The Ancient Mariner

Alors que je cherchais sans les trouver des renseignements sur l’un de mes rosiers signé David Austin, j’ai écrit à la maison mère.
Geoff Hamilton, que j’ai acquis dès la première année de notre arrivée, a disparu des écrans radars.
Il ne figure plus au catalogue de David Austin, ni sur son site.
Seules quelques entreprises françaises le vendent encore.
Comme je souhaite consacrer un article à ce petit rosier dès qu’il aura refleuri au printemps et que j’aurai pu le photographier, j’ai donc laissé un message sur le site David Austin en demandant s’il serait possible d’obtenir des informations à son propos.
J’ai bien reçu une réponse, mais le lien vers lequel j’ai été redirigée ne m’a rien appris que je ne savais déjà.
En revanche, mon interlocutrice à ajouter une phrase qui m’a interpellée.
Elle m’a écrit que si le rosier Geoff Hamilton n’est plus proposé à la vente, ils en commercialisent un autre qui lui ressemble beaucoup: The Ancient Mariner.

Sans doute n’avait-elle pas compris que je cherchais pas à racheter mon rosier, mais juste à me renseigner à son sujet pour les besoins de mon article.
Par curiosité, j’ai cependant cherché et trouvé celui dont elle me parlait.
Comme il fallait s’y attendre puisqu’elle me disait qu’il ressemblait au précédent, cet Ancient Mariner se classe dans la catégorie des rosiers à mes yeux irrésistibles…
Il rejoint donc la liste de mes rêves de rosiers qui entrera un jour dans le Jardin des Roses …

Ecriplume

Glamis Castle

Alors que le jardin accueille déjà la neige venue s’ajouter à la pluie, et que le sol se tapisse de feuilles depuis quelques semaines déjà, je continue à me plonger dans mes livres et mes revues, parlant des roses.
Certains fantasment sur les bijoux ou les voitures de luxe… d’autres, dont je fais partie, rêvent de roses.
Les rosiers qui me touchent le plus sont déjà dans la roseraie.
Mais je continue à comparer, à m’intéresser à ceux qui pourraient les rejoindre un jour.
Parmi eux, j’ai été happée par la beauté de celui-ci: « Glamis Castle », considéré comme l’un des meilleurs rosiers anglais blancs.
Il est signé David Austin, date de 1992 et est gratifié d’un parfum de myrrhe.
Je ne résiste pas aux rosiers clairs, surtout lorsque, au milieu des pétales immaculés, ils ouvrent un coeur délicatement abricoté…
J’ajoute donc ce rosier sur ma liste de ceux qui pourraient un jour rejoindre le jardin de roses…

Ecriplume