Les roses anglaises – David Austin

Je le cherchais… je l’ai trouvé!
Peu avant que le confinement ne passe en phase stricte, j’avais commandé cet ouvrage de David Austin que j’attendais avec impatience.
Un livre d’occasion (il est épuisé auprès de l’éditeur) sur les roses anglaises signé par le plus prestigieux de leurs créateurs… j’avais toutes les raisons de l’attendre avec impatience.
En ces temps compliqués, la livraison a été retardée.
Je ne m’attendais pas à ce que le colis arrive avant que la Grande Retraite prenne fin… et pourtant!
La semaine dernière, la Poste a discrètement glissé un paquet dans la boîte aux lettres.
Le livre était arrivé!
Depuis, je passe beaucoup de temps en sa compagnie…
Paru en octobre 2010, il comporte plus de 300 pages consacrées à ces roses merveilleuses.
David Austin y répertorie en images 100 roses anglaises parmi les plus belles de l’époque.
Un régal, une mine d’or de renseignements et une référence pour ceux qui souhaitent créer leur propre roseraie à l’anglaise…

Ecriplume

Les roses anglaises, David Austin, Edition Larousse

Scepter d'Isle

En attendant le retour de la floraison des roses, je classe les photos prises l’année dernière.
Et je redécouvre ces merveilles endormies depuis plusieurs mois, qui se préparent à refleurir dans quelques semaines…

Parmi elles, Scepter d’Isle, de David Austin, a été l’un de mes premiers rosiers.
Je l’ai présenté de long en large dans ces colonnes, et je ne me lasse pas de revoir ses fleurs parfaites.
Je l’ai en deux exemplaires dans la roseraie.

Le premier a été planté dans un parterre rond où il fleuri chaque année en compagnie de pivoines et d’un autre rosier magnifique de David Austin, blanc celui-là: Winchester Cathedral.
Cet endroit, au moment de la floraison est exubérant, joyeusement désordonné…
Le second a été planté plus tard, lorsque mon mari a terminé de daller la « rosace » de la roseraie, bordée d’une double rangée de roses de chaque côté.
Là, il est plus discipliné, mais tout aussi généreux.
La preuve?
Il a été le dernier à continuer à m’offrir des roses alors que l’hiver était déjà largement installé…

Ecriplume

Desdemona

Desdemona, photo David Austin

Parmi mes rêves de roses il y a ceux pour lesquels j’hésite encore, et ceux dont je suis sûre que je les concrétiserai un jour.
Desdemona, de David Austin fait partie de cette deuxième catégorie.
Dès qu’il sera à nouveau disponible à la vente, je l’achèterai.
J’ai vu cette rose filmée et diffusée dans une vidéo dans le cadre d’un groupe Facebook consacré aux amoureux des créations David Austin.
Des jardiniers amateurs du monde entier y partagent leurs images et leur passion.
Celui-ci résidait aux Etats-Unis et a posté une courte vidéo de quelques secondes montrant ses roses Desdemona oscillant doucement sous un souffle de vent.
Elles étaient simplement sublimes.
A ce stade de leur floraison, les pétales, parfaites, affichaient un rose nacré d’une délicatesse presque indescriptible.

Ecriplume

La robe pourpre de Brother Cadfaël

Brother Cadfael, photo David Austin

J’ai toujours une petite liste de noms rosiers que j’aimerais voir rejoindre la roseraie.
Parmi ces noms, il y avait celui de Brother Cadfael, de David Austin.
Comme tous les nouveaux arrivés plantés ces derniers mois mais pas encore fleuris, je le présenterai en détails dans le Répertoire des rosiers du Jardin.

Mais je voulais saluer comme il se doit l’entrée de ce rosier offert par Promesse de Fleurs.
Je sais qu’il s’agit de l’un des plus parfumés de David Austin, et qu’il donne de grosses fleurs magnifiques.
Avant même qu’il ne présente le moindre bouton, je suis tombée sous le charme de ce premier feuillage printanier qu’il déploie depuis son arrivée.
Des feuilles rouges presque aussi belles que des fleurs…

Ecriplume

Rosiers pour ici et rosiers pour ailleurs de David Austin

J’ai fait ces jours-ci une découverte qui m’a laissée un peu perplexe.
J’avais découvert un très joli rosier de David Austin: Carding Mill.
Mais impossible de le trouver sur le site de la maison-mère.

