Desdemona

Desdemona, photo David Austin

Parmi mes rêves de roses il y a ceux pour lesquels j’hésite encore, et ceux dont je suis sûre que je les concrétiserai un jour.
Desdemona, de David Austin fait partie de cette deuxième catégorie.
Dès qu’il sera à nouveau disponible à la vente, je l’achèterai.
J’ai vu cette rose filmée et diffusée dans une vidéo dans le cadre d’un groupe Facebook consacré aux amoureux des créations David Austin.
Des jardiniers amateurs du monde entier y partagent leurs images et leur passion.
Celui-ci résidait aux Etats-Unis et a posté une courte vidéo de quelques secondes montrant ses roses Desdemona oscillant doucement sous un souffle de vent.
Elles étaient simplement sublimes.
A ce stade de leur floraison, les pétales, parfaites, affichaient un rose nacré d’une délicatesse presque indescriptible.

Ecriplume

Vanessa Bell

Photo David Austinroses : Vanessa Bell

Parmi les roses que j’aimerais voir fleurir dans notre jardin, il en est une, délicate, qui me touche beaucoup: Vanessa Bell.
Créée par David Austin, elle est de taille moyenne mais son parfum est puissant et sa floraison en grappe généreuse.
J’aime généralement que le jaune des pétales soit rayonnant, mais la douceur pastel de ceux-ci est apaisante et ne fait pas encore partie de la palette de couleurs de la roseraie…

Ecriplume

Mon regret: Charlotte

Je sais que toute personne possédant un jardin voit parfois mourir l’une ou l’autre de ses plantes.
J’ai ainsi perdu quatre rosiers en un peu plus de deux ans.
J’ai toujours la nostalgie de l’un d’eux Chantal Thomass, que j’aurais tellement voulu voir s’épanouir dans la roseraie.
J’ai fait deux tentatives, toutes deux soldées par un échec qui me pousse à penser qu’il est inutile d’insister.
Mais l’échec qui m’a fait le plus de peine, c’est Charlotte, de David Austin.
J’ai déjà consacré un article à cette disparition, mais j’évolue dans ma réflexion.
C’est la seule fois (pour le moment!) où j’ai rencontré un problème avec un rosier anglais.
Jusqu’alors, je les avais tous fait venir d’Angleterre, et tous ont refleuri sans souci.
Celui-là, je l’avais pris dans le rayon jardinerie d’une grande surface de bricolage.
Etait-il plus fragile, a’a-t-il pas supporté la chaleur?
Je l’ignore.
Toujours est-il qu’il a dépéri et a fini par mourir durant l’été.
Aujourd’hui encore, je le regrette.
Maist je pense que je n’en resterai pas là.
J’ai très envie de faire revenir Charlotte dans la roseraie, en pleine terre ou en pot.

Ecriplume

Gentle Hermione

Alors que les derniers rosiers commandés ne sont pas encore arrivés , je continue à étudier, à comparer et à me faire une idée sur les rosiers coups de coeur que j’aimerais un jour rajouter à la roseraie.
Gentle Hermione en fait partie.
Ce joli rosier de type ancien de David Austin m’a pourtant égarée à propos de son nom.


Je pensais qu’il avait été créé en hommage à la Frégate de la Liberté.
Mais non, pas du tout…
Dans le Conte Hiver de William Shakespeare, Hermione est l’épouse de Leonte, Roi de Sicile.
Et c’est à elle qu’a été dédiée cette rose au parfum puissant…

Ecriplume

Et deux nouveaux rosiers de plus!

Papi Delbard

Mon mari plante et continue à préparer les plates-bandes.
Le tout en m’annonçant une bonne nouvelle au passage: j’ai pu commander deux rosiers supplémentaires.


Le premier m’a réservé une surprise.
J’avais appris il y a quelques semaines que le rosier pleureur Papi Delbard n’était plus en stock et ne reviendrait qu’à partir d’octobre.
Mais j’ai pu commander sa version rosier tige en racines nues, qui va arriver sous peu…
Un autre rêve de rosier qui se réalisera bientôt!
En attendant d’assister à sa première floraison, j’admire ses fleurs roses magnifiques sur photos provenant du site Georges Delbard.

