Mes courageux camélias…

Les végétaux sont comme les êtres humains et les animaux…
Certains sont capables de forcer notre tendresse et notre admiration.
C’est le cas pour mes camélias.
Rappelez-vous…
Nous avions planté deux camélias remplis de boutons à la fin de l’hiver.
Tout se passait bien jusqu’au moment où ils ont pris le gel deux nuits de suite.
Nous les avions pourtant couvert d’un voile d’hivernage, mais il n’a rien pu faire.
En deux jours, toutes les feuilles ont entièrement bruni.
Ca a été un choc…
Le premier des deux camélias, a perdu en quinze jours toutes ses feuilles et ses boutons, à l’exception d’un seul.
Depuis, il refait entièrement son feuillage et je pense qu’il n’en sera que plus beau et plus solide.
L’autre, le Tom Knudsen, en aussi piteux état, a mis plus de temps à perdre ses feuilles, et a gardé trois ou quatre boutons.
J’allais tristement leur rendre visite chaque jour, et je gardais l’espoir de pouvoir les sauver.

Nous leur donnions de l’eau et je retirais les feuilles mortes.
Au bout d’un mois, j’ai constaté qu’il arrêtait de perdre son feuillage, et que ses boutons donnaient des signes de vie.
Et aujourd’hui… deux d’entre eux sont éclos, et un troisième se prépare.
Le feuillage n’est pas beau, mais il vit…
Pour leur première année d’existence dans notre jardin, ces deux petits camélias nous ont fait une belle démonstration de résistance…

Ecriplume


Impossible de s’en lasser…

Comment se lasser du spectacle merveilleux de ces arbres en fleurs?
De ces couleurs d’une délicatesse infinie…

De cette exubérance raffinée et douce…
Un cadeau d’autant plus précieux qu’il est très éphémère.
Déjà, il neige des pétales de fleurs de pommiers et de cerisiers…

Ecriplume

Remède anti confinement…

Je ne dirai jamais assez à quel point j’ai conscience d’être privilégiée de pouvoir vivre à la campagne et de bénéficier d’un grand jardin…
Une conscience d’autant plus aiguë que j’avais jusqu’ici toujours vécu en appartement.
En cette période de confinement que beaucoup subissent avec difficulté, je voulais partager quelques images du quotidien de ce jardin que j’aime tant, et qui débute à peine son réveil printanier…

Ecriplume

The Poet’s Wife

On dit que le jaune est la couleur la moins aimée.
Pas par moi du moins…


J’ai deux rosiers jaunes dans la roseraie, dont un, planté cet automne, n’a pas encore fleuri, et je suis attirée par un troisième qui porte un nom qui m’a intriguée: The Poet’s wife.

A quelle femme de poète pensait David Austin lorsqu’il a créé cette fleur très parfumée?
Je n’ai pas réussi à trouver la réponse pour le moment…

Ecriplume

Les oeillets mignardises du jardin

J’ai rarement vu une plante porter aussi bien son nom que celle-ci!
Qui résiste à une mignardise coquettement présentée?
Personne.
C’est exactement pareil pour les oeillets du même nom.

Chaque année au printemps, depuis que nous nous sommes installés en Franche-Comté, j’en achète un ou deux plants qui vont rejoindre ceux déjà installés dans la plate-bande près de la véranda.
Elles sont discrètes, ces petites fleurs colorées, mais ressemblent à des bonbons irrésistibles.
Ma préférence va vers les roses et les blancs qui commencent à former de petites touffes de fleurs résistantes et joyeuses.
Le truc pour les garder longtemps fleuries est, comme d’habitude, de retirer les fleurs dès qu’elles sont fanées, et de veiller à ce que la terre soit bien irriguée.
Mais attention: comme certains rosiers, les oeillets mignardises n’aiment pas les fortes pluies, surtout lorsqu’elles durent trop longtemps…
En revanche, un apport d’engrais tous les deux ans les stimule et se traduit par des fleurs en abondance.

Ecriplume

Créer ses roses ?