J’ai poursuivi mes recherches pensant qu’il était peut-être retiré de la vente, lorsque je l’ai trouvé… sur le site anglophone de David Austin uniquement destiné au Canada et aux Etats-Unis.
Je l’ai trouvé sur d’autres sites, tous situés dans ces mêmes pays, mais il ne semble pas disponible en Europe.
Dommage…

Ecriplume

Constance Spry, la première…

En 1961, David Austin a créé son premier cultivar de rosier.
Il s’agissait de « Constance Spry », issue d’un croisement entre la rose floribynda « Dainty Maid » et la rosa Gallica appelée « Belle Isis ».
Cette rose anglaise ravissante a provoqué l’enthousiasme des jardiniers amoureux des roses à l’ancienne telles que celle-ci.
Il faut reconnaître qu’elle ne manquait pas d’atouts…
Grimpant ou buissonnant, le rosier n’est pas remontant, mais interpelle grâce à son parfum puissant de myrrhe.


En 1993, il a été récompensé en recevant le prestigieux Award of Garden Merit de la Royal Horticultural Society.
Quant à son nom, il le doit à la fleuriste, éducatrice, décoratrice florale et écrivaine anglaise Constance Spry.
La rose de David Austin est devenue l’ancêtre de sa série « Roses anglaises ».
Elle est donc la rose anglaise originelle de la Maison Austin…
Avec ses fleurs en coupes d’un rose éclatant, il est le plus grand de ses grimpants… et il est toujours vendu.
L’avoir dans le jardin serait un bonheur de plus… mais il faudra trouver un mur ou une arcade assez grands pour le soutenir.

Ecriplume

The Ancient Mariner

Alors que je cherchais sans les trouver des renseignements sur l’un de mes rosiers signé David Austin, j’ai écrit à la maison mère.
Geoff Hamilton, que j’ai acquis dès la première année de notre arrivée, a disparu des écrans radars.
Il ne figure plus au catalogue de David Austin, ni sur son site.
Seules quelques entreprises françaises le vendent encore.
Comme je souhaite consacrer un article à ce petit rosier dès qu’il aura refleuri au printemps et que j’aurai pu le photographier, j’ai donc laissé un message sur le site David Austin en demandant s’il serait possible d’obtenir des informations à son propos.
J’ai bien reçu une réponse, mais le lien vers lequel j’ai été redirigée ne m’a rien appris que je ne savais déjà.
En revanche, mon interlocutrice à ajouter une phrase qui m’a interpellée.
Elle m’a écrit que si le rosier Geoff Hamilton n’est plus proposé à la vente, ils en commercialisent un autre qui lui ressemble beaucoup: The Ancient Mariner.

Sans doute n’avait-elle pas compris que je cherchais pas à racheter mon rosier, mais juste à me renseigner à son sujet pour les besoins de mon article.
Par curiosité, j’ai cependant cherché et trouvé celui dont elle me parlait.
Comme il fallait s’y attendre puisqu’elle me disait qu’il ressemblait au précédent, cet Ancient Mariner se classe dans la catégorie des rosiers à mes yeux irrésistibles…
Il rejoint donc la liste de mes rêves de rosiers qui entrera un jour dans le Jardin des Roses …

Ecriplume

Lichfield Angel

Je fonctionne souvent aux coups de coeur… et c’est très exactement ce qui s’est passé avec ce rosier.
J’avais vu sa photo sur le site de David Austin, qui en est le créateur, et j’avais trouvé très belles ces roses qui débutaient leur vie sous forme de boutons couleur pêche rosée avant de s’ouvrir sur de délictes rosettes crémeuses.
J’en ai commandé un exemplaire qui est arrivé en décembre 2018, en racines nues.

Le sol était dur, en cette saison, et mon Capitaine a payé de sa personne pour planter tous les rosiers arrivés à cette période…
Lichfield Angel a mis du temps à se sentir suffisamment bien pour fleurir.
Ni le printemps ni l’été ne l’ont vraiment inspiré: à peine m’a-t-il donné une rose un peu malingre, comme pour me demander de prendre patience.
Je m’y attendais: il est connu pour avoir une croissance lente.
C’est à la mi-septembre, alors que le soleil cédait la place à la pluie, qu’il s’est vraiment révélé…
Je sais que ce rosier est censé donner des floraisons abondantes lorsqu’il est à maturité.
Cette fois, six roses ont éclos, ce que je trouve très honorable pour une première année d’existence dans notre jardin.
Je suis très sensible à la beauté de ses fleurs, à cette couleur si tendre, au courage de ces végétaux qui s’appliquent à fleurir malgré une météo automnal peu clémente…
Ajoutez à cela que Lichfield Angel n’a pratiquement pas d’épines, et vous comprendrez pourquoi il m’est si cher…
A-t-il un défaut?
Peut-être un parfum très discret… mais j’étais prévenue avant de l’acheter.
Il est avant tout, pour moi, un rosier d’une grande douceur, qui contribue à accentuer l’atmosphère paisible du jardin…

