La deuxième surprise de Winchester Cathedral

Le temps qui passe m’apporte un petit recul sur l’évolution des roses… et celle-ci est souvent porteuse de surprises.
L’un des premiers rosiers que j’ai souhaité voir s’épanouir dans le jardin a été Winchester Cathedral que j’ai présenté dans l a rubrique Répertoire des Rosiers du Jardin dès sa première floraison.
Une première fois ce rosier blanc pur m’a étonnée en m’offrant des fleurs teintées de rose.
Cette année, il a été l’un des premiers à s’ouvrir et, une fois de plus, il était porteur d’une fantaisie un peu particulière.
Si la fleur était parfaitement blanche (j’ai remarqué qu’il n’introduisait du rose dans les pétales qu’à la deuxième ou troisième floraison de l’année), la surprise était ailleurs.

J’ai très vite constaté que son parfum était différent des années précédentes.
En temps normal, il est léger.
Cette fois, il était beaucoup plus prononcé, enrichi d’une note enivrante que je n’avais encore jamais perçue chez un rosier, mais que je n’arrivais pas à définir.
Un matin de pluie, alors qu’il dégageait un parfum plus prononcé encore, j’ai compris.
Il sentait… le muguet!
J’ai pris un deuxième avis pour confirmer ce que je percevais et le verdict est tombé: la rose sentait fortement… le muguet!
Hasard passager ou particularité durable?
Je l’ignore encore… mais je vais être attentive!
Quant à la surprise de la couleur rose, ce rosier facétieux n’a pas attendu le milieu de la saison pour me l’offrir…
Dès la deuxième fleur éclose, il s’est diversifié en m’offrant cette magnifique rose… rose!

Ecriplume

Winchester Cathedral

La première fois que j’ai vu un Winchester Cathedral, ce best-seller de David Austin, c’était dans un jardin consacré aux roses, à Ollon, en Suisse, chez Mme Schusselé. J’ai trouvé très belles ces roses d’un blanc immaculé.

Lorsqu’est venu le moment d’acquérir mes premiers rosiers, j’ai donc tout naturellement intégré celui-ci à ma première commande.

Il ne m’a pas déçue, m’offrant des quantités de fleurs plusieurs fois dans l’année.
J’étais ravie… et je ne m’attendais absolument pas à la surprise qu’il me réservait…
La première année, après une première abondante floraison, il a commencé à préparer des boutons de couleur rose.
Je me suis renseignées et j’ai appris que ce rosier était une mutation du rosier David Austin Mary Rose, ce qui explique qu’il peut parfois produire des fleurs plus ou moins teintées de rose, parfois à moitié blanches et à moitié roses.
J’adore cette particularité qui fait de ce rosier une plante à surprise…
J’en ai installé un deuxième en 2019 dans le jardin. Deuxième spécimen qui, lui, reste fidèle aux fleurs blanches et ne se permet pas les mêmes fantaisies que son aîné planté en 2018.
J’apprécie sa floraison abondante, et ses pétales un peu chiffonnés qui lui donnent un aspect bouillonné

Ecriplume

  • Type de Rosier: Rosier Anglais 
  • Obtenteur: David Austin 
  • Année d’Obtention : 1988
  • Appellation:  Auscat
  • Port:  Irrégulier, buissonnant
  • Famille: Rosier Anglais Hybrides Leander
  • Couleur: Blanc
  • Parfum: Parfum léger de rose ancienne, de miel et de fleur d’amandier. Plus prononcé lorsqu’il faut chaud.
  • Floraison: Remontante 
  • Résistance aux maladies: Moyenne
  • Hauteur: 120 cm
  • Largeur: 110 cm 
  • Fleurs: En coupe, 10 cm
  • Feuillage: Caduc

Besoins:

  • Type de sol:  Profond, meuble et fertile
  • Climat: Tous
  • Exposition: Soleil

D’où vient son nom


Baptisé en l’honneur d’une des plus belles cathédrales de Grande-Bretagne.

Un rosier qui se marie merveilleusement avec les pivoines roses…