roses en font un reflet du monde divin. Ce type de représentation est également caractéristique de certains portraits persans de la dynastie Qajar (1786-1925), qui assiste à l’apparition d’huiles sur toiles de grande dimension, sous l’influence de l’art européen.
Un splendide exemple au début du XIXe siècle, aujourd’hui conservé au musée de l’Ermitage à Saint-Pétersbourg, représente une femme de harem tenant près de son visage, pincée entre le pouce et le majeur, une rose qui souligne la teinte de ses joues. Une seconde fleur fraîche orne les cheveux d’ébène de la jeune femme, parmi perles et bijoux. Mais le peintre anonyme ne s’est pas arrêté là: la toile entière est un véritable déferlement de roses. Elles abondent dans la luxueuse tenue de la jeune femme, ornant par centaines les rayures blanches de sa veste ainsi que sa longue jupe noire. On les retrouve aussi comme motif de l’assiette posée derrière elle, du verre qu’elle tient à la main et de la carafe assortie, ornée d’une délicate branche de rosier et contenant probablement du sharbat, une boisson traditionnelle préparée à base de fruits et de fleurs, notamment d’eau et de pétales de roses. Plus qu’un simple portrait, la toile semble être un hommage à la fleur fétiche de la culture persane, utilisée non seulement dans les arts, comme symbole et motif décoratif, mais aussi quotidiennement dans les préparations culinaires, cosmétiques ou médicinales. »

Evidemment… il fallait que je trouve ce tableau.
Pour ce faire, je disposais d’ une multitude d’indices et de l’aide précieuse des moteurs de recherche qui m’ont menée à la photo ci-dessus, proposée sur Pinterest .
Tout semble correspondre… voici donc la mystérieuse Dame à la Rose décrite…

Ecriplume

  • ROSE, la rose de Damas en parfumerie. NEZ + LMR cahiers des naturels, collectif d’auteurs

Le Triangle des Roses

 Quelle est l’odeur de la Rose? Le souffle de la raison et de l’intelligence, un doux guide sur le chemin du royaume éternel

Mevlana Rumi, poète soufi

Il existe en Turquie une région surnommée « Le Triangle des Roses ».
Niché au sud du plateau de l’Anatolie, à une altitude de 1000 à 150 mètres dans la région

des lacs (dans laquelle se situe le lac de Burdur et les vallées de Keçiborlu t d’Islamköy en Isparta), ce secteur a la réputation de représenter l’environnement idéal pour la culture de la mythique Rosa damascena mieux connue sous le nom de Rose de Damas.
L’histoire du pays est étroitement liée à celle de cette fleur dont la première a été plantée en ces lieux en 1894.


Dans ce pays où elle s’épanouit depuis des générations, elle porte de le nom de « gül » et est utilisée autant pour la production d’eau de rose et de parfum que dans la préparation de spécialités culinaires ottomanes.
Il n’est donc pas étonnant que des jardins lui aient été consacrés, notamment dans le célèbre Palais de Topkapi où le parc « Gülhane » est encore de nos jours un lieu dédié à la rose.

Ecriplume

Le langage des roses…

Et toi, la rose, toi la Reine, toi qui nous en fais voir de toutes les couleurs et qui nous griffe jusqu’au sang, comme on t’aime!

Sacha Guitry

Si vous pensiez qu’offrir une rose, quelle que soit sa couleur, véhicule un unique message d’amour passionné, vous êtes loin du compte…
Ce sont bien sûr les roses rouges qui font passer un message d’amour ardent, comme le savent tous les fleuristes qui, à la St-Valentin, doivent réaliser des prouesses pour pouvoir satisfaire les demandes de leur clientèle.
Sous cette couleur flamboyante, la fleur est l’emblème de la passion, de la puissance des sentiments, de l’amour parfait, voire de l’adoration amoureuse.
Si vous avez envie de délivrer un message très particulier, offrez-en trois douzaines au moins, ce qui se traduit par « Je t’aime à la folie… »
Sachez aussi que plus la fleur est épanouie et plus vous enflammez votre message. Sous toutes ses formes le bouquet de roses rouges indique un désir sexuel et l’invitation à l’amour charnel.