Il s’agit du rosier Herzogin Christiana vendue en France sous le nom de « La Belle Rouet », totalement dans la ligne des rosiers que j’affectionne tout particulièrement: rose pastel, très parfumé, romantique à souhait.

La Belle Rouhet

Tous deux seront plus longuement présentés dans l’année dans la catégorie « Répertoire des roses du jardin ».
Et il y a beaucoup à en dire…

Ecriplume


Constanze Mozart arrive…

J’ai déjà parlé d’elle par le passé en expliquant qu’elle fait partie de mes rêves de roses…
Cette fois ça y est, le cap a été franchi: le rosier Constanze Mozart a été commandé auprès de son créateur allemand.
Sa beauté romantique trouvera très prochainement sa place dans la roseraie où j’espère qu’elle se plaira…

Ecriplume

Nouveaux arrivés, bientôt…

Les travaux continuent au jardin, menés tambour battant par mon mari qui m’a réservé une surprise: il a préparé de nouvelles places, et j’ai la possibilité de racheter quelques rosiers qu’il va planter dès leur arrivée.

L’occasion pour moi de réaliser quelques rêves…
Bien sûr, dès qu’ils fleuriront, je les présenterai longuement dans le répertoire des rosiers du jardin.
En attendant, voici, à raison d’une par jour, les quatre nouvelles recrues que j’ai commandées pour le moment.
Le premier des rosiers est très particulier.
Cette rose dragée a les pétales dentelés finement découpés.
Il s’agit du rosier Sophie Rochas.

Ecriplume

Mon premier pleureur!

Je guettais…
Depuis que j’ai pris la décision d’acquérir deux rosiers pleureurs j’étais en alerte, vérifiant régulièrement sur le site qui les commercialise si les deux objets de mes convoitises étaient à nouveau disponibles à la vente alors qu’ils étaient épuisés.
Ma patience a payé.
En début de semaine, j’ai découvert que le rosier Dorothy Perkins était reproposé sur le site de Georges Delbard.
Je n’ai pas hésité, sachant combien ce genre d’article part vite: j’en ai commandé un exemplaire, assorti d’un tuteur parapluie

pour rosier pleureur.
Et par la même occasion, j’ai interrogé mes interlocuteurs pour savoir si le rosier Papi Delbard serait bientôt disponible.
Mais là, il me faudra plus de patience: je devrai reprendre contact en octobre.
Il ne me reste plus qu’à attendre l’arrivée de mon premier pleureur, annoncée d’ici quelques jours.
Et bien sûr… je suis très impatiente!!

Ecriplume

Constance Spry, la première…

En 1961, David Austin a créé son premier cultivar de rosier.
Il s’agissait de « Constance Spry », issue d’un croisement entre la rose floribynda « Dainty Maid » et la rosa Gallica appelée « Belle Isis ».
Cette rose anglaise ravissante a provoqué l’enthousiasme des jardiniers amoureux des roses à l’ancienne telles que celle-ci.
Il faut reconnaître qu’elle ne manquait pas d’atouts…
Grimpant ou buissonnant, le rosier n’est pas remontant, mais interpelle grâce à son parfum puissant de myrrhe.


En 1993, il a été récompensé en recevant le prestigieux Award of Garden Merit de la Royal Horticultural Society.
Quant à son nom, il le doit à la fleuriste, éducatrice, décoratrice florale et écrivaine anglaise Constance Spry.
La rose de David Austin est devenue l’ancêtre de sa série « Roses anglaises ».
Elle est donc la rose anglaise originelle de la Maison Austin…
Avec ses fleurs en coupes d’un rose éclatant, il est le plus grand de ses grimpants… et il est toujours vendu.
L’avoir dans le jardin serait un bonheur de plus… mais il faudra trouver un mur ou une arcade assez grands pour le soutenir.

Ecriplume