Je suis fascinée par le métier de rosiériste…
J’ai donc cherché à en savoir un peu plus sur cette profession exigeante qui ouvre les portes d’un rêve éveillé aux clients qui profitent de leurs roses.
C’est ainsi que j’ai appris que les premiers pépiniéristes rosiéristes français se sont installés autour de Paris au XVIIIe siècle, et vers Lyon au XIXe.
La plupart avait de qui tenir puisqu’ils provenaient souvent de familles de jardiniers connues sur plusieurs générations depuis l’époque où la culture des roses a pris son essor en Europe, au XVIIe.
Parmi elles, les familles Ducher, Guillot, Laperrière ou Meilland.
Et c’est Guillot qui, sur son blog, a publié un article très documenté dont je place le lien ci-dessous.
Son titre: « Hybridation: comment créer votre rosier ».
Les très minutieuses étapes de l’hybridation y sont détaillées et illustrées de photos permettant de mieux comprendre le processus.
Passionnant!

Ecriplume

Devinette pour Noël?

Reconnaissez-vous cette fleur?
Elle pousse dans l’un de nos arbres à la bonne saison et est l’une des plus gracieuses …
Il s’agit de la fleur du très beau cognassier qui vit dans l’enclos de nos poules.


On ne peut pas dire qu’il nous donne des fruits extraordinaires, mais ses fleurs sont toujours une merveille…

Ecriplume

Liste des roses plébiscitées par la Fédération Mondiale des Sociétés de Roses

Tous les trois ans, à la suite d’un vote des diverses Sociétés Nationales (41) donne un verdict sur une rose moderne et une rose ancienne plébiscitées. J’ai sélectionné six rosiers qui me plaisent pour différentes raisons, issus de la liste datée de 2009, avec les descriptifs produits par la WFRS.
Parmi eux, deux ont déjà trouvé leur place dans la roseraie… et d’autres pourraient suivre!

 Roses modernes primées par la WFRS – Rose Hall of Fame

« Graham Thomas »
– Primée par la WFRS en 2009
Dénomination variétale : AUSmas
Obtenteur : David Austin (Grande Bretagne) en 1983
Origine : [Charles Austin x (graines de ‘Iceberg’)]
Rosier buisson très florifère. Les fleurs, d’un jaune intense, sont grandes, de forme ancienne et ont un fort parfum de thé.

« Pierre de Ronsard » (syn. Eden, Eden Climber, Eden Rose 88, Grimpant de Pierre de Ronsard)
(Déjà introduite au jardin)
– Primée par la WFRS en 2006
Dénomination variétale : MEIviolin
Obtenteur : Marie-Louise Meilland (France) en 1987
Origine : [(Danse des Sylphes x Handel) x Pink Wonder Climbing]
Rosier grimpant à grandes fleurs très doubles. Les fleurs ont une forme ancienne et colorent d’un mélange de couleurs organiques. Parfum modéré.

« New Dawn » – Primée par la WFRS en 1997
Obtenteur : Dr. W. Van Fleet
Introduit par : Dreer of Somerset Rose Nursery (USA) en 1930
Rosier grimpant aux grandes fleurs roses pâle.

rosier_connu-Just_Joey.jpg

‘Just Joey’ – Primée par la WFRS en 1994
Obtenteur : Roger Pawsey (Grande Bretagne) en 1972
Hybride de Thé très populaire. La fleur, couleur abricot, est grande et les pétales ont des bords ondulés. Parfum riche et fruité.

rosier_connu-Fragrant_Cloud.jpg

« Fragrant Cloud » (syn. Duftwolke, Nuage Parfume)
– Primée par la WFRS en 1981
Dénomination variétale : TANellis
Obtenteur : M. Tantau (Allemagne) en 1963
Hybride de Thé à grandes fleurs possédant un parfum incroyablement puissant. Les fleurs ont une couleur unique : rouge-orange avec un reflet gris-lavande.

rosier_connu-Queen_Elizabeth.jpg

« Queen Elizabeth »
(Déjà introduite au jardin)
– Primée par la WFRS en 1979
Obtenteur : Dr. W.E. Lammerts (USA) en 1954
Classé aux USA dans les Grandiflora, ce rosier a de grandes fleurs roses qui apparaissent régulièrement.