Le sosie de la rose Juliet…

Tandis que les roses Juliet s’épanouissent en beauté dans la véranda, je me réjouis de savoir que, ce printemps, si tout va bien, son quasi sosie fleurira dans la roseraie…
Je m’explique.
Cette rose qui me séduit totalement n’est pas vendue sous forme de rosier cultivable par l’entreprise David Austin.
Elle n’est disponible qu’en fleurs coupées.
Ces derniers mois, j’ai donc cherché un rosier qui devrait théoriquement donner des fleurs qui ressemblent beaucoup à Juliet… et j’ai trouvé Port Sunlight (présent sur les deux photos ci-dessus et ci-dessous).
Comme tous les rosiers du jardin, il sera longuement présenté ici lorsqu’il aura fleuri et que j’aurai pu prendre ses fleurs en photos.
S’il tient ses promesses et qu’elles ressemblent bien à celles que je vois sur ces images qui se trouvent sur le site de David Austin, je serai aux anges…

Ecriplume

Ma rencontre avec Juliet… une rose sublime

J’ai parlé de la rose Juliet dans un article précédent: Des roses coupées d’exception.
Depuis cette visite à ma fleuriste préférée (de la Boutique Ami Pierrot de St Germain) , j’ai laissé passé le temps, espérant toujours au fond de moi que je finirais un jour par trouver cette fleur dont je rêve depuis longtemps.
Cette semaine, alors que je passais dans sa boutique, la fleuriste m’a annoncé qu’elle s’était renseignée auprès de son fournisseur, et qu’elle pouvait obtenir la fleur en question.
J’en ai commandé un bouquet dans la foulée… évidemment.
Ce jeudi, en fin de matinée, je suis retournée au magasin où j’ai ainsi découvert pour la première fois cette rose sublime.
Sa couleur pêche douce, ses formes galbées et ce parfum léger de roses anciennes: j’avais entre le mains le bouquet romantique par excellence…

Des roses d’exception… un vrai bonheur!
De retour chez moi, je les ai photographiées sous toutes les coutures.
Et je me suis posé la question: où sont-elles cultivées?
J’avais du mal à croire qu’elles provenaient toutes d’Angleterre alors qu’elles sont prisées un peu partout dans le monde…
J’avais vu juste: ces fleurs sublimes aux coeurs si parfait sont issues d’une production exclusive en Colombie, à Bogota (Alexandra Farms).
Ma recherche m’a menée sur le site d’Alexandra Farms, plus grand producteur de roses de mariage David Austin fraîchement coupées sous licence au monde.
Quinze des variétés les plus romantiques de David y sont cultivées et de nouvelles variétés sont testées.
J’ai aussi découvert sur ce site d’autres roses magnifiques, produits sous les marques Princess Japonese Garden Roses, Wabara (également japonaise) ainsi que 31 autres variétés cultivées sur place mais également dans d’autres pays du monde.
J’approfondirai prochainement.
Mais en attendant, je me concentre à prendre soin de mes roses Juliet si belles et si fragiles…

Ecriplume


Des roses coupées d’exception

Voici quelques semaines, alors que j’étais chez la fleuriste de St-Germain, je lui ai confié que je cherchais depuis quelque temps déjà à me procurer un bouquet uniquement composé

de roses Juliet de David Austin.
Avec sa couleur rose pêche et sa corolle en forme de coupe enrichie d’une rosace parfaite, cette fleur est une merveille souvent utilisée pour les mariages.
La jeune femme m’a expliqué qu’elle pouvait essayer de la trouver, ajoutant qu’elle attendait une commande de roses coupées de David Austin pour un mariage qui devait se dérouler le week-end suivant.
Elle avait commandé un peu plus de fleurs que nécessaire et me proposais, si je le souhaitais de m’en vendre quelques-unes.
Le jour dit, j’étais là à l’ouverture du magasin pour découvrir ces roses magnifiques dont je ne connais toujours pas le nom.

Elles avaient des similitudes avec la variété « Keira », mais rien n’est moins sûr que de dire qu’il s’agit d’elle.
Par leur parfum, leur forme, leurs couleurs, elles me faisaient beaucoup penser aux fleurs de toute beauté du rosier « Gruaud-la-Rose » qui rayonne dans notre jardin.
Je suis ressortie avec cinq roses sublimes, que j’ai passé plusieurs jours à admirer, à humer et à photographier sous toutes les coutures.
A chaque étape de leur floraison, elles ont été d’une beauté parfaite.
Comme les rosiers offrant ces roses d’exception ne sont pas proposés à la vente, il ne m’est donc pas possible de les cultiver.

Ce qui n’est finalement pas bien grave: il est rarissime que je coupe une rose.
Celles qui terminent leur vie dans un vase ont généralement été victimes d’un accident dû à la météo ou à un geste maladroit.
Donc, même si je pouvais cultiver ces merveilles, je les laisserais très probablement vivre leur vie sans en faire profiter la maison…

Ecriplume