Récolte des bouillons blanc

Sous la houlette de mon mari, mon fils et mon petit-fils sont allés cueillir les fleurs de Bouillon blanc, aussi connu notamment sous le nom de Molène, herbe de Saint-Fiacre, oreille de saint Cloud, queue de loup, fleur de grand chandelier, cierge de Notre-Dame, ou, plus scientifiquement, de Verbascum thapsus.
Autant dire que la planrt est source d’inspiration!
Toujours utilisée dans la pharmacopée, elle sert notamment à confectionner des tisanes pectorales, du sirop…. ou de la liqueur qui porte parfois le nom de « liqueur d’or ».

Ecriplume

La deuxième vague…

Dans une roseraie, la belle saison se situe de mai à début juillet.
Ces deux mois sont ceux de la floraison la plus intense et la plus spectaculaire.
Ensuite vient ce que j’appelle le temps de la transition.
Les rosiers qui n’ont qu’une seule floraison se mettent en veille, même si certains nous réservent parfois la surprise de quelques fleurs supplémentaires par la suite.
Ceci dit, la saison ne s’achève pas pour autant: les « remontants » prennent la relève.
Si vous avez bien tenu compte de cette particularité lors de vos achats, vous pouvez, grâce à eux, avoir des roses jusqu’aux premières gelées.
C’est ce qui arrive dans notre jardin.
Tandis que certains rosiers magnifiques ont vu leurs fleurs se flétrir, une autre vague forment déjà des boutons pour amorcer leur deuxième floraison.
Ils sont plusieurs dans ce cas à nous préparer la suite… ou à l’avoir déjà amorcée.
J’avoue que l’un de ceux qui m’impressionnent beaucoup en ce moment, c’est Gertrude Jekyll dont j’ai déjà plusieurs fois parlé.
Pour sa première année parmi nous, il fait décidément une arrivée remarquée…
Toujours en fleurs, grand et solide comme s’il avait déjà quelques années de vie dans le jardin, il donne des fleurs sublimes sans discontinuer.
Et toujours ce parfum puissant…

Ecriplume

Immersion dans la roseraie…

Les photos ne rendent pas avec justesse l’aspect de la roseraie….
Depuis que ces photos ont été prises, la pluie est passée par là, abîmant quelques fleurs et en faisant pousser d’autres.


Sous les rayons du soleil qui refait son apparition, gageons que le jardin va nous offrir une nouvelle explosion de couleurs et de senteurs…

Ecriplume

Rosiers d’intérieur, le retour!

Au début du printemps, mon Capitaine a eu la bonne idée de sortir mes rosiers d’intérieur de la véranda pour qu’ils profitent de la pluie.
Moins bonne idée: il a oublié de les rentrer… et cette nuit-là qu’ont eu lieu les dernières gelées nocturnes qui n’ont fait qu’une bouchée de mes pauvres petits rosiers.
Confuse, ma tendre moitié a aussitôt assuré qu’il les remplacerait… ce qu’il a fait cette semaine.
Quatre charmants rosiers nous offrent une première floraison et vont être installés dans le grand pot en terre cuite prêt à les accueillir!

Ecriplume

Feu d’artifice couleur lavande!

Plusieurs plants de lavande fleurissent dans le jardin.
Leur façon de s’épanouir en bouquets étoilés est un véritable feu d »artifice…
Chaque printemps à la même époque, ils insufflent une petite touche provençale radieuse à notre coin de terre franc-comtois…

Ecriplume

Rosier d’intérieur, le retour!

Au tout début du printemps, mû par un grand élan d’optimisme, mon mari a sorti une partie de mes rosiers d’intérieur… et a oublié de les rentrer.
Or, cette nuit-là, il a gelé.
Quand ils ont regagné la protection de la véranda, il était trop tard.
Quelques jours après, il a fallu se rendre à l’évidence: ils étaient irrécupérables.

Devant ma déception, ma tendre moitié a promis qu’il les remplacerait.
J’ai cru qu’il avait oublié, mais non: cette semaine, il est revenu avec quatre jolis rosiers, achetés chez ma fleuriste préférée.
La véranda va à nouveau vibrer sur le même diapason que la roseraie…

Eriplume

Mes courageux camélias…

Les végétaux sont comme les êtres humains et les animaux…
Certains sont capables de forcer notre tendresse et notre admiration.
C’est le cas pour mes camélias.
Rappelez-vous…
Nous avions planté deux camélias remplis de boutons à la fin de l’hiver.
Tout se passait bien jusqu’au moment où ils ont pris le gel deux nuits de suite.
Nous les avions pourtant couvert d’un voile d’hivernage, mais il n’a rien pu faire.
En deux jours, toutes les feuilles ont entièrement bruni.
Ca a été un choc…
Le premier des deux camélias, a perdu en quinze jours toutes ses feuilles et ses boutons, à l’exception d’un seul.
Depuis, il refait entièrement son feuillage et je pense qu’il n’en sera que plus beau et plus solide.
L’autre, le Tom Knudsen, en aussi piteux état, a mis plus de temps à perdre ses feuilles, et a gardé trois ou quatre boutons.
J’allais tristement leur rendre visite chaque jour, et je gardais l’espoir de pouvoir les sauver.

Nous leur donnions de l’eau et je retirais les feuilles mortes.
Au bout d’un mois, j’ai constaté qu’il arrêtait de perdre son feuillage, et que ses boutons donnaient des signes de vie.
Et aujourd’hui… deux d’entre eux sont éclos, et un troisième se prépare.
Le feuillage n’est pas beau, mais il vit…
Pour leur première année d’existence dans notre jardin, ces deux petits camélias nous ont fait une belle démonstration de résistance…

Ecriplume


Impossible de s’en lasser…

Comment se lasser du spectacle merveilleux de ces arbres en fleurs?
De ces couleurs d’une délicatesse infinie…

De cette exubérance raffinée et douce…
Un cadeau d’autant plus précieux qu’il est très éphémère.
Déjà, il neige des pétales de fleurs de pommiers et de cerisiers…

Ecriplume

Remède anti confinement…

Je ne dirai jamais assez à quel point j’ai conscience d’être privilégiée de pouvoir vivre à la campagne et de bénéficier d’un grand jardin…
Une conscience d’autant plus aiguë que j’avais jusqu’ici toujours vécu en appartement.
En cette période de confinement que beaucoup subissent avec difficulté, je voulais partager quelques images du quotidien de ce jardin que j’aime tant, et qui débute à peine son réveil printanier…

Ecriplume