Le nichoir inattendu…

Un chat rôdait autour de la Cabane de la Chouette…
Sa présence a intrigué mon Capitaine qui, en s’approchant, a réalisé que des oiseaux avaient construit leur nid dans ce que j’appelle « la Boîte aux Lettres du Père Noël ».
Nous avons donc commencé à monter la garde…
Un matin durant la semaine, le chat était à nouveau là.
Et, perché sur l’ouverture du nid, ce minuscule oiseau guettait, fragile sentinelle sans défense.
Nous n’avions pas imaginé que des oiseaux choisiraient cet endroit pour s’y installer…

Ecriplume

Les pervenches de la maison d’à côté

Maison de vacances de la famille de mon Capitaine, la maison voisine de la nôtre se trouve tout au bout de notre jardin.
En l’absence des propriétaires, mon mari y passe la tondeuse lorsque c’est nécessaire.
La semaine dernière, alors qu’il vérifiait l’état du gazon, il a découvert un buisson couvert de fleurs et m’a proposé de venir le voir.
Je n’avais jamais vu ces fleurs, que, grâce à une application dédiée, j’ai pu identifier comme étant des pervenches.
Le moment venu… nous ferons en sorte qu’un deuxième petit buisson identique s’épanouisse dans un coin de notre jardin…
Dans le langage des fleurs, dit-on, la pervenche est l’emblème un peu mélancolique d’un doux souvenir.

A propos de la pervenche, si je ne connaissais pas la fleur, je me souviens très vaguement d’un conte que j’avais lu lorsque j’étais enfant.
Il parlait d’un oiseau bleu très rare, la pervenche, que les coeurs purs recherchaient toute leur vie.
J’ai donc toujours cru que la pervenche était bel et bien un oiseau,
Mais non…
Lorsque les poètes disent que « la pervenche sont les yeux du ciel », ils parlent bien de la fleur, et non pas d’un oiseau…

Ecriplume

Rosa Canina L.

Rosa canina L.

Au XVII et XVIIe siècles, les roses qui ornaient les jardins et les parcs ne ressemblaient pas à celles que nous connaissons aujourd’hui.
Il s’agissait de roses botaniques, ces roses sauvages que l’on cultivait autrefois et que l’on retrouve aujourd’hui dans les jardins médiévaux et certains jardins de passionnés.
Elles sont les ancêtres de nos roses actuelles et disposent de qualités que les rosiéristes connaissent bien.

Je n’avais jamais envisagé d’introduire l’une de ces plantes dans le jardin.
C’était sans compter sur la malice de la nature…
La semaine dernière, mon attention a été attirée par des taches roses dans la haie qui borde la maison du côté de la route qui nous sépare de la rivière.
Je me suis approchée… et je l’ai vu.


Un grand rosier Rosa canina L. mieux connu sous le nom d’églantier, de rosier des chiens ou de rosier des haies.
Il est le plus commun de tous ces rosiers et s’est invité dans la haie sans rien demander à personne.
Il a eu raison… ses fleurs sont ravissantes, formant un contraste saisissant avec les pétales rouges de son voisin, le cognassier du Japon, lui aussi toujours en pleine floraison.
Ce beau sauvage très envahissant se trouve un peu partout, y compris au bord de la rivière, juste en face de la maison!
Il n’a jamais vraiment été cultivé dans les jardins, selon François Joyaux dans son livre « Nouvelle Encyclopédie des Roses Anciennes » parue chez Ulmer.
Mais il est populaire pour ses fruits, les cynorhodons, avec lesquels sont préparées des confitures et des sirops.
Ce rosier a beau être très commun, il a attiré l’attention des plus grands botanistes, a sa place dans les herbiers depuis le XVIe siècle et dans la pharmacopée dès le Moyen Age.
Le cynorhodon est ainsi réputé dans toutes les civilisations du monde pour ses vertus curatives, aidant notamment à lutter contre les refroidissement.
Il ne faut pas oublier pourtant que les graines contenues dans les cynorrhodons sont utilisées dans la confection du… poil à gratter!
Enfin, l’églantier a servi et sert encore de porte-greffe pour greffer certaines variétés horticoles.
Bien évidemment, le spécimen qui vit dans la haie y restera aussi longtemps qu’il le voudra… pour le plus grand plaisir des abeilles.
Ce rosier est en effet le seul à être mellifère.

