Cuisse de Nymphe

“LES FEMMES […] DEMANDÈRENT AU CHEVALIER QUELLES ÉTAIENT LES COULEURS LES PLUS EN VOGUE; IL LEUR RÉPONDIT QU’ON PORTAIT MAINTENANT LE SOUPIR ÉTOUFFÉ, LA CUISSE DE NYMPHE ÉMUE, LES DÉSIRS SATISFAITS, LA PASSION DÉVORANTE, LE LENDEMAIN DE NOCES. ON RAISONNA BEAUCOUP SUR TOUTES CES COULEURS […].”
— JEAN-HENRI MAUBERT DE GOUVEST / LETTRES IROQUOISES (1783)

Il n’était pas envisageable pour moi de créer une petite roseraie sans y voir figurer quelques roses anciennes, si particulières par leur parfum, leurs formes voluptueuses et le poids de leur passé…
Cuisse de Nymphe fait partie des plus anciennes puisqu’elle aurait déjà été représentée dans des enluminures de manuscrits de cette époque, nous apprend François Joyaux dans son Encyclopédie des Roses Anciennes.
Mieux encore: si ses origines sont controversées, ce beau rosier est cependant reconnu comme étant l’un des plus anciens hybrides de la rose blanche (Rosa alba) des Grecs et des Romains.

Cuisse de Nymphe est arrivé en France à la fin du XVIe siècle, ramené depuis la Crimée
C’est donc un rosier historique, un rosier originel que j’ai accueilli et que mon mari a planté le 29-10-2019.
Une fois de plus, lorsqu’il est arrivé, il était en piteux état.
J’ai eu beaucoup d’inquiétude pour lui pendant plusieurs mois.
Il était en retard sur tous les autres, paraissait plus survivant que vivant.
Mais tout à coup, fin avril, il a rattrapé son retard en arborant un feuillage luxuriant et, dès les premiers jours de mai, plusieurs boutons.

En attendant sa floraison, je me suis penchée sur son passé.
Le nom de Cuisse de Nymphe dispose de plusieurs synonymes: Great Maiden’s blush, Rosa x alba « incarnata », Rosa alba x regalis » Thory, Rosa camea « Grande Royale », Rosier blanc royal ou Grosse Cuisse de Nymple.
En revanche, il ne faut pas le confondre avec Cuisse de Nymphe émue aussi appelé Nymphe naine émue ou Petite anglaise.
Cette variété propose un rose moins pâle sur les bords ( plus « ému »).
Ce rosier semble avoir été sélectionné dans les prestigieux jardins de Kew, en Angleterre, dans le but d’obtenir une variété plus petite.

J’ai attendu la première floraison de ces roses de Cuisse de Nymphe comme un enfant s’apprêtant à fêter Noël, ce d’autant que cette floraison est unique dans l’année.
Je savais que ses roses étaient réputées pour leur parfum et pour être un chef-d’oeuvre de délicatesse comme le soulignait Promesse de Fleurs où j’avais acheté le rosier.
Pour l’instant, deux roses se sont ouvertes, évoluant merveilleusement de jour en jour, et plusieurs boutons sont en passe de le faire également.
Le rosier est encore très jeune, les fleurs qu’il me donne sont irrésistibles.
Je suis touchée par leur grâce, leur aspect, et… par cette couleur d’une infinie délicatesse.
Tant que durera sa floraison, je pense que je passera beaucoup de temps à le photographier!

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier Ancien
  • Obtenteur: Origine horticole
  • Année de commercialisation: 
  • Espèce:  (x) alba
  • Autre nom commun: La Séduisante, La virginale, Great Maiden’s blush, Rosa x alba « incarnata », Rosa alba x regalis » Thory, Rosa camea « Grande Royale », Rosier blanc royal ou Grosse Cuisse de Nymple.
  • Port: Rosier Arbustif grimpant, irrégulier, buissonnant
  • Famille: Rosaceae
  • Couleur: Rose très pâle, rose incarnat.
  • Parfum:  Parfum excellent, musqué, poudré.
  • Floraison: Non remontante, de mi-mai à juin
  • Fleur:  fleurs doubles, grandes, en coupe
  • Résistance aux maladies: Moyenne
  • Hauteur: 150 cm
  • Largeur: 120 cm 
  • Feuillage: Caduc
  • Particularité: Plante mellifère, croissance rapide, peu d’aiguillons.

