Dorothy Perkins

Le 21 février 2020 a marqué un véritable chantier dans la roseraie.
Le rosier Dorothy Perkins venait d’arriver de chez Delbard et était planté sans tarder.
Bien emballé et accompagné de son tuteur parapluie que j’avais acquis en même temps, il a investi la place qui lui était réservée et s’est fait très discret.


Il a tardé à sortir sa première feuille, et a attendu le premier jour de l’été pour brandir une colonie de boutons dressés vers le ciel.
Je découvrais mon beau rosier pleureur dans ses premières oeuvres…
Ce Dorothy Perkins est une vedette en son genre.
Créé en 1901 par les rosiéristes américains Albert Jackson et Charles Perkins, il est depuis populaire dans le monde entier pour sa polyvalence, et ses petites roses pompons en bouquets.


Leur couleur évolue du rose vif au presque blanc, et le rosier résiste parfaitement à tous les excès du climat… sauf au soleil brûlant qu’il n’apprécie pas.
En revanche, on le dit sensible à l’oïdium et à la marsonia (aïe…), ce qui n’altère apparemment pas sa floraison riche et abondante.
Une floraison unique dans l’année, mais qui dure quatre à six semaines dès le mois de juin – juillet.
J’ai toujours entendu dire qu’il habillait merveilleusement tous les supports et décors qui lui sont adjoints, et aujourd’hui que je le vois à l’oeuvre, je veux bien le croire.
Ce rosier a donné naissance à plusieurs variétés parmi lesquelles Ellen Poulsen, City of York, Super Dorothy, etc.
Ah, j’oubliais…. il se bouture très facilement.
Il se pourrait donc que Dorothy voit à l’avenir quelques-uns de ses rejetons grimpants s’épanouir à d’autres points du jardin!

Je sais que cette première floraison dont je profite en ce moment n’est que la première et qu’il restera timide cette année.
Mais déjà, il sème un halo romantique dans son sillage et apporte du caractère à un coin de la roseraie qui en manquait cruellement…

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Hybride de Rosa wischuraiana
  • Obtenteur: Jackson et Perkins ( Etats-Unis)
  • Année de création: 1901
  • Issu de: Madame Gabriel Luizet x Rosa wichuraiana
  • Port: Retombant
  • Couleur: Rose vif
  • Parfum:  Faible
  • Floraison:  De juin à juillet puis quelques fleurs en arrière-saison
  • Fleur: 4 cm de diamètre
  • Résistance aux maladies: Sensible à la marsonia et à l’oïdium
  • Hauteur: 4 à 5 m
  • Largeur: Jusqu’à 2 m
  • Feuillage: Vert foncé, brillant

Besoins:

  • Type de sol:  Normal
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

D’où vient son nom?
Du nom de la fille de l’un des associés de Jackson & Perkins.

Sophie Rochas

J’ai commandé ce joli rosier sur le site GammVert.
Il est arrivé le 20 février 2020, en état correct, et a été aussitôt planté dans la roseraie avec tous les égards possibles.
Comme toujours, je ne m’attendais pas à le voir m’offrir de rose pour la première année… cela m’évite d’être déçue.
Et c’est vrai qu’il a pris son temps, grandissant peu dans un premier temps.

Ce rosier français, création de Delbard, présentait une particularité qu’aucun autre de mes protégés n’affichait jusqu’ici: il avait les pétales dentelés.
J’étais évidemment impatiente de voir ses merveilles…
Mai et juin ont passé sans qu’aucun bouton de ne se forme.
Je commençais à me dire que je ne pourrais pas le présenter cette année sur ce blog, puisque je ne parle de mes rosiers que lorsque j’ai suffisamment de photos d’eux pour illustrer l’article.
Et voilà que, dans les premiers jours de juillet, il a commencé à fleurir… et ses roses tenaient leurs promesses!
La première a subi un revers qui m’a peinée, moi qui ai horreur de couper une rose: un oiseau a cassé la branche qui la soutenait.
Elle a donc fini sa vie dans une coupelle, et j’en ai profité pour la photographier, seule et en compagnie d’une Gruaud-Larose et d’une Madame de La Vallière qui avaient subi le même sort.
J’ai ensuite attendu d’autres éventuelles floraisons qui, cette fois, n’ont pas tardé.
J’ai ainsi pu constater que non seulement ces grandes fleurs délicatement dentelées sont charmantes, mais que, en plus, elles exhalent un parfum tout à a fois floral et fruité délicieux.
Encore une rose très féminine par sa couleur tendre que son créateur appelle « rose ballerine », qui devrait nous accompagner jusque tard dans l’année puisqu’il semblerait que ce rosier annoncé comme très remontant, fleurit jusqu’à la fin de l’automne…
Je me réjouis d’en avoir la confirmation de visu et de découvrir l’évolution de ce rosier élégant et plein de charme, idéal pour les massifs romantiques…

