Mes courageux camélias…

Les végétaux sont comme les êtres humains et les animaux…
Certains sont capables de forcer notre tendresse et notre admiration.
C’est le cas pour mes camélias.
Rappelez-vous…
Nous avions planté deux camélias remplis de boutons à la fin de l’hiver.
Tout se passait bien jusqu’au moment où ils ont pris le gel deux nuits de suite.
Nous les avions pourtant couvert d’un voile d’hivernage, mais il n’a rien pu faire.
En deux jours, toutes les feuilles ont entièrement bruni.
Ca a été un choc…
Le premier des deux camélias, a perdu en quinze jours toutes ses feuilles et ses boutons, à l’exception d’un seul.
Depuis, il refait entièrement son feuillage et je pense qu’il n’en sera que plus beau et plus solide.
L’autre, le Tom Knudsen, en aussi piteux état, a mis plus de temps à perdre ses feuilles, et a gardé trois ou quatre boutons.
J’allais tristement leur rendre visite chaque jour, et je gardais l’espoir de pouvoir les sauver.

Nous leur donnions de l’eau et je retirais les feuilles mortes.
Au bout d’un mois, j’ai constaté qu’il arrêtait de perdre son feuillage, et que ses boutons donnaient des signes de vie.
Et aujourd’hui… deux d’entre eux sont éclos, et un troisième se prépare.
Le feuillage n’est pas beau, mais il vit…
Pour leur première année d’existence dans notre jardin, ces deux petits camélias nous ont fait une belle démonstration de résistance…

Ecriplume


Deux nouveaux camélias…

Tom Knudsen

Deux nouveaux camélias ont fait ce lundi leur entrée dans le jardin.
Point commun: ils donneront tous deux des fleurs rouges.

Le premier, ci-dessus, est un camélia japonica Tom Knudsen et le second, ci-contre, un camélia japonica Charles Cobb, connu pour avoir une croissance lente.

Tous deux sont en pleine santé et porteurs de nombreux boutons… ce qui ne veut pas dire qu’ils fleuriront tous et que les plantes resteront aussi belles.
Mon expérience avec mes deux autres camélias, roses ceux-ci, et de variétés camélias du Japon Nuccio’s Cameo, m’a démontré qu’ils peuvent être fragiles.
C’est ainsi que mes deux ainés ont reçu un traitement pour soigner la chlorose qui est la plupart du temps imputable à une carence du sol.
Le nôtre est régulièrement enrichi d’engrais naturel, mais cela ne semble pas suffire à mes deux protégés qui ont donc été l’objet d’une attention toute particulière…

Ecriplume