Un rosier nain rouge dans le jardin

Rosier Zepeti de Meilland (photo Martine Péters)

Il faut bien l’avouer: je n’avais pas du tout prévu de l’acheter…
Je ne suis pas très fan des rosiers rouges, à de rares exceptions près je n’introduis pas de spécimens sans parfum dans la rosier… quand aux mini rosiers, je ne les accueille que dans des pots, pour vivre leur vie dehors en été et dedans en hiver.
Ce jour-là, j’étais à la jardinerie dans l’espoir de trouver notamment des clématites… qui n’avaient pas été livrées.
Tandis que mon mari choisissait des bulbes et des graines pour ses propres plantations, je suis tombée en arrêt devant une petite troupe de rosiers rouges, nains, tous identiques.
Et… j’en ai pris un.
Pourquoi, me direz-vous?

Roses du Jardin des Soeurs (photo Martine Péters)


Parce que depuis trois ans, je recherche désespérément un petit rosier ressemblant à celui que j’avais eu l’occasion de découvrir dans un jardin abandonné ayant appartenu à des religieuses (photo ci-contre).
J’avais eu un coup de foudre total pour ces roses bien rondes, et je ne perds pas l’espoir de retrouver un rosier identique.
Quand j’ai vu Zepeti, j’ai trouvé que, de tout ce que j’avais pu voir jusqu’ici, il était le plus proche de celui que je cherchais.
Il était annoncé comme facile à vivre, résistant au gel, à la pluie et aux maladies, idéal pour les bordures mais aussi la culture en pot, et capable de fleurir de mai aux premières gelées.
Je suis plutôt intransigeante en ce qui concerne les rosiers que j’achète, mais là… pourquoi ne pas lui donner sa chance et lui permettre de faire un bout de chemin avec nous?
Il ajoutera une touche écarlate au bord d’une allée…

Ecriplume


Léonardo da Vinci s’épanouit…

Sa première floraison, au printemps a déjà été belle.
Depuis, Leonardo da Vinci n’a pas arrêté de fleurir…
Et les roses qu’il nous donne en ce moment se présentent en bouquets de cinq ou six fleurs.
Pour sa première année dans le jardin, il se révèle être une perle…
Très sain, ce rosier parfumé et romantique créé par le rosiériste Meilland me ravit!

Ecriplume

Leonardo da Vinci

Pour éviter que la roseraie ne soit composée que de roses couleurs pastel qui, trop nombreuses, risquent d’affadir l’ensemble, je m’arrange pour trouver des spécimens aussi beau que les autres, mais aux teintes plus relevées.
C’est ainsi que j’ai découvert Léonardo da Vinci, de Meilland-Richardier.
Léonard de Vinci est pour moi LE génie absolu dont l’oeuvre m’aura fascinée ma vie durant.
J’ai beaucoup lu de biographies lui étant consacrées, vu plusieurs expositions, visité le Clos Lucé, interrogé des spécialistes de son parcours, et j’ai eu l’occasion de rédiger quelques articles parlant de lui et de ses oeuvres.

Il était donc normal que mon attention ait été attirée par le rosier Léonard de Vinci…
Pour moi, c’était une évidence: si la rose était à la hauteur de celui dont elle portait le nom, elle allait faire son entrée dans la roseraie.
Ce qui a été le cas le 29 octobre 2019…
Commandé à Promesse de Fleurs et arrivé en pot de 4 L, mon nouveau protégé a été installé dans les règles de l’art et a passé un hiver paisible.
Il m’a très vite prouvé qu’il était bien décidé à se faire une place au soleil parmi les autres.
En cette première année d’existence parmi nous, il est bien sûr encore petit, ce qui ne l’empêche pas de fleurir généreusement, offrant de magnifiques fleurs doubles et veloutées, non pas rouge grenat profond comme cela m’avait été annoncé, mais, pour le moment, rose vif que l’on appelle « rose bengale ».
La pluie qui arrose le jardin depuis deux ou trois jours ne semble pas le gêner, et il fait partie de ceux qui arborent un feuillage très sain.
Je verrai si mes premières observations sont confirmées dans les années à venir, lorsqu’il se sera développé, mais je reconnais déjà à ce rosier des indices du charme de certaines roses anciennes, comme Mme Isaac Pereire… ce qui n’est pas un petit compliment!
Découvrir ses premières fleurs a été un ravissement…
Comme ce rosier facile à cultiver ne devient pas très grand, il est; dit-on également adapté pour la culture en pots.
Le nôtre restera dans la roseraie qu’il contribue déjà à embellir…

Ecriplume

A noter que, sur le site Meilland-Richardier, l’on apprend que:

Les qualités du rosier LEONARDO DA VINCI ® Meideauri ont été remarquées et récompensées lors des concours internationaux de roses nouvelles.
Médaille d’Or Monza 1993. Certificat Belfast 1996, Certificat La Haye 1996. Médaille d’Or La Haye 1997, Top Rosen Pays Bas 1997.

A savoir: 

  • Type de Rosier: Rosier français
  • Obtenteur: Meilland
  • Année d’Obtention :1994
  • Appellation:  LEONARDO DA VINCI ® Meideauri
  • Port: Rosiers buisson
  • Espèce: Floribunda 
  • Couleur: Rose Bengale
  • Parfum: Léger, de pomme et d’herbe coupée
  • Type de fleur: Corolles très doubles de 8 cm de diamètre
  • Feuillage: brillant
  • Floraison: Remontante et constante de mai à octobre 
  • Résistance aux maladies: Excellente
  • Hauteur:  jusqu’à 80 cm
  • Largeur: 60 cm
  • Floraison: Très remontante
  • Diamètre de la fleur: 8 cm
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol: Rustiques
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil, mi-ombre
  • Distances de plantation: Environ 50 cm entre chaque pied
  • Ce rosier existe également sous forme de rosier tige

D’où vient son nom?

Le site de Meilland-Richardier nous explique ceci:

Choisie par l’équipe du Clos Lucé, dernière demeure de Léonard de Vinci en Touraine (France), le rosier LEONARDO DA VINCI ® honore par son charme et ses nombreuses qualités les multiples talents de l’artiste. Leonardo di ser Piero da Vinci, de son nom complet, naît le 15 avril 1452 dans un petit village de Toscane proche de Florence en Italie. Il décède en France le 2 mai 1519 à Amboise au château du Clos Lucé. Artiste majeur de la Renaissance aux talents multiples, Leonardo da Vinci est un peintre, sculpteur, architecte, mais également un homme d’esprit (philosophie, poésie) et de sciences (botanique, anatomie).