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Hybride de thé
  • Obtenteur: Delbard
  • Année de commercialisation: 2017
  • Autre nom commun: SOPHIE ROCHAS® – delroch- Rosier 
  • Protection variétale: Delroch
  • Port: Rosier buissonnant
  • Famille: Rosacées
  • Couleur: Rose clair
  • Parfum:  Parfum floral puissant
  • Floraison: très remontante, de mai à octobre
  • Fleur: Double, charnue
  • Résistance aux maladies: Bonne
  • Hauteur: 750 – 80 cm
  • Largeur:  50 cm
  • Feuillage: Caduc
  • Croissance: rapide

Besoins:

  • Type de sol:  Normal
  • Climat: Tous, jusqu’à -20°
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

D’où vient son nom?
La fragrance complexe et puissante de cette rose rend hommage au plus grand parfum féminin de la maison Rochas, incarnation de l’élégance et du luxe. Ce rosier a été voulu par Sophie Rochas en mémoire du parfum « La Rose » de Rochas, créée par son père Marcel Rochas, qui est devenu l’emblème de la Fondation Sophie Rochas.

Marie Curie bis

J’ai parlé voici quelques jours du rosier français Marie Curie de Meilland, qui a eu de la peine à démarrer dans le jardin, mais qui, cette année, semble avoir pris son envol.
Je ne croyais pas si bien dire…


En quelques jours, cet adorable rosier a mis les bouchées doubles, comme s’il voulait me remercier de l’attention que je lui porte…
Il est méconnaissable, plus beau qu’il ne l’a jamais été avec ses grappes de roses tendres au parfum d’une finesse exceptionnelle.
Avouez qu’il aurait été dommage de ne pas vous en faire profiter…

Ecriplume

Marie Curie

Le rosier Marie Curie a été l’un des deux rosiers que m’a offerts mon fils pour mon soixantième anniversaire, au printemps 2019.
Je ne le connaissais pas et, dans un premier temps, ce petit rosier a été planté « en zone test » pour que je puisse le découvrir.
Au cours de sa première année parmi nous, il a donné une seule et unique fleur couleur abricot.
C’est là que j’ai pu découvrir ce qui, à mes yeux fait l’une des forces de ce petit rosier: son parfum.
On le dit épicé, je le trouve pour ma part délicieusement délicat, très féminin.
Il méritait largement de se trouver au coeur de la roseraie…
Il a donc déménagé et n’a pas tardé à me montrer combien il appréciait cette initiative.
Lui qui était resté très petit a commencé à grandir et à former des boutons qui éclosent depuis le début du mois de juin, après une tentative avortée en mai.

Je sais qu’il va continuer à croître à son rythme, formant des grappes de cinq à six fleurs.
Très résistant aux maladies, il arbore un beau feuillage vert foncé qui semble insensible à la marsonia si présente chez plusieurs de mes rosiers.
En revanche, il n’aime pas beaucoup la pluie, comme la plupart de mes rosiers romantiques.

A noter qu’il est issu du croisement entre Coppélia, le rosier père, et Allgold et Yellow Cushion, les rosiers mères. On retrouve également ce rosier sous les noms Romantic Dream et Umilo.