Lorsqu’elle s’habille de rose, la rose célèbre l’apogée de la beauté, de la féminité et de la sensualité. Elle rend hommage à la femme dans toute sa plénitude et dévoile vos

sentiments à demi-mots, indiquant la tendresse, la fidélité, l’espoir d’être aimé et le bonheur d’être amoureux.
Offrir un bouquet de roses de cette couleur est un signe de délicatesse. Et, lorsqu’elles sont proposées en boutons, elles sont le symbole d’un amour naissant et l’espoir de séduire sa belle.

La rose blanche est bien sûr le symbole de la pureté… mais dénuée d’innocence! La belle n’a rien d’angélique, comme on pourrait le croire, lorsqu’elle est offerte à une dame. Elle peut être offerte dans le cadre d’une relation adultérine qui doit rester secrète. Mais elle évoque également l’amour pur et raffiné, et la promesse de troublants fantasmes. Un bouquet de roses blanches marque votre intérêt pour une personne et l’assure de votre attachement. Elle peut être une déclaration d’amour timide, le message d’un soupirant réservé, ou l’invitation à des aventures nébuleuses… Mais aussi un message de paix, d’attachement et d’amour chaste.

Lorsqu’elle est orange, la rose exprime le désir charnel, l’admiration et l’enthousiasme. Si vous l’offrez à quelqu’un que vous souhaitez séduire, elle adressera un message parfaitement clair.

Parce que le jaune symbolise la lumière, la chaleur et le soleil, des roses de cette couleur sont parfaites pour exprimer des sentiments amicaux. Mais attention, il y a un piège. Dans le langage amoureux des fleurs, la rose jaune peut exprimer la trahison, l’infidélité voire la rupture, ou encore un pardon sollicité ou accordé… La solution pour éviter les malentendus? Joindre une carte explicative à votre bouquet…

Très rare, et pour cause, la rose bleue apporte la jeunesse et la possibilité de réaliser ses voeux à la personne qui la reçoit.

Enfin, le langage des fleurs peut être cruel… La plus claire façon d’indiquer à quelqu’un que l’on veut rompre la relation est de lui envoyer… des roses sans tiges.

Si vous offrez un bouquet de moins de dix roses, il est conseillé d’offrir un nombre impair, pour des raisons esthétiques.
Mais certaines quantités envoient également un message:
– 1 rose : pour révéler un coup de coeur.
– 2 roses : pour implorer un pardon.
– 12 roses : pour remercier l’être aimé ou accompagner une demande en mariage.
– 24 roses : pour être au summum de la galanterie.
– 36 roses : pour avouer son amour (rouges), pour un bouquet de fiançailles (blanches ou roses).
– 101 roses : pour exprimer un amour fou.

Ecriplume

BIBLIOGRAPHIE:

  • « Dites-le avec des fleurs », Patrick Mioulane, Ed. Larousse.
  • Infos Interflora

Pompéi du temps des parfumeurs

Fresque des Amours Parfumeurs de la Maison des Vetii à Pompéi.

Si Zeus voulait donner une reine aux fleurs, la rose régnerait sur toutes. »

Sappho (VIIe siècle avant J.-C.)

De la ville de Pompéi, la plupart d’entre nous sait qu’elle a été détruite lors d’une éruption du Vésuve, en 79.
De cet immense site archéologique où la vie s’est figée à jamais, ont été exhumés au fil du temps quantité d’objets qui nous permettent de comprendre le quotidien des habitants de la Campanie, durant l’Antiquité.
Et c’est ainsi que nous savons aujourd’hui que des siècles avant nous, les Pompéins étaient de grands connaisseurs en matière de parfums, comme l’étaient avant eux les Grecs et les Orientaux.
Le parfum avait une place de choix dans le quotidien, sous forme de résine odoriférante, d’huiles de massage, d’onguents, de parfums à brûler, et la parfumerie avait pignon sur rue dans la ville.