Besoins:

  • Type de sol:  Normal
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

D’où vient son nom?

Je me suis souvent demandé d’où venait ce nom insolite de Cuisse de Nymphe jusqu’à ce que j’apprenne qu’il s’agit… du nom donné à une couleur.
Tout comme Cuisse de Nymphe émue, d’ailleurs.
Les pétales de Cuisse de Nymphe sont d’un rose délicat, mis en valeur par le vert du feuillage.
Tandis que les Français le baptisaient dans un premier temps Rosier blanc royal, les Anglo-Saxons se risquaient de leur côté à un polisson Great maiden’s blush (« Grand rougissement virginal »).
Le temps passant, le rosier donna son nom à une couleur incarnat rose pâle doté de nombreuses nuances.
Couleur à la mode à la fin du XIXe siècle à Paris, si prisée qu’elle était très utilisée pour les robes des élégantes.
Faisant référence au sexe féminin, cette couleur a été au coeur d’une multitude de jeux de mots et de langage… qui ont fait sa gloire puisque, contrairement à d’autres, cette couleur n’est pas tombée dans l’oubli.



Rosa Canina L.

Rosa canina L.

Au XVII et XVIIe siècles, les roses qui ornaient les jardins et les parcs ne ressemblaient pas à celles que nous connaissons aujourd’hui.
Il s’agissait de roses botaniques, ces roses sauvages que l’on cultivait autrefois et que l’on retrouve aujourd’hui dans les jardins médiévaux et certains jardins de passionnés.
Elles sont les ancêtres de nos roses actuelles et disposent de qualités que les rosiéristes connaissent bien.

Je n’avais jamais envisagé d’introduire l’une de ces plantes dans le jardin.
C’était sans compter sur la malice de la nature…
La semaine dernière, mon attention a été attirée par des taches roses dans la haie qui borde la maison du côté de la route qui nous sépare de la rivière.
Je me suis approchée… et je l’ai vu.


Un grand rosier Rosa canina L. mieux connu sous le nom d’églantier, de rosier des chiens ou de rosier des haies.
Il est le plus commun de tous ces rosiers et s’est invité dans la haie sans rien demander à personne.
Il a eu raison… ses fleurs sont ravissantes, formant un contraste saisissant avec les pétales rouges de son voisin, le cognassier du Japon, lui aussi toujours en pleine floraison.
Ce beau sauvage très envahissant se trouve un peu partout, y compris au bord de la rivière, juste en face de la maison!
Il n’a jamais vraiment été cultivé dans les jardins, selon François Joyaux dans son livre « Nouvelle Encyclopédie des Roses Anciennes » parue chez Ulmer.
Mais il est populaire pour ses fruits, les cynorhodons, avec lesquels sont préparées des confitures et des sirops.
Ce rosier a beau être très commun, il a attiré l’attention des plus grands botanistes, a sa place dans les herbiers depuis le XVIe siècle et dans la pharmacopée dès le Moyen Age.
Le cynorhodon est ainsi réputé dans toutes les civilisations du monde pour ses vertus curatives, aidant notamment à lutter contre les refroidissement.
Il ne faut pas oublier pourtant que les graines contenues dans les cynorrhodons sont utilisées dans la confection du… poil à gratter!
Enfin, l’églantier a servi et sert encore de porte-greffe pour greffer certaines variétés horticoles.
Bien évidemment, le spécimen qui vit dans la haie y restera aussi longtemps qu’il le voudra… pour le plus grand plaisir des abeilles.
Ce rosier est en effet le seul à être mellifère.

A savoir: 

  • Type Section: Caninae
  • Type: Rosier sauvage
  • Appellation:  Rosa Canina L.
  • Famille: Rosacées
  • Autre nom commun: églantier, rosier des chiens, rosier des haies.
  • Description: Arbrisseau épineux
  • Fleurs: Coroles simples, solitaire ou en groupes de deux ou trois. 
  • Fruits: En octobre, de couleur rouge.
  • Couleur: Rose ou blanc, coeur jaune
  • Parfum:  Léger et agréable
  • Floraison: En juin, en principe
  • Feuillage: Semi-persistant
  • Hauteur: 2 à 3 m
  • Port:  Buissonnant

Besoins:

  • Type de sol:  Normal
  • Climat: Tous
  • Exposition: Aime le plein soleil

D’où vient son nom?
Le nom de « rosier des chiens » vient de la propriété attribuée autrefois à la racine de cette plante censée guérir les morsures de chiens enragés.