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier français
  • Obtenteur: Meilland
  • Année d’Obtention :1997
  • Appellation:  Marie Curie® Meilomit
  • Port: Buissonnant, irrégulier
  • Espèce: Floribunda  
  • Couleur: Orange abricot clair, jaune vif à la base
  • Parfum: Parfum fort, légèrement épicé.
  • Type de fleur: Corolles très doubles de 8 cm de diamètre
  • Feuillage: brillant
  • Floraison: Remontante et constante de mai à octobre 
  • Résistance aux maladies: Très bonne
  • Hauteur:  Jusqu’à 90 cm
  • Largeur: Jusqu’à 1,50 cm
  • Floraison:  Remontante
  • Diamètre de la fleur: Coupes pouvant aller jusqu’à 9 cm de diamètre
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol: Rustiques
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre
  • Distances de plantation: Environ 50 cm entre chaque pied
    La taille s’effectue en mars, car c’est un rosier remontant. Dans les régions du sud de la France, la taille se réalise parfois dès le mois de janvier. Effectuez une taille courte (à 2-3 yeux, ou la longueur d’un sécateur). Cette taille est indispensable pour obtenir un beau rosier, pour limiter les maladies et pour stimuler la floraison.

D’où vient son nom?

Nommé ainsi pour célébrer le 85e anniversaire du prix Nobel de chimie de Marie Curie.

Geoff Hamilton

Enfin!
Planté dans la roseraie le 15 mai 2018, le rosier anglais Geoff Hamilton de David Austin ne se décide qu’aujourd’hui à m’offrir une floraison digne de ce nom… me permettant de lui consacrer cet article et de prendre suffisamment de photos de lui pour ne pas avoir recours à une banque d’images.
Il faut dire qu’il a des circonstances atténuantes…
C’est l’un des rares rosiers que j’ai commandés chez Guillot.
A son arrivée, il a été planté dans une partie du jardin qui n’était pas fait pour lui.
Et il a végété…


Un mois après son arrivée, quelques boutons orangés ont commencé à poindre.
De tous ces boutons, un seul est arrivé à terme et m’a donné une petite rose.
Une seule et unique fleur… avant une longue hibernation.
Durant le printemps et l’été 2019, aucun autre bouton n’est apparu.
Voyant que ce rosier ne prospérait pas et restait très petit, j’ai demandé à mon mari de le changer de place en automne 2019.
La roseraie était cette fois bien conçue, avec ses allées et son coeur…
Geoff a trouvé sa place… et a semblé apprécier le déménagement.
Au début du printemps 2020, il a triplé sa taille initiale, formant des grappes de boutons.
Et enfin, en ce mois de juin, sont apparues les premières « vraies » roses de couleur rose tendre au parfum de pomme.
Plus on s’éloigne du coeur de la fleur, plus le rose des pétales devient pâle
Ces roses ravissantes qui ont une particularité: elles sont en calices et non en coupes.
Ce rosier méritait d’avoir à son égard un peu de patience.
Son seul souci: il supporte mal la pluie…
Est-ce pour cela qu’il n’est plus disponible à la vente chez David Austin?
Je l’ignore… et le regrette.

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier Anglais 
  • Obtenteur: David Austin 
  • Année d’introduction : 1997
  • Appellation:  Ausham
  • Autre nom commun: Rose anglaise
  • Port: Buissonnant, érigé
  • Famille: Rosier Anglais Hybrides de Rosier Ancien
  • Couleur: Rose tendre
  • Parfum: Parfum de rose ancienne avec une note de pomme
  • Floraison: Remontante 
  • Résistance aux maladies: Bonne 
  • Hauteur: 1,20m
  • Largeur: 1 m 
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol:  Tous.
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

D’où vient son nom?
Voici ce que l’on trouve sur ses origines sur le site David Austin : Baptisé pour attirer l’attention du public Geoffrey Stephen Hamilton était un jardinier, diffuseur et auteur anglais, mieux connu comme présentateur de Gardeners ‘World à la télévision de la BBC dans les années 1980 et 1990.

Pomponella

J’ai pris l’habitude de ne faire une présentation complète de chacun de mes rosiers qu’une fois qu’ils ont suffisamment fleuri pour que je puisse l’illustrer de mes propres photos.
Il faut généralement un an pour que les roses soient suffisamment belles et nombreuses pour ce faire.

Pour certains qui ont déjà trois ans mais qui ont une floraison frileuse, je n’ai pas encore pu y arriver.
Pour d’autres particulièrement généreux, je peux les présenter quelques mois à peine après leur plantation.
C’est le cas pour Pomponella, ce ravissant rosier allemand créé par Kordes, planté dans la roseraie le 29-10-2019.
Il fait partie de la collection Féerique et, depuis les premiers jours de son éclosion, n’a cessé de m’offrir de jolies petites roses doubles toutes rondes, ressemblant à autant de pompons…
J’aime ses fleurs à chaque étape de leur floraison, mais tout particulièrement à l’état de boutons bien serrés.