A savoir: 

  • Type Section: Caninae
  • Type: Rosier sauvage
  • Appellation:  Rosa Canina L.
  • Famille: Rosacées
  • Autre nom commun: églantier, rosier des chiens, rosier des haies.
  • Description: Arbrisseau épineux
  • Fleurs: Coroles simples, solitaire ou en groupes de deux ou trois. 
  • Fruits: En octobre, de couleur rouge.
  • Couleur: Rose ou blanc, coeur jaune
  • Parfum:  Léger et agréable
  • Floraison: En juin, en principe
  • Feuillage: Semi-persistant
  • Hauteur: 2 à 3 m
  • Port:  Buissonnant

Besoins:

  • Type de sol:  Normal
  • Climat: Tous
  • Exposition: Aime le plein soleil

D’où vient son nom?
Le nom de « rosier des chiens » vient de la propriété attribuée autrefois à la racine de cette plante censée guérir les morsures de chiens enragés.

Le délice du jardin

On l’adore ou on la déteste, mais la rhubarbe laisse rarement indifférent.
Chez nous, elle s’est installée dans un petit parterre qui lui a donc été réservé, à côté des genêts, ainsi que dans l’un des bacs de culture que mon mari a installé pour cultiver ses légumes à bonne hauteur.
Elle a l’air de s’y plaire, prend ses aises et affiche une bonne santé évidente.
Lorsque je me balade dans le jardin, je photographie les fleurs et les curiosités, passe énormément de temps à examiner mes rosiers, mes camélias, les pivoines, discute longuement avec mes poules, suivie par ma petite chienne, Pomme, qui folâtre à sa guise…
Mais la rhubarbe si commune et pourtant précieuse… je n’avais jamais vraiment pris le temps de la regarder et, surtout, de lui accorder une place dans ces modestes colonnes.
C’est chose faite!

Ecriplume

Entrée dans la roseraie de Peter- Paul Rubens et Yen Baï

Peter-Paul Rubens

Depuis quelques jours, j’osais à peine quitter la maison pour me rendre au jardin, de peur de manquer le passage du livreur.
Il faut dire qu’il m’apportait un paquet précieux…
Mardi, le transporteur est donc arrivé avec un colis contenant deux des rosiers que j’ai commandés il y a peu : Yen Baï et Peter-Paul Rubens.
Impatiente de voir leur état sachant qu’ils venaient de passer plusieurs jours en transit, je les ai déballés sans attendre.
J’avais hâte de découvrir la façon dont ils ont été emballés, et si, à cette période de l’année, ils arrivaient ou pas en boutons.
Ces rosiers, commandés sur le site Andre Eve comme je l’ai déjà précisé précédemment sont arrivés parfaitement emballés, à peine fragilisés par le trajet.
Couverts de boutons, ils devraient fleurir sous peu…
Peter-Paul Rubens, mon premier rosier belge, arborait d’ailleurs déjà une fleur qui s’est malheureusement détachée durant le trajet.
C’est cette rose que j’ai photographiée légèrement abîmée par le voyage dont je vous livre la photo ce matin…
Elle m’a permis de réaliser en deux secondes que j’avais eu vraiment raison de commander ce rosier: son puissant parfum fruité est irrésistible.
Moins d’un quart d’heure après leur arrivée, les deux rosiers étaient plantés et copieusement arrosés.
Depuis, il pleut, et le soleil devrait faire sa réapparition dès samedi: des conditions idéales pour des rosiers fraîchement plantés.
Leur première floraison ne devrait pas tarder… je les présenterai alors en détails.

Ecriplume

Gertrude Jekyll

Gertrude Jekyll

Dans le registre des rosiers qui m’ont le plus surprise, Gertrude Jekyll se situe en bonne place…
Il est arrivé le 29-10-2019, acheté en pot de 4 litres.
Lorsque je l’ai sorti du colis, il était en assez mauvais état, avec une branche cassée.
Il a été planté avec soin et a passé l’hiver en paix.
Lorsque ses congénères ont commencé à grandir et à dévoiler leurs feuillages, celui-ci restait malingre, chétif… à tel point que j’ai commencé à perdre l’espoir de le voir fleurir la première année.