Gertrude Jekyll

Gertrude Jekyll

Dans le registre des rosiers qui m’ont le plus surprise, Gertrude Jekyll se situe en bonne place…
Il est arrivé le 29-10-2019, acheté en pot de 4 litres.
Lorsque je l’ai sorti du colis, il était en assez mauvais état, avec une branche cassée.
Il a été planté avec soin et a passé l’hiver en paix.
Lorsque ses congénères ont commencé à grandir et à dévoiler leurs feuillages, celui-ci restait malingre, chétif… à tel point que j’ai commencé à perdre l’espoir de le voir fleurir la première année.

Mais tout à coup, en mai 2020, il a développé des feuilles et a commencé à fleurir parmi les premiers de la saison.
Il paraît qu’il est coutumier du fait, la Maison David Austin expliquant qu’il est « toujours l’un des premiers à ouvrir le bal ».
La première chose que j’ai découverte de lui a été sa couleur.
Je ne m’attendais pas à un rose aussi vif, plus vif que ce que j’avais pu voir sur plusieurs photos et dans mes livres.
Ses fleurs étaient impeccables, même si la plante en elle-même restait petite et que les roses fleurissaient presque au ras du sol.
Puis il m’a fait la surprise de son plus bel atout: son parfum…
Un parfum délicieux que je n’avais jusqu’ici eu l’occasion de percevoir qu’auprès de mes roses anciennes.
En fermant les yeux, je pourrais dire qu’il est en fleurs sans le voir…
Lorsque nous sortons de la maison, son parfum nous happe alors que nous sommes à plusieurs mètres de la fleur.
Je suis très étonnée que, alors que le rosier n’a pas encore eu le temps de grandir, il arrive déjà à donner trois roses aussi belles.
Ce qui confirme sa réputation de robustesse et de plante très florifère.
Il paraît que bien qu’il s’agisse d’un rosier arbustif, il s’avère également être un excellent grimpant
Comme il est annoncé comme étant remontant, j’ai l’espoir de revoir ses roses dans l’année…

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier Anglais 
  • Obtenteur: David Austin 
  • Année d’obtention: 1986
  • Appellation:  Ausbord
  • Port: Rosier Arbustif 
  • Famille: Rosier Anglais Hybrides de Rosiers Anciens
  • Couleur: Rose vif
  • Parfum: Intense, puissant parfum de rose ancienne
  • Floraison: Remontante 
  • Résistance aux maladies: Bonne
  • Hauteur: Selon les cas 1,10 m à 2m
  • Largeur: 90 cm 
  • Floraison: Remontante.
  • Diamètre de la fleur: 8 cm
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol: Riche et bien drainé.
  • Climat: Très rustique.
  • Exposition: Ensoleillée à mi-ombre.

D’où vient son nom?
Gertrude Jekyll est une célèbre paysagiste et un écrivain, passionnée de photo et de peinture, qui eut une immense influence sur le style des jardins anglais de nos jours. Elle a beaucoup prôné pour l’introduction des rosiers dans les mixed-borders et a dessiné plus de 400 jardins pittoresques au Royaume-Uni, en Europe et en Amérique. Cette jardinière admirée a été décorée de la Veitch Memorial Medal et de la Victoria Medal of Honour par la Société Royale d’Horticulture (RHS).

Le Pompon des Princes…

Lorsqu’il a commencé à agrandir la roseraie cette année, mon Capitaine de mari m’a annoncé que je pourrais y ajouter une douzaine de rosiers.
Il a préparé des emplacements, déplacé les rosiers qui périclitaient à des endroits qui ne leur convenaient pas,
Puis il m’a annoncé que je pouvais acheter une douzaine de rosiers supplémentaires.
J’ai passé beaucoup de temps à les choisir parmi tous ceux que j’aimerais voir fleurir dans le jardin.
Je les ai sélectionnés en fonction de mes goûts, bien sûr, mais aussi de leur résistance aux maladies, de leur couleur et, bien sûr, élément essentiel à mes yeux: de leur parfum.
Ils ont finalement été commandés et ont été plantés…
Puis mon Capitaine m’a dit que je pouvais en reprendre encore quatre, ce que j’ai fait avec bonheur.
Et, enfin… en fin de semaine dernière, il a ajouté qu’il restait une place si je voulais en accueillir un de plus.


