L’aubépine rose d’Adèle se réveille

Chaque année, elle est attendue avec impatience…
La floraison de l’aubépine rose d’Adèle est à chaque fois un événement, pour les raisons très mystérieuses que j’avais expliquées dans l’article L’étrange histoire de l’aubépine rose d’Adèle

Il débute sa floraison arrivée très brusquement, comme à son habitude, rendant une fois encore hommage à Adèle, la grand-mère de mon mari.
Reste à espérer que l’annonce prochaine de la fin partielle du confinement permettra à ce dernier de passer au cimetière pour offrir une branche fleurie à cette dame qu’il aimait.

Ecriplume

L’étrange histoire de l’aubépine rose d’Adèle…

Devant la maison se trouve un arbre auquel mon mari tient tout particulièrement: l’aubépine d’Adèle, sa grand-mère.
Adèle aimait beaucoup l’aubépine rose.
Elle en possédait un qui fleurissait chaque printemps devant sa demeure, celle dans laquelle nous habitons aujourd’hui.
Quelque temps après son décès, alors que mon Capitaine avait hérité de la maison, des travaux d’élargissement de la route ont été effectués par la Commune, le contraignant à couper l’arbre à contrecoeur.
Mais il s’était promis de retrouver un jour un arbre identique en hommage à sa grand-mère.
Le problème, c’est que chaque fois qu’un aubépine poussait devant la maison, il était blanc dès sa première floraison, environ deux ans après qu’il ne commence à pousser.
Jusqu’au jour où un spécimen très étrange a fait son apparition.
Pourquoi étrange?
Parce que, sans doute semé par un oiseau, il a poussé aussi vite qu’un bambou, alors que chacun sait que la croissance de ce genre d’arbre prend du temps.
En quelques jours, il faisait déjà près de 80 centimètres de haut.

Mon Capitaine l’a entouré d’un cercle de pierres pour le protéger et, quelques semaines plus tard, contre toute attente, il fleurissait pour la première fois.
Non seulement il avait fait preuve d’une précocité ahurissante, mais en plus… il était rose.
Pour Celui qui m’accompagne la situation était tellement étonnante qu’il y a vu un clin d’oeil de sa grand-mère…
Depuis, chaque année, nous attendons sa fleuraison.
Et chaque printemps, l’arbre d’Adèle fleurit et embaume…

Ecriplume