Ecriplume

  • Type de Rosier: Rosier Anglais 
  • Obtenteur: David Austin 
  • Année d’Obtention :  2006
  • Appellation:  Ausrelate
  • Port:  Buissonnant, irrégulier
  • Famille: Rosier Anglais Hybrides de Moschata
  • Couleur: Crème, champagne, abricot pâle
  • Parfum: Parfum discret de girofle
  • Floraison: Remontante 
  • Résistance aux maladies: Forte
  • Hauteur: 140 cm
  • Largeur:  140 cm
  • Fleurs: 10 cm
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol: Normal
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

Conseils de taille:

Période de taille: De Novembre à Décembre, de Février à Mars.
La taille des rosiers anglais est indispensable à la floraison. A la fin de l’hiver, en février-mars, raccourcissez les rameaux à 3-5 yeux au dessus du sol (au plus bas), choisissez un œil partant vers l’extérieur pour un port plus élégant. Profitez de cette taille pour éliminer les bois morts et les branches disgracieuses. La taille s’effectue en biseaux au dessus d’un œil. (Source: Promesse de Fleurs)

D’où vient son nom

Baptisé pour célébrer la découverte dans la Cathédrale de Lichfield, dans le Staffordshire, d’un panneau calcaire sculpté datant du VIIIème siècle lors d’une fouille archéologique de la nef. Ce panneau censé représenter l’Archange Gabriel, était dans un remarquable état de conservation, portant encore des traces de peinture de l’époque saxonne.

SPIRIT OF FREEDOM

J’ai commandé ce rosier en 2018, parce que j’avais été sensible a la beauté de ses fleurs.
Sur les photos présentées du Spirit of Freedom sur le site de David Austin, elles étaient rose tendre et lumineux, achevant leur floraison sur une couleur rose lilas, le tout bien campé sur un arbuste solide.
Arrivé le 7 décembre 2018 sous forme de racines nues, le rosier a été planté dans la foulée dans les règles de l’art.

Sa première floraison, avouons-le, est passée totalement inaperçu.
Tous les rosiers ont fleuri en même temps, et je ne savais plus où donner de la tête.
Je m’extasiais devant les résultats mais j’oubliais de faire preuve d’organisation!
Je n’étais pas encore bien structurée dans ma façon de prendre mes photos, oubliant d’attribuer le nom des rosiers à chaque image.
Lorsque j’ai réalisé mon erreur, il était trop tard.
Je pouvais reconnaître sur les clichés les rosiers que je connaissais bien pour les avoir déjà vu fleurir, mais pas les nouveaux arrivés.
J’ai donc attendus que ceux-ci refleurissent et les ai repris en photo en n’oubliant pas cette fois de prendre leur nom.

Spirit of Freedom fleurit en juin -juillet, puis en septembre-octobre. J’ai donc attendu la fin de l’été pour le voir amorcer sa deuxième floraison.
Ce sont par conséquent des photos automnales, prises pour la plupart les 21 et 24 septembre 2019 (un peu plus tôt évidemment pour celles de la fleur en bouton), qui accompagnent ce texte.
Cette fois, j’ai été et je suis toujours attentive à l’évolution du rosier et de ses jolies fleurs bien rondes, lourdes et pulpeuses.
Le bouton arrive rouge, puis, comme l’annonçait son concepteur, offre des roses qui passe par plusieurs couleurs.
En revanche, les branches du mien ont besoin du secours de tuteurs car elles ploient sous le poids des fleurs.
J’espère que cette faiblesse s’atténuera avec le temps: après tout, il n’en est qu’à sa première année dans le jardin.
Il a d’ailleurs d’autres qualités…
Parmi elles: par l’ombre d’une maladie n’est venu l’altérer,.
Quant à son parfum, il révèle des notes de myrrhes, mais est resté pour l’instant très discret.
Enfin, il me rappelle les roses anciennes ce qui rend sa présence d’autant plus précieuse…
Un petit bijou romantique…

Ecriplume

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier Anglais 
  • Obtenteur: David Austin 
  • Année d’obtention: 2002
  • Espèce:  Hybride de Leander
  • Appellation: Ausbite
  • Port: Arbustif
  • Famille: Rosier Anglais Hybrides Moschata
  • Couleur: Rose tendre puis rose lilas
  • Parfum: Légèrement parfumé à la myrhe, parfum de rose ancienne
  • Floraison: Remontante 
  • Résistance aux maladies: Forte
  • Fleur: 9 cm
  • Hauteur: 120 cm
  • Largeur: 120 cm 
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol:  Léger et riche
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre

D’où vient son nom?
Baptisé en l’honneur de la Freedom Association qui milite pour la protection et le développement des libertés en Grande-Bretagne.