J’étais ravie!
Cette fois, j’ai décidé qu’il était temps que je réalise l’un de mes souhaits en la matière: acquérir un rosier de Damas, cette rose ancienne mythique sur laquelle je reviendrai prochainement.
J’ai réfléchi, cherché, comparé, et j’en suis venue à la conclusion que je pouvais sans crainte opter pour un spécimen dont le simple nom invite au voyage: La rose d’Ispahan.
Aussi appelée Le Pompon des Princes, elle fleurit en abondance une fois par an, et embaume les lieux qu’elle occupe.
J’ai donc cherché à acheter Ispahan.
Mais comme c’est souvent le cas pour ce genre de rosiers très appréciés, il n’était plus disponible à la vente sur les principaux sites qui le proposent d’habitude.
C’est finalement là où je n’imaginais pas le trouver que j’ai pu le commander… sur le site David Austin!
Tout me ramène décidément à lui…
Arrivé en début de semaine, mon beau rosier mauresque a été planté.
Il ne me reste plus qu’à attendre sa première floraison…

Ecriplume

Capri

Capri faisait partie de mes cadeaux d’anniversaire, ce printemps 2019.
Deuxième rosier offert par l’oncle et la tante de mon mari, il ne faisait pas partie des rosiers que je connaissais.

Il a été planté dans la plate-bande longeant le poulailler, et j’ai observé son évolution…
Avec le temps, j’ai appris qu’il s’agissait d’un rosier allemand, créé par Tantau.
Je crains que la place que nous lui avons choisie ne lui plaise pas vraiment…
Si ce courageux rosier nous a donné quelques très belles fleurs pour sa première année chez nous, il est resté très petit et n’a pas prospéré comme il le devrait.
Ce qui est d’autant plus frustrant qu’il est annoncé comme ayant une croissance vigoureuse.
Je crains que cette bande de terre soit inconfortable ou trop pauvre pour lui malgré les enrichissements qui lui ont été apportés, et je compte donc demander à mon Capitaine s’il serait possible de le déplacer, tout comme son voisin, Geoff Hamilton qui peine, lui aussi.
Situé à côté de l’entrée du poulailler, mon pauvre petit Capri est très exposé à certains inconvénients posés par… les oiseaux.
Ils sont plusieurs dizaines à fréquenter cet endroit précis où ils vont picorer la nourriture des poules dès que j’ai le dos tourné.
Ils se perchent sur le grillage vert et en profitent au passage pour se soulager… sur les rosiers placés là, souillant innocemment le magnifique feuillage bien vert de Capri.
Autant dire que je ne pense pas qu’il regrettera de quitter cette place peu enviable…

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Hybride de Thé / Rosier à grandes fleurs allemand
  • Obtenteur: Rosen Tantau
  • Année de création : 2014
  • Appellation:  Rosa x Hybride « Capri »
  • Autre nom commun: Capri
  • Port: Buissonnant
  • Collection: 
  • Couleur: Abricot – rose corail aux reflets oranges
  • Parfum:  Parfum de miel et d’abricot
  • Floraison: Remontante
  • Fleur: Grande, très pleine, de forme ancienne.
  • Résistance aux maladies: Très bonne.
  • Hauteur: 70 – 100 cm
  • Largeur:  80 cm
  • Feuillage: semi persistant, très sain.
  • Conseil de taille:  De Novembre à Décembre. La taille d’automne est une taille longue d’entretien non obligatoire. La taille de printemps à la sortie de l’hiver se pratique à 2 à 3 yeux (bourgeons) sur les branches charpentières du rosier grimpant.

Besoins:

  • Type de sol:  Normal
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

D’où vient son nom?
Aucun renseignement précis sur le choix de ce nom que l’on imagine lié à l’île de Capri.

Nos premiers « bébés maison »

Alors que tous les nouveaux rosiers commandés sont désormais installés, deux mini événements sont venus compléter cette période de plantations dans le jardin.
Pour la première fois, deux boutures que mon Capitaine avait faites à partir de l’un de mes rosiers sont arrivés suffisamment à maturité pour quitter la « pouponnière » et pour rejoindre la roseraie.
Il s’agit de deux jeunes Mme de la Vallière, rosier allemand de Kordès que j’ai déjà présenté dans ces colonnes.