Animation de la Fresque des Amour parfumeurs
A Pompéi comme à Herculanum, plusieurs boutiques de parfumeurs ont été ensevelies lors de la catastrophe du Vésuve.
Des fresques provenant de la Maison des Vetii, à Pompéi, ont également été mises à jour et nous permettent de découvrir comment les parfumeurs s’y prenaient pour obtenir notamment la très prisée huile de rose.
Ils pressaient des olives, des amandes amères, du sésame ou des noix de ben pour en tirer l’huile
Les matières odorantes étaient ensuite ajoutées à l’huile chauffée délicatement pour éviter les odeurs de brûlé.
Les archéologues estiment qu’il fallait 1 kg de pétales de roses pour 1 l d’huile.
Divers écrits comme ceux de Pline l’Ancien nous indiquent que d’autres ingrédients entraient dans la composition pour épaissir et fixer la senteur, et éviter l’oxydation, comme le sel fin, la fleur de sel, le jonc odorant ou le safran.
Ces méthodes ne sont plus utilisées depuis le XIXe siècle pour la rose

Ecriplume

Bibliographie:
Le Parfum des Roses de Jean-Claude Caissard et Sylvie Baudino, Editions, Publication de l’Université de St-Etienne, 2018.

Petit glossaire des mots attachés aux roses

Ce glossaire sans prétention n’est pas exhaustif et sera sans doute complété avec le temps.
Mais j’ai pensé qu’il pourrait être utile à ceux qui, comme moi, ont cherché la signification de certains de ces mots alors qu’ils effectuaient leurs premiers pas dans le monde des roses…

  • Akène: En botanique, désigne un fruit sec qui n’a aucune fente de déhiscence. C’est le véritable fruit du rosier.
  • Attar de rose: Synonyme d’huile essentielle de rose.
  • Cuticule: Couche de cire naturelle recouvrant un organe végétal.
  • Cynorhodon: En botanique, désigne le faux-fruit charnu et coloré du rosier contenant les akènes. Ce fruit provient de la croissance du réceptacle floral.
  • Duplicateur d’une fleur: Se dit d’une fleur dont le nombre d’organes (le plus souvent les pétales) est supérieur au nombre habituel, comme par exemple une rose ayant dix ou vingt pétales au lieu de cinq comme dans les espèces sauvages.
  • Génomique: Discipline scientifique qui s’intéresse à l’analyse des génomes, c’est-à-dire à l’ensemble des gènes d’un espèce.
  • Inflorescence: L’inflorescence (du latin inflorescere : fleurir) est la disposition des fleurs sur la tige d’une plante à fleur.
  • Rhodologue: Se dit d’un botaniste étudiant la classification des roses.
  • Rose double: Se dit d’une rose ayant plus de vingt pétales, le plus souvent supérieur à cent.
  • Rose non remontante: Se dit d’une rose qui ne fleurit qu’une fois dans l’année.
  • Rose semi-double: Se dit d’une rose ayant dix à vingt pétales.
  • Rose simple: Se dit d’une rose à cinq pétales. Se dit aussi pour distinguer une variété d’une autre. Par exemple les rosiers du groupe Centifeuilles cultivés à Grasse sont nommés R. x Centifolia « Simple » car même si les fleurs sont doubles, elles ont moins de pétales que d’autres variétés nommées R. x Centifolia « Double ».
  • Rosomane: Se dit d’une personne spécialiste de l’étude des roses.
  • Séquence du génome: Carte de l’enchaînement des molécules d’ADN du génome.
  • Sport: Se dit d’une mutation à l’extrémité d’une branche, cette mutation donne un aspect particulier aux fleurs de cette branche.
  • Rose remontante: Se dit d’une rose qui fleurit plusieurs fois dans l’année.