Il paraît que cet adorable arbuste ne dépassera pas une taille de 60 centimètres, et qu’il fleurit durant cinq à six mois, par vagues successives…
C’est exactement ce qu’il fait actuellement!
Ses fleurs commencent à se présenter par grappes évoquant les roses anciennes.
Même si son parfum est très léger, ce rosier est pour moi une trouvaille une petite merveille que je suis très heureuse d’avoir dans le jardin…

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier Allemand 
  • Obtenteur: Kordes
  • Année d’Obtention : 2005
  • Appellation: Rosier floribunda Pomponella
  • Cultivar: Pomponella® Korpompan
  • Inflorescence Corymbe
  • Port: Rosiers Arbustif 
  • Famille Rosiers Allemand Hybride de Thé de type Grandiflora
  • Couleur: Rose vif moyen
  • Parfum: Léger
  • Résistance aux maladies: Bonne 
  • Hauteur: 0,60 m
  • Largeur: 0,80 m 
  • Floraison: De juin à octobre
  • Diamètre de la fleur: 4 à 5 cm
  • Feuillage: Caduc.

Besoins:

  • Type de sol: S’adapte à tous les terrains
  • Climat: Très rustique.
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

D’où vient son nom?
Son nom lui a été donné en hommage Madame de la Vallière (Françoise-Louise de la Baume-Leblanc 1644-1710), première favorite officielle de Louis XIV.
Plusieurs des rosiers Kordes ont reçu les noms des principales maîtresse royales de l’Histoire… dans l’espoir qu’à leur tour, ils deviennent les « favoris » de nos jardins…

Nelson Monfort

Le rosier Nelson Monfort, de Massad, est planté dans la roseraie depuis janvier 2018… pourtant, je n’ai pas encore pu le présenter en détails, pour une raison très simple : il ne répondait pas du tout à mes attentes.
Je m’explique…
La première année, il m’a donné deux fleurs très petites et ne correspondant pas du tout à celles annoncées lorsque je l’ai acheté.
De plus, il était très affecté par la maladie des taches noires, à tel point qu’au bout de quelques semaines, malgré tous mes soins, il n’avait pratiquement plus de feuilles.
Et ce alors que sa fiche détaillée l’annonçait comme un sujet très sain…

Je me suis dit que je ne devais pas le juger sévèrement, qu’il n’était pas planté depuis longtemps et qu’il fallait lui laisser le temps.
L’année suivante, le scénario s’est reproduit à l’identique.
J’étais d’autant plus déçue que deux autres rosiers achetés à la même période chez Guillot, comme lui, n’ont pas survécu.
Une situation d’autant plus étonnante que mes autres rosiers, plantés par dizaines, prospéraient à vue d’oeil.
Seul survivant de sa « fratrie », Nelson s’accrochait et méritait que je lui donne une autre chance.
J’ai donc demandé à mon Capitaine de le déplacer à un endroit où j’espérais qu’il pourrait prospérer correctement, ce qui a été fait l’automne dernier.
Ce printemps, j’ai attendu sa réaction.
Il a commencé par grandir plus qu’il ne l’avait fait jusqu’ici.
La marsonia l’a attaqué sévèrement, ce qui confirme sa sensibilité à cette maladie, mais mes soins lui ont plu, semble-t-il, puisqu’il a malgré tout préparé des boutons.
Dès le début du mois de juin, il a commencé à fleurir.
Cette fois, il m’a offert des fleurs plus grosses et beaucoup mieux formées que les années précédentes.
Bilan: je pense que ce rosier a encore devant lui une bonne marge de progression… et je compte bien le laisser évoluer à son rythme, sans stress…
Je mets à la suite de cet article la présentation complète du rosier, mais je préciserai à chaque fois les points qui ne correspondent pas ou pas encore entre la description faite et la réalité de mon propre rosier.