Tous deux sont en pleine santé et ne semblent pas avoir souffert de leur déménagement…
Pour mémoire, ces rosiers élancés au port très droit donnent des roses blanches au coeur délicatement rose.
Je ne suis pas séduite par leur parfum léger et vaguement anisé, mais la fleur en elle-même est de toute beauté…
Ces deux nouveaux arrivants portent à 54 le nombre des rosiers actuellement plantés…
Et trois autres emplacements ont déjà été préparés pour accueillir de nouveaux coups de coeur!
Lorsqu’ils seront là, ils clôtureront la première partie de la roseraie… qui devrait bénéficier d’une autre ligne de rosiers l’an prochain… si mon jardinier en chef accepte de poursuivre la quête!

Ecriplume

Queen of Elisabeth

Queen of Elisabeth.
C’est mon fils qui m’a offert ce rosier en avril 2019, rosier qui m’était jusqu’alors totalement inconnu…
Ne le connaissant pas, nous l’avons planté entre les pieds de vigne, dans ce que j’appellais « la zone expérimentale » du jardin.
Les rosiers inconnus qui m’ont été offerts y ont passé la saison, le temps de fleurir, de me permettre de découvrir leurs fleurs et leurs parfums, et de commencer mes recherches à leur sujet. Aujourd’hui, les rosiers testés ont tous trouvé leur place dans la roseraie? Ne reste plus que le Rosier de Poligny qui restera près de la vigne pour la protéger des maladies.
Queen Elisabeth nous a offert des fleurs de couleur rose clair, très fraîches.
J’ai cherché et j’ai appris que cette variété créée en 1954 est un incontournable des jardins de roses
Renommé pour sa vigueur et la grâce de ses fleurs sans épines, il plaît beaucoup.
Ce rosier Grandiflora a été obtenu par croisement d’hybrides de thé et de rosiers floribundas, comme tous les rosiers modernes de ce nom.
Ce qui est un peu original pour celui-ci, c’est qu’il est le premier rosier américain à entrer dans le jardin.


Il a été créé par l’américain Walter Lammerts (1904-1996) qui a été le premier à obtenir ce genre d’hybrides.
Sa découverte a poussé l’American Rose Society à ouvrir une nouvelle classe de roses, celle, donc, des rosiers Grandiflora.
Leur caractéristique est de donner des plantes plus petites que les hybrides de thé, mais qui fleurissent autant que les floribundas.
Queen Elisabeth a été, dit-on, l’un des rosiers les plus vendus au monde dans toute la moitié du XXe siècle.
Issu de Charlotte Amstrong et de Floradora, il a reçu de nombreuses récompenses internationales, parmi lesquelles, en 1978, celle de la Rose favorite du monde. Tous les trois ans, ce titre, qui est la plus haute distinction internationale que l’on peut décerner à une rose, est attribué par la Fédération Mondiale des Société de Roses (World Federation of the National Rose Societies). Cette association internationale regroupe des sociétés de roses dans 37 pays du monde.
Les prix ne se sont d’ailleurs pas arrêtés là. Parmi eux, Je citerai simplement en 2015, toujours aux Etats-Unis, un Award of Excellence for Best Established Rose.
Très vigoureux, Queen Elisabeth donne de grandes fleurs de 9 à 10 cm de diamètre et est très remontant.
Des fleurs toute l’année sur un rosier solide… ce sont de belles qualités… à laquelle j’aurais aimé que s’ajoute un parfum puissant.
Le sien est malheureusement très léger.
Après cette première année au cours de laquelle il a donné quelques jolies roses, j’attends de voir si son nouvel emplacement pour sa deuxième année dans le jardin va l’inciter à multiplier sa floraison…
Mais pour sa première année, il a déjà rempli son contrat!
J’oubliais: il paraît que le port exceptionnel de ses roses signe des fleurs parfaites pour les bouquets.
J’ajouterai d’autres photos lorsque les floraisons 2020 auront lieu…

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier moderne américain, hybride de thé
  • Obtenteur: Walter Lammerts
  • Année d’Obtention : 1954
  • Appellation: 
  • Port: Rosier buisson
  • Famille: Grandiflora
  • Couleur: Rose pur  
  • Parfum: Très léger
  • Floraison: Remontante et constante de juin à octobre  
  • Résistance aux maladies: Bonne, mais parfois sensible au marsonia.
  • Hauteur:  jusqu’à 90 cm
  • Largeur: 1m 
  • Floraison: Remontante.
  • Diamètre de la fleur: 9 cm
  • Feuillage: Caduc.