Mais tout à coup, en mai 2020, il a développé des feuilles et a commencé à fleurir parmi les premiers de la saison.
Il paraît qu’il est coutumier du fait, la Maison David Austin expliquant qu’il est « toujours l’un des premiers à ouvrir le bal ».
La première chose que j’ai découverte de lui a été sa couleur.
Je ne m’attendais pas à un rose aussi vif, plus vif que ce que j’avais pu voir sur plusieurs photos et dans mes livres.
Ses fleurs étaient impeccables, même si la plante en elle-même restait petite et que les roses fleurissaient presque au ras du sol.
Puis il m’a fait la surprise de son plus bel atout: son parfum…
Un parfum délicieux que je n’avais jusqu’ici eu l’occasion de percevoir qu’auprès de mes roses anciennes.
En fermant les yeux, je pourrais dire qu’il est en fleurs sans le voir…
Lorsque nous sortons de la maison, son parfum nous happe alors que nous sommes à plusieurs mètres de la fleur.
Je suis très étonnée que, alors que le rosier n’a pas encore eu le temps de grandir, il arrive déjà à donner trois roses aussi belles.
Ce qui confirme sa réputation de robustesse et de plante très florifère.
Il paraît que bien qu’il s’agisse d’un rosier arbustif, il s’avère également être un excellent grimpant
Comme il est annoncé comme étant remontant, j’ai l’espoir de revoir ses roses dans l’année…

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier Anglais 
  • Obtenteur: David Austin 
  • Année d’obtention: 1986
  • Appellation:  Ausbord
  • Port: Rosier Arbustif 
  • Famille: Rosier Anglais Hybrides de Rosiers Anciens
  • Couleur: Rose vif
  • Parfum: Intense, puissant parfum de rose ancienne
  • Floraison: Remontante 
  • Résistance aux maladies: Bonne
  • Hauteur: Selon les cas 1,10 m à 2m
  • Largeur: 90 cm 
  • Floraison: Remontante.
  • Diamètre de la fleur: 8 cm
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol: Riche et bien drainé.
  • Climat: Très rustique.
  • Exposition: Ensoleillée à mi-ombre.

D’où vient son nom?
Gertrude Jekyll est une célèbre paysagiste et un écrivain, passionnée de photo et de peinture, qui eut une immense influence sur le style des jardins anglais de nos jours. Elle a beaucoup prôné pour l’introduction des rosiers dans les mixed-borders et a dessiné plus de 400 jardins pittoresques au Royaume-Uni, en Europe et en Amérique. Cette jardinière admirée a été décorée de la Veitch Memorial Medal et de la Victoria Medal of Honour par la Société Royale d’Horticulture (RHS).

Desdemona arrive….

Mon rosier Glamish Castle n’ayant pas survécu, j’ai décidé de ne pas le remplacer par un autre spécimen de sa variété après avoir lu les commentaires de jardiniers qui, comme moi, expliquaient avoir eu une très mauvaise expérience avec lui.

Je n’ai pas eu envie d’insister, et je me suis rabattue sur Desdemona, de David Austin, rosier dont j’ai déjà parlé ici, et qui a bonne presse.
J’ai donc fini par le commander: il est le troisième des rosiers qui prendra place dans le jardin en ce mois de mai, lorsqu’il arrivera.
La grâce de cette fleur me fascine…

Ecriplume

Photo « Promesse de Fleurs » où le rosier a été commandé.

Ma première rose belge!

J’ai dans la roseraie des roses anglaises, françaises, allemandes, américaines et espagnoles, mais c’est la première fois qu’avec cette rose Pierre Paul Rubens, j’accueillerai une variété belge… mon pays de naissance.
Je l’ai trouvée sur le site d’André Eve auquel je me suis permis d’emprunter la photo, et l’ai commandée dans la foulée.
Pourquoi?
Pour plusieurs raisons: nos origines communes, la douceur de sa couleur et de son apparence, la promesse d’une vigueur particulière et d’une floraison abondante.
Mais aussi… outre les roses, j’ai depuis très longtemps une passion pour la peinture.
Représenté par une fleur aussi belle, Rubens avait évidemment toutes les raisons de s’inviter dans le jardin…

Ecriplume

Bientôt trois petits nouveaux…

Toujours à la recherche de rosiers pour continuer à enrichir notre roseraie, j’en ai commandé trois qui feront bientôt leur entrée.
Je vais dire quelques mots de chacun d’eux, sachant que ce n’est qu’une fois qu’ils auront fleuri que je les présenterai en détails dans la catégorie Répertoire des rosiers du jardin.

Je me suis récemment égarée parmi les roses d’André Eve… et j’ai eu un immense coup de coeur pour celle-ci.
Elle s’appelle Yen Baï
Ce beau rosier a une histoire que je conterai lorsque je le présenterai plus en détails.
Mais, dans un premier temps, j’ai été séduite par sa couleur abricotée, par son look de rose ancienne, par sa résistance annoncée aux maladie, et par le fait que son parfum est, dit-on, remarquable.
La photo ci-dessus est tirée du site d’André Eve, et je n’en ai pas vu d’autres ailleurs.
Il me tarde de voir fleurir cette merveille… et de la photographier moi-même!

Ecriplume