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier français
  • Obtenteur: Massad
  • Année d’Obtention : 2008
  • Cultivar: Nelson Monfort
  • Port: Rosiers buisson
  • Espèce: Generosa®
  • Couleur: Jaune clair
  • Parfum: Annoncé avec un parfum puissant. Le mien est faible pour le moment.
  • Type de fleur: Fleurs doubles de 10 cm de diamètre. Celles de mon rosier sont plus petites.
  • Feuillage: vert clair mat
  • Floraison: Remontante et constante de mai à octobre. Ce n’est pas encore le cas pour le mien. 
  • Résistance aux maladies: Bonne. En ce qui concerne le mien: il est très réceptif à la maladie de la tache noire.
  • Hauteur:  jusqu’à 100 cm
  • Largeur: 50 cm
  • Diamètre de la fleur: 10 cm
  • Feuillage: Caduc

D’où vient son nom?
Le journaliste sportif Nelson Monfort, lui-même amateur de roses, en est le parrain.

Leonardo da Vinci

Pour éviter que la roseraie ne soit composée que de roses couleurs pastel qui, trop nombreuses, risquent d’affadir l’ensemble, je m’arrange pour trouver des spécimens aussi beau que les autres, mais aux teintes plus relevées.
C’est ainsi que j’ai découvert Léonardo da Vinci, de Meilland-Richardier.
Léonard de Vinci est pour moi LE génie absolu dont l’oeuvre m’aura fascinée ma vie durant.
J’ai beaucoup lu de biographies lui étant consacrées, vu plusieurs expositions, visité le Clos Lucé, interrogé des spécialistes de son parcours, et j’ai eu l’occasion de rédiger quelques articles parlant de lui et de ses oeuvres.

Il était donc normal que mon attention ait été attirée par le rosier Léonard de Vinci…
Pour moi, c’était une évidence: si la rose était à la hauteur de celui dont elle portait le nom, elle allait faire son entrée dans la roseraie.
Ce qui a été le cas le 29 octobre 2019…
Commandé à Promesse de Fleurs et arrivé en pot de 4 L, mon nouveau protégé a été installé dans les règles de l’art et a passé un hiver paisible.
Il m’a très vite prouvé qu’il était bien décidé à se faire une place au soleil parmi les autres.
En cette première année d’existence parmi nous, il est bien sûr encore petit, ce qui ne l’empêche pas de fleurir généreusement, offrant de magnifiques fleurs doubles et veloutées, non pas rouge grenat profond comme cela m’avait été annoncé, mais, pour le moment, rose vif que l’on appelle « rose bengale ».
La pluie qui arrose le jardin depuis deux ou trois jours ne semble pas le gêner, et il fait partie de ceux qui arborent un feuillage très sain.
Je verrai si mes premières observations sont confirmées dans les années à venir, lorsqu’il se sera développé, mais je reconnais déjà à ce rosier des indices du charme de certaines roses anciennes, comme Mme Isaac Pereire… ce qui n’est pas un petit compliment!
Découvrir ses premières fleurs a été un ravissement…
Comme ce rosier facile à cultiver ne devient pas très grand, il est; dit-on également adapté pour la culture en pots.
Le nôtre restera dans la roseraie qu’il contribue déjà à embellir…

Ecriplume

A noter que, sur le site Meilland-Richardier, l’on apprend que:

Les qualités du rosier LEONARDO DA VINCI ® Meideauri ont été remarquées et récompensées lors des concours internationaux de roses nouvelles.
Médaille d’Or Monza 1993. Certificat Belfast 1996, Certificat La Haye 1996. Médaille d’Or La Haye 1997, Top Rosen Pays Bas 1997.

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier français
  • Obtenteur: Meilland
  • Année d’Obtention :1994
  • Appellation:  LEONARDO DA VINCI ® Meideauri
  • Port: Rosiers buisson
  • Espèce: Floribunda 
  • Couleur: Rose Bengale
  • Parfum: Léger, de pomme et d’herbe coupée
  • Type de fleur: Corolles très doubles de 8 cm de diamètre
  • Feuillage: brillant
  • Floraison: Remontante et constante de mai à octobre 
  • Résistance aux maladies: Excellente
  • Hauteur:  jusqu’à 80 cm
  • Largeur: 60 cm
  • Floraison: Très remontante
  • Diamètre de la fleur: 8 cm
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol: Rustiques
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre
  • Distances de plantation: Environ 50 cm entre chaque pied
  • Ce rosier existe également sous forme de rosier tige

D’où vient son nom?