Besoins:

  • Type de sol: Profond, meuble, fertile.
  • Climat: Tous.
  • Exposition: Soleil, mi-ombre
  • Distances de plantation: Environ 50 cm entre chaque pied. 

D’où vient son nom?
Baptisé en hommage à la reine Elisabeth II.

Le rosier à surprise…

De nombreux rosiers sont arrivés ces derniers jours, comme je l’ai expliqué récemment.
L’un d’eux présentait une particularité assez inattendue…
Arrivé en pot, le rosier anglais Charles Darwin de David Austin arborait discrètement un bouton…
Je ne sais pas s’il arrivera à éclore malgré la pluie et l’absence de soleil, mais j’avoue qu’il est porteur d’espoir.
Lorsqu’un rosier arrive, en automne ou au début de l’hiver, pour être planté, il se présente en racines nues ou en motte.
Jamais, en cette période, je n’avais vu l’un d’eux arborer un bouton.
Même si je sais à peu près ou très précisément à quoi ressembleront leurs fleurs, chacun d’eux reste une sorte de paquet surprise, un cadeau de Noël qui resterait emballé jusqu’au printemps…
Ils ont beau être plantés immédiatement ou presque, ils n’apparaissent dans toute le beauté qu’à la première floraison, quelques mois plus tard.Là, ce bouton pourrait lever le voile plus tôt que prévu sur un rosier que j’ai, comme tous les autres, très envie de découvrir.
Les fleurs de Charles Darwin sont d’un jaune éclatant tirant parfois sur l’abricot selon le temps.
Elles sont connues pour leur beauté et leur parfum puissant.
Bref, elle pourraient rivaliser avec mon autre rosier d’or: Golden Celebration.
Je ne présente mes rosiers en détails que lorsqu’ils ont fleuri, pour pouvoir accompagner la présentation de mes propres photos.
S’il tient la promesse qu’il me fait… il pourrait être présenté plus tôt que prévu…

Ecriplume

BOSCOBEL

Boscobel m’a interpellée comme quelques autres alors que je me trouvais dans la jardinerie Leclerc.
Acheté et planté le 7-06-2018 il s’est rapidement distingué par sa jolie floraison délicieusement parfumée et ses belles rosettes couleur corail…

Dans un premier temps, ce rosier signé David Austin a été planté dans l’un des premiers parterres du jardin.
La roseraie n’était pas encore vraiment élaborée et cette place n’était pas faite pour lui.
Je ne l’ai compris que plus tard.
Plusieurs rosiers qui ont commencé leur vie à cet endroit n’ont pas survécu ou ont végété.
Lui s’est battu.
Il a fleuri mais m’a fait comprendre que cet endroit n’était pas fait pour lui.
L’automne suivant, il a donc été déplacé pour trouver une nouvelle place le long de l’allée centrale de la roseraie.
Il m’a aussitôt prouvé sa reconnaissance en fleurissant deux fois dans l’année, de manière abondante.
Sa dernière floraison se passe en ce moment, fin octobre 2019.
Il nous offre pas moins de six roses parfaites, nous accordant le privilège de repousser l’automne en rêvant de printemps…

Ecriplume

  • Type de Rosier: Rosier Anglais 
  • Obtenteur: David Austin 
  • Année d’Obtention :  2012
  • Appellation:  Auscousin
  • Port:  Buissonnant, irrégulier
  • Famille: Rosier Anglais Hybrides Leander
  • Couleur: Rose corail, rose saumon
  • Parfum:  Parfum puissant de myrrhe mêlé d’une touche d’aubépine et de notes de sureau, de poire et d’amande.
  • Floraison: Remontante 
  • Résistance aux maladies: Bonne
  • Hauteur: 110 cm
  • Largeur:  110 cm
  • Fleurs: 9 cm
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol: Léger
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

Conseils de taille:
La taille des rosiers anglais buissonnants est indispensable à la floraison.  A la fin de l’hiver raccourcissez les rameaux à 3 -5 yeux au dessus du sol (au plus bas), choisissez un œil partant vers l’extérieur pour un port plus élégant. Profitez de cette taille pour éliminer les bois morts et les branches disgracieuses. La taille s’effectue en biseaux au dessus d’un œil. Au fur et à mesure de la floraison éliminez les fleurs fanées, cela stimule l’épanouissement d’autres boutons.

D’où vient son nom

On raconte que le Roi Charles II se cacha dans un chêne creux à Boscobel House durant la Guerre Civile Anglaise.