Le site de Meilland-Richardier nous explique ceci:

Choisie par l’équipe du Clos Lucé, dernière demeure de Léonard de Vinci en Touraine (France), le rosier LEONARDO DA VINCI ® honore par son charme et ses nombreuses qualités les multiples talents de l’artiste. Leonardo di ser Piero da Vinci, de son nom complet, naît le 15 avril 1452 dans un petit village de Toscane proche de Florence en Italie. Il décède en France le 2 mai 1519 à Amboise au château du Clos Lucé. Artiste majeur de la Renaissance aux talents multiples, Leonardo da Vinci est un peintre, sculpteur, architecte, mais également un homme d’esprit (philosophie, poésie) et de sciences (botanique, anatomie).

Ispahan, le Pompon des Princes

Avec le temps, je suis de plus en plus attirée par les rosiers historiques.
Il était donc logique que je rêve d’introduire la Rose de Damas dans la roseraie.
La Belle de Perse…
Originaire du Proche-Orient, elle était déjà connue, dit-on, vers les années 1000 avant J.C. et a été rapportée en Europe par les Croisés.
J’ai donc cherché à acquérir un exemplaire du rosier Ispahan, aussi appelé Pompon des Princes, connu sous nos latitudes depuis 1832.
Le trouver n’a pas été simple…

Même s’il figure dans les catalogues de plusieurs pépiniéristes en ligne, il était le plus souvent indisponible.
C’est finalement chez David Austin que je l’ai trouvé et commandé.
Le rosier est arrivé d’Angleterre le 27 novembre 2011, en container, et a été immédiatement planté à l’emplacement qui lui était réservé.
Six mois après son arrivée, il nous offrait sa première rose…
Bien qu’elle ne ressemble absolument pas aux roses vers lesquelles vont mes préférences, je suis très vite tombée sous le charme de cette belle Persane et de ses fleurs bien pleines.
D’autant que le rosier s’est montré généreux avec une floraison abondante, que je sais ne pas être remontante.
Mai elle peut atteindre six semaines, la plus longue pour les rosiers de Damas.
Ses fleurs sont petites cette année mais devraient prendre de l’amplitude au fil du temps.
Pour sa première année parmi nous, Ispahan fait honneur à sa lignée.

Il n’est pour le moment pas encore bien grand, ce qui est logique vu son jeune âge, mais ne semble pas affecté par la marsonia qui est pourtant présente chez certains de mes rosiers.
Son feuillage reste bien vert, il résiste à la pluie comme au grand soleil et aux périodes de sécheresse.
Quant à ses fleurs, elles fleurissent longtemps donc, et sont lumineuses et belles.

Enfin, il y a son attrait principal…
Avouons-le, j’attendais de pouvoir enfin respirer le parfum d’une rose de Damas dans le jardin…
Il n’en existe plus que quelques variétés, et c’est un privilège de voir fleurir ici cette fleur utilisées pour la fabrication d »eau et d’essence de rose réputées.
J’ai coupé une fleur que j’ai gardée auprès de moi pour pouvoir l’étudier de plus près.
J’ai toujours sur mon bureau, un petit flacon d’absolue de Rose de Damas.
Je peux désormais vérifier que l’étiquette ne ment pas… il s’agit bien d’elle…
Ce parfum suave si particulier est très reconnaissable, fascinant.

A noter encore qu’Ispahan a été primé:

  • Dowager Rose Queen (ARS), Rogue Valley Rose Society Show, 1998
  • Award of Garden Merit  (RHS/RNRS), Royal Horticultural Society Show, 1993

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier Ancien 
  • Année d’Obtention : Obtenteur inconnu avant 1832
  • Sous-famille: Damascena
  • Port: Rosiers Arbustif 
  • Famille Roses de Damas
  • Couleur: Rose pur
  • Parfum:  Puissant
  • Résistance aux maladies: Bonne
  • Hauteur: 1,50m
  • Largeur: 125 cm 
  • Floraison: Unique, non remontant. Floraison mai/juillet
  • Diamètre de la fleur: 10 cm.
  • Feuillage:  Semi-persistant vert argenté
  • Port: Buissonnant, semi-érigé

Besoins:

  • Type de sol: Rustique
  • Climat: Très rustique
  • Exposition: Soleil
  • Distances de plantation: Environ 90cm